Partagez | .

Indonésie || Je veux voler sur un cerf-volaaaaaant !

 
Invité
Invité



MessageSujet: Indonésie || Je veux voler sur un cerf-volaaaaaant ! Jeu 2 Oct - 22:01




◊ INDONÉSIE




▬ AU PREMIER COUP D'OEIL.





▬ INFO DE BASE.


NOM & PRÉNOMS ✯ Gunawan Ayunda
SURNOMS ✯ Ayu, Yuyun, Planche à pain, Miss Couettes et d'autres sobriquets proche de « folle en puissance », « puce agitée » et « Tarentula ».
ÂGE ✯ 18 ans
SEXE ✯ Féminin
ANNIVERSAIRE ✯ 17 août, jour de proclamation d'Indépendance du pays.
ORIENTATION SEXUELLE ✯ Hétérosexuelle
NIVEAU SCOLAIRE ✯ Médian

▬ DERRIERE VOTRE PC.


PSEUDO ✯ Asahi
ÂGE ✯ 18 poutrelles
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? ✯ J'ai suivi la lumière au bout du tunnel, c'est bien Saint-Pierre ?
DES COMMENTAIRES ? ✯ J'ai des poux dans les couettes ? :B



 


▬ POUR MIEUX VOUS CONNAÎTRE.


PAYS QUE VOUS REPRÉSENTEZ ✯

République d'Indonésie.

LANGUE QUE VOUS PARLEZ ✯

Indonésien : courant.
Anglais : bonne maîtrise.
Soundanais / Javanais : maîtrise.
Néerlandais : quelques notions.

HISTOIRE PERSONNELLE ✯

Ayunda Gunawan a toujours vécu dans un lieu modeste. Jakarta, capitale de l'Indonésie, est comme le reste du pays, plongée dans cette chaude et humide température toute l'année. On avoisine les 30° voire un peu plus chaque jour, avec des pluies aussi agréables qu'une douche quotidienne. Le vent aussi faisait part à cette chaleur. Le froid, la neige, la grêle, tout ça était inconnu aux yeux de la petite et frêle fillette aux cheveux coiffés en deux longues tresses lisses. Elle portait encore de nombreux vêtements enfantins, tels que des robes, ou des jupes longues. Elle s'habillait de manière à passer la majeure partie de son temps dehors, entre l'école et le repas du soir. Car il faut le dire; l'extérieur, son voisinage, représentait un vaste parc. On y trouvait de grands terrains, une biodiversité étonnante, à tel point que croiser un chimpanzé dehors n'était pas une surprise totale. La faune et la flore étant très répandues autour des maisons, on croisait souvent quelques bestioles par-ci par-là, si ce n'est à l'intérieur. D'ailleurs, une tarentule, c'est tellement doux ! Ce ne sont pas les grandes pattes velues qui vont lui faire peur ! Et un caméléon, c'est tellement plus original qu'un chat ou un chien !

Ayunda était très farouche. Sa faible constitution respiratoire, son asthme, l'empêchait de ménager autant d'efforts que les enfants de son entourage. Et Dieu sait à quel point elle aurait voulu avoir le même entrain. Parlons-en, de Dieu, tiens. Religieuse ? Sans doute un côté musulman, suite aux nombreux cours dessus, mais au point d'en porter un symbole ou deux, sûrement pas. Prier, pourquoi pas, du moment que cela lui permette de se changer les idées. La frêle demoiselle n'avait que ses parents pour vrai soutien psychologique. Son père, dont elle tenait le manque de confiance en elle, et sa mère, qui lui apprenait régulièrement ce qu'on donne en leçon aux enfants : la joie de vivre. Même si sa manière d'être faisait souvent obstacle à ses envies, Ayunda voyait toujours l'espoir d'accomplir son but, du moment que sa mère l'accompagnait et l'encourageait. Pour faire court, la petite famille Gunawan vivait tranquillement, comme n'importe qu'elle maisonnée.

Pourtant, même si les jours semblaient paisibles, si fort que tout semblait se répéter à chaque lever du jour, une dispute éclata. Madame Gunawan s'égosilla la voix, criant bon nombre de reproches à son mari. Elle semblait bouillir depuis si longtemps déjà que cet après-midi, en début de soirée, tout se relâcha. Ayunda l'entendait, sa maman bien-aimée si douce qui lui parlait de tant de choses. Elle restait cachée derrière l'encadrement de la porte, plus à regarder les grands gestes de sa mère plutôt qu'à écouter ce qu'il en découle. Ce qui l'effrayait, ce n'était pas tellement la dispute, mais cette facette qu'elle n'a jamais connu de la femme qui l'a élevé toutes ces années. Le père ne disait presque rien, il n'osait répondre franchement. Il fut le seul à remarquer la présence de sa fille qui priait en son for intérieur, les doigts crispés sur la porte, que tout se calme. Puis ça arriva. La grande femme tapa brusquement du pied, et saisit d'une main habile la valise qu'Ayunda n'avait pas encore remarqué. Elle la tira derrière elle, le pas pressé, et disparu quelques secondes après derrière la porte, sans se retourner. Sans regarder derrière elle. Sans même s'être rendu compte que sa petite fille de onze ans avait tout vu.

Un silence de mort trouva lieu dans le hall de la maison. Ayunda ne bougea qu'un instant après avoir réalisé que sa mère était partie. Elle sortit alors de sa cachette et courut vers la porte. Son père, déjà mal à l'aise, la retint avant de la serrer dans ses bras, expliquant que depuis un moment déjà, ils ne s'entendaient plus assez pour que l'ex-Madame Gunawan ne veuille bien rester vivre ici. Mais Ayunda pleurait pour une raison presque toute autre. Sa bien-aimée maman, l'avait-elle vu ? Avait-elle tout de même senti sa présence, mais décidé de l'ignorer et de s'éloigner sans lui dire au revoir avant ? Pourquoi ne passe-t-elle pas une seconde fois la porte pour la regarder encore ? Même si elle ne l'avait pas remarqué, pourquoi n'aurait-elle pas pensé à venir l'embrasser une dernière fois dans sa chambre... ? Bouleversée, les idées s'embrouillèrent, la laissant dans l'incapacité de réfléchir correctement. Quand bien même ses parents divorçaient, ce n'était pas un adieu. Elle pensait qu'elle allait tout de même revoir sa mère, comme beaucoup d'enfants dont les parents ne s'aiment plus le font. Jamais ça n'est arrivé. Sa mère bien aimée avait... tout simplement disparu. Alors que la dernière image qu'elle eut d'elle, ce fut un dos qui se précipitait vers la porte d'entrée, elle ne reçut aucun appel, aucune lettre, pas même un petit cadeau pour son douzième anniversaire.

Un an s'est écoulé. Ce fut une longue, morne, et vide année. Il n'y avait plus qu'elle et son père, tout les deux aussi nerveux l'un que l'autre, avec si peu de confiance pour eux-même qu'ils se soutenaient silencieusement depuis l'absence de la maternelle. Et quelques temps après avoir eu douze ans, vers fin août, Ayunda reçu une lettre. On l'invitait - ou plutôt, lui annonçait qu'elle avait l'obligation - à vivre et apprendre dans une école particulière de New York. Elle aurait pu en hyperventiler; Nation ? Future Nation ? Qu'est ce que c'était que ce charabia ? Ses doigts tremblaient sur la feuille de papier sur laquelle on y lisait une si jolie écriture. L'homme qui l'avait envoyé, ainsi que l'établissement qu'il tenait, devait être vraiment important. Son père la regardait comme si elle était l'espoir du futur de leur petite famille. Une fierté indescriptible se lisait sur son visage. Tout deux savaient que c'était le tournant d'une vie nouvelle, autant pour lui que pour elle. Oh, tellement de choses allaient changer en si peu de temps ! La rentrée était proche ! Son bien aimé papa allait être seul dans cette maison, et sa farouche fille unique allait se sentir tellement perdue au milieu de tout ces gens venus des quatre coins du monde ! Le paternel lui avait ensuite confié qu'il se sentait rassuré à l'idée que tout un brillant avenir lui était aussitôt déjà tracé. La petite indonésienne ne sut esquisser un sourire qu'une seconde, le temps de réaliser qu'au moins, cette chance allait éclaircir le gris tableau qui s'était soudainement dressé devant elle.

Le reste se déroula très vite. Ayunda, ou plutôt Indonésie, était très nerveuse à son arrivée à New York. De nouvelles règles étaient établies, sa vie allait suivre un nouveau tournant, autant dans l'horaire que dans les événements. Durant un temps, elle s'était caché derrière ses aînés. Durant un autre, elle commençait à s'ouvrir un peu plus. Et pendant ceux restants jusqu'à aujourd'hui, elle changea radicalement de comportement. Son quotidien qui n'appartenait désormais plus qu'à l'Académie fut transformé. Sa manière d'être, de penser, de faire, fut influencée par son nouvel entourage et cette autonomie qu'elle a dû acquérir au fil des années la rendait beaucoup plus confiante, zélée et enthousiaste. Cette grande école est devenue sa seconde maison. Il y a tellement de choses dans ce pays qu'elle n'a jamais connu dans le sien ! De la farouche enfant à l'excentrique représentante, il y a toute une histoire de relations, d'apprentissage, de découvertes utiles et futiles et surtout, surtout, la satisfaction d'avoir pu sortir de cette coquille qu'était la faible Ayunda Gunawan. En plus, à New York, chaque année, sans faute, il y a la neige.

FAMILLE ✯

Dans la maison de Jakarta ne reste plus que son père, un architecte modeste. Quant à la mère, elle ne donne plus aucune nouvelle depuis le divorce, sans avoir laissé d'adresse. L'élève est également fille unique; pas de frères ou sœurs. Indonésie parle souvent de tarentules et d'un caméléon, mais elle semble un peu trop réjouie à ce sujet.

VOUS AVEZ L'AIR DE QUOI ? ✯

Indonésie est souvent confondue avec des élèves un peu plus jeunes qu'elle; malgré son âge, elle ne mesure qu'1m65 pour 58 kg - il faut dire que la presque totalité de ses camarades du même âge sont bien plus grands que ça. Depuis son arrivée dans l'établissement jusqu'à aujourd'hui, elle a toujours coiffé ses cheveux noirs en deux grandes couettes, ce qui la rend facilement reconnaissable au milieu des autres. Bien que son pays natal ne connaisse ni le froid, ni la neige, elle a une peau assez claire, contrairement à la plupart des indonésiens. Son regard noisette quelque peu foncé est très expressif, tout comme les traits de son visage qui ne manque pas d'afficher, sans honte, toutes les émotions qui lui traversent l'esprit. De loin comme de près, Ayunda possède une gestuelle très agitée. Elle tient rarement en place, bouge beaucoup sur sa chaise - et donc, en cours, lorsque l'attention n'y est pas - et ne peut s'empêcher de bouger la tête, les doigts, les pieds, une partie de son corps au choix, pour combler les vides. Cette manière de se comporter varie en fonction du temps qui passe. Elle est davantage énergique le matin que le soir.

Au niveau vestimentaire, peu de choses sont à reprocher. Pour ce qui est de l'uniforme, deux détails ne respectent pas la manière correcte de le porter. D'abord, elle a arraché les deux premiers boutons du col de chemise, prétextant qu'elle a du mal à respirer et que de toutes façons, elle ne l'aurait jamais boutonné correctement. Parlons de la cravate aussi; cette dernière est certes nouée, mais elle n'est pas sous le pull. Lorsque Indonésie s'agite, la cravate flotte et part souvent dans tout les sens. En dehors de cela, il n'y a aucune autre négligence. On peut noter les leggings noirs jusqu'aux genoux, trahissant son malaise avec la jupe réglementaire. C'est le signe d'un certain côté garçon manqué parfaitement révélé en dehors de la période de cours : habillée en civile, Ayunda préfère les jeans et shorts aux robes et jupes. Il n'y a rien à redire sur sa manière de se vêtir. Elle ne porte ni talons - rarement des chaussures ouvertes - ni bijoux, ni maquillage. En somme, disons qu'Indonésie a un style plus urbain qu'autre chose.

CA SE PASSE COMMENT DANS VOTRE TÊTE ? ✯

C'est très étonnant de savoir qu'à son entrée à l'Académie, Indonésie était très farouche et ne portait aucune confiance en elle. Aujourd'hui, elle possède un tempérament de feu. Facile à titiller, têtue, osée et pas gênée pour un sou, Ayunda est néanmoins modeste, sincère, et facile à approcher. Il n'y a généralement aucun mal à discuter avec elle. Tout les sujets y passent, même les plus intimes; excepté celui sur sa mère, elle semble également très admirative vis-à-vis de ces dames. Cependant, elle ne supporte pas d'être ignorée, et interpelle souvent ses futurs ou non interlocuteurs en faisant quelques grimaces enfantines ou en les touchant. On peut en effet dire qu'Indonésie est tactile. Même si elle s'amuse souvent de la situation des autres et se moque ouvertement (mais gentiment) elle reste une personne de confiance à qui l'on peut demander une aide sans craindre de dette en retour. Quoique, tout de même, elle a quelques traitement de faveurs envers différentes personnes...

Indonésie semble également ne pas supporter le silence. Il faut toujours qu'elle fredonne, marmonne, fasse quelque chose d'assez bruyant pour combler le vide dans une pièce. Elle est également très joueuse et accepte facilement les défis. Les blagues - en ignorant celles de mauvais goût qu'elle saura reconnaître - font parties de ses activités de groupes préférées. Il faudra d'ailleurs surveiller ses intentions si jamais elle est à la tête d'un plan risquant la réputation de plusieurs individus. Ayunda peut donc foncer tête baissée, mais avec modération. Même sans s'agiter et en apparence calme, beaucoup de choses spontanées sortent de sa bouche. En somme, c'est une jeune furie très sociale, à l'humour douteux, très franche et boudeuse.

CE QUE VOUS AIMEZ ? ✯

Tout ce qui peut distraire Indonésie passe. Elle aime généralement passer son temps libre (et même scolaire !) avec ses camarades. Les sorties sont un bon prétexte pour rester avec eux. En par sorties, il peut s'agir de l'extérieur de l'Académie ou juste d'un peu d'air frais. Les blagues sont également un loisir de passage entre deux activités. Ayunda est également très gourmande, et préfère goûter que cuisiner. Elle attache également une grande importance à la faune et la flore, surtout les animaux exotiques (on entend par-là les reptiles et les arachnides; pour elle, c'est l'équivalent d'un petit chien de compagnie). Se faire chouchouté est peut-être, à l'extrême limite, quelque chose qu'elle apprécie... mais ne viendra jamais réclamer cela à quiconque. Se sentir bien entourée et victorieuse après un défi remporté font partis des meilleures sensations qu'elle ait éprouvé.

CE QUE VOUS N'AIMEZ PAS ? ✯

Malgré toute son assurance, Indonésie est énormément complexée de son corps. Trop petite et planche à pain, comme elle dit. On la prend rarement au sérieux de par cette apparence couplée avec son comportement; la traiter de gamine revient donc souvent. Et son tempérament lui vaut aussi d'être interpellée comme une brute, Ayunda déteste particulièrement ce surnom. Elle digère également mal l'injustice. De plus, ne pas la considérer comme une demoiselle de son âge l'énerve facilement.

TALENT PARTICULIER ✯

Ayunda est une championne des jeux de société. Relever la victoire contre elle revient à réaliser un exploit. Elle est également très habile de ses mains; a autrefois construit ses propres cerf-volants dans son enfance. Elle semble également avoir une sacrée habitude avec les reptiles (et arachnides; mais il est plus probable de trouver un serpent dans un jardin de l'établissement plutôt qu'une tarentule).

HABITUDES/TICS ✯

Fait très important à retenir : Indonésie est asthmatique. Le stress et le choc émotionnel ne semblent pas l'affecter, mais comme elle a vécu dans un pays quotidiennement chaud et humide toute l'année, elle supporte assez mal le froid. Un rhume mal soigné peut être grave. Malgré cela, elle ménage peu ses efforts physique. Tout ceci reste à surveiller. Ironie; Indonésie prend également la liberté de la cigarette, sans trop en abuser cependant. De nombreuses tentatives pour arrêter plus tard, elle n'y parvient toujours pas...

CLUB QUE VOUS FAITES PARTIE ✯

Football. À surveiller tout de même; l'élève étant asthmatique, les efforts sont à ménager. S'assurer que sa ventoline est toujours à proximité.

LOISIRS ✯

Les jeux d'extérieur en tout genre - une balançoire comme une course à pieds peut tout aussi bien la satisfaire, même si elle a une préférence pour le cerf-volant - ainsi que ceux de société. Elle apprécie bien les jeux-vidéos, mais préfère l'air frais. Jouer un rôle de théâtre est un passe-temps également drôle et amusant, selon elle, pour devenir n'importe qui. Autant dire qu'elle y met tout son coeur.

POSTE/EMPLOI ✯

Travaille à mi-temps chez un disquaire, le samedi et parfois le mercredi après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Indonésie || Je veux voler sur un cerf-volaaaaaant ! Jeu 2 Oct - 22:13

AYUUUUUUUUUUUUUU! *huggouille *

Bienvenue et bonne chance pour la fifiche ^^ !
Revenir en haut Aller en bas
Algérie / Hassan M.
avatar
traveler1



Messages : 208
Date d'inscription : 11/01/2014

Taux de synchronisation
Points:
1/100  (1/100)

MessageSujet: Re: Indonésie || Je veux voler sur un cerf-volaaaaaant ! Jeu 2 Oct - 22:15

Lovi quand tu dis Ayuuu, on dirait que tu parle de moi ! :'DD

ASAHIIIIIIIIIIIIIIII JE SAVAIS QUE TU ALLAIS VENIR !!! JE TAIME !

_________________

Littérature : 4,71
Economie : 9.99
Civilisation et culture : 14,22
Mathématique : 15,78
Géographie: 10.
EPS : 16.
Droit international : 7.12
Stratégie militaire : 12,8


Politique / Diplomatique : 5,4
Sciences & Physique : 13,55
Langues Vivantes
Anglais : 8,41
Francais : 12,94
Arabe littéraire : 17,47

Moyenne générale : 11,41
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Indonésie || Je veux voler sur un cerf-volaaaaaant ! Jeu 2 Oct - 22:19

MES AMOURS !! JE VAIS VOUS GATER !

*vous poutouille tout plein ♥♥♥♥♥♥*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Indonésie || Je veux voler sur un cerf-volaaaaaant ! Jeu 2 Oct - 22:22



Bienvenue et bon courage pour ta fiche Keukin
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Indonésie || Je veux voler sur un cerf-volaaaaaant ! Jeu 2 Oct - 23:20

Une Indonésie <3

Bienvenue :3
Revenir en haut Aller en bas
Staff Gang
avatar



Messages : 589
Date d'inscription : 27/02/2012

Taux de synchronisation
Points:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Indonésie || Je veux voler sur un cerf-volaaaaaant ! Sam 4 Oct - 21:45

Tout est bon petite femme indonésienne ! Tu es donc validée comme Médian. Tu bénéficie également du niveau de synchronisation Traveler.

Je t'invite à consulter ton Emploi du temps et à faire rapidement une Demande de chambre. Tu peux aussi commencer à rédiger ta Fiche de Relations afin de découvrir du beau monde.

Bienvenue et bon jeu sur Hetalia Campus Revival ! ♥

_________________
:piano:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Indonésie || Je veux voler sur un cerf-volaaaaaant !

Revenir en haut Aller en bas
 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment Goupile et le Cerf vendirent les vêtements au prêtre contre un oison
» Rp avec un cerf.
» j' ai déjà la rolex, je veux le gronavionkivanavex
» "Je veux qu'on rie...Je veux qu'on danse...Je veux qu'on s'amuse comme des fous !" [Julia]
» Tu veux ma photo ? ( Pv : Junior )

Hetalia Campus Revival :: ADMINISTRATION :: INSCRIPTIONS :: ARCHIVES-