Partagez | .

Journal d'un englishman [Angleterre]

 
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Journal d'un englishman [Angleterre] Mar 29 Juil - 18:22

Basically...

Bon ok le thé c'est quand même une grande passion. Pas très commun, je sais bien. Mais moi, j'adore ça. Thé noir, thé vert, tisane, rooibos, thé détox (même si j'en ai pas vraiment besoin) en bref. Thé.

Sinon, là c'est quoi... Attends, je me parle à moi-même là-quand même, y a un problème. Enfin bref, ce dossier me permet de regrouper des images, des musiques, des textes, un peu n'importe quoi, tout ce qui me passe par la tête. Et le mieux, j'ai pensé à mettre un code sur ce dossier, comme ça, personne pourra le voir !
Au cas où j'oublie ce code, c'est "arthur" voilà, au moins je l'ai noté ici, aucun risque d'oublier.... Quoique. Si je l'oublie, ça veut dire que je n'aurais pas accès à ce dossier.... Bref...

Allez, je vais faire tout ça sérieusement, comme si je tenais un super blog, qui a trop de fans mais …. En fait non, c’est un dossier privé, secret, et … Ou je suis le seul à le savoir. Bon…
Sinon, moi c’est Arthur Kirkland, je suis anglais, après tout, je suis né à Londres, même si je n’y suis pas actuellement. J’ai 18ans, depuis le 23 Avril. Et je vis à … New York. Eeh oui ! Je fais mes études ici, et ce sont des études un peu, particulières disons… J’étudie pour devenir une nation. Oui. Je ne délire pas. Non je n’ai pas fumé. Pas de pilules non plus.
Le représentant de l’Angleterre en fait, pas le président mais… Mais quoi en fait ? Je sais pas.
Arthur Kirkland, 18ans, j’aime le thé. Et je me pose des questions. Beaucoup de questions.

Des questions comme… Est-ce qu’un orque, ça peut aller sur le sable, si y a très peu d’eau ? Si oui, il fait comment ? Il avance en poussant le sable ?

Et sinon, je me demande si … Je serais pas un peu … Homosexuel disons.

Du genre, à regarder un peu trop souvent les garçons. Et les beaux, surtout les beaux. Et qui ont un corps au top.
Enfin, quand je m’attardais à feuilleter les pages, du livre pour les vêtements, où on voyait les hommes en boxer, pour les vendre… Ce n’était rien ça, j’en suis sûr. Je regardais juste, comme ça. Et je passais moins de temps aux pages avec les filles, mais c’est rien…
Puis quand on sort du sport, tous à la douche… C’est rien de regarder un peu, c’est juste, de la curiosité, puis pour comparer. Oui voilà, je compare un peu aux autres ! Rien de plus.
Je ne suis pas gay. (enfin, je crois…)


_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: Journal d'un englishman [Angleterre] Lun 22 Sep - 21:37


Welcome to your life
There's no turning back
Even while we sleep
We will find you

Everybody wants to rule the world




C’est étrange…
Etrange les rêves que l’on peut faire le soir pendant que l’on dort…
Ça peut être joyeux, effrayant, ou alors quelque chose hors du temps, qui ne vous rappelle rien…

Il y a de ces soirs où je ne rêve pas du tout, je m’endors, pour finalement me réveiller le lendemain avec l’impression d’avoir eu une nuit terriblement longue, mais reposante.
Et puis parfois, je vais me réveiller presque toutes les heures, avec des sueurs froides, la tête qui tourne, une envie de vomir, et l’impossibilité de me rendormir.

Ce sont ces nuits là que je redoute souvent. Je ne peux pas dire que le sommeil me fait peur, mais parfois, j’ai une petite appréhension. Et si ce soir aussi je faisais ces cauchemars étranges ?
C’est dans ces moments-là, que je me réveille en sursaut pendant la nuit, m’assurant que tout est toujours là, que je me trouve bien dans ma chambre, à l’académie, et non pas dans un endroit qui m’est totalement inconnu. Plusieurs fois il m’est arrivé d’avoir tellement transpiré, que mes draps en étaient trempés, et pour pallier à ce problème, je mets une serviette éponge sur le lit, et j’essaye de retrouver le sommeil, tant bien que mal…

Le cœur battant, ces rêves sont effrayants, mais surtout, incompréhensibles pour la plupart.

Et pourtant, il m’arrive d’avoir ces rêves étranges, mais de m’en souvenir, au réveil, d’être capable de tout décrire à la perfection, comme si j’y étais pour de bon…

Il y a quelques jours, c’était ça. Un rêve étrange, pas désagréable, mais incompréhensible, qui m’a propulsé dans je ne sais quel monde, à quelle époque, mais c’était agréable, c’était bien, c’était bon, et je me sentais vivant. Quelle contradiction que de se sentir vivant dans le monde des rêves.

...............

C’est comme si je venais d’ouvrir les yeux après une longue sieste, j’étais assis dans un endroit qui m’était inconnu, tout était étrange, différent. Et je tanguais… Pourquoi ? Impossible de le savoir pour l’instant. Mon regard se promenait sur cette petite pièce, richement décorée, du bois partout…
Un bateau.
Inconsciemment mon corps se leva, pour sortir, et ouvrir cette porte, le soleil était tellement éblouissant, que c’en était presque douloureux, et l’air marin venant fouetter mon visage.
C’était la première fois que je voyais cet endroit, mais c’est comme si j’y avais déjà passé de nombreuses heures, des mois, des années. C’était chez moi. C’était mon bateau, mon équipage.
Je regardais mes mains, comme si je les découvrais, même ma peau avait une couleur bien plus dorée, comme abîmée par le soleil, et par cet air marin sans pitié.

Mais tout ça sentait bon. Le bateau avançait rapidement, toutes voiles fermées, sillonnant cet océan, ou cette mer qui m’était encore inconnue. Ces personnes, qui se trouvaient sur mon navire me souriaient, m’appelaient « Capitaine » comme si, nous nous connaissions depuis longtemps, que nous avons déjà vécu de grandes choses ensembles. Instinctivement après avoir regardé tout autour de moi, je montai les escaliers qui menaient à l’étage au-dessus, là où se trouvait le gouvernail, tout en bois, et richement décorés avec des pierres au milieu.  Quelles richesses ce bateau pouvait bien avoir…

L’eau scintillait comme des milliers de diamants, le ciel était dégagé, et offrait une journée des plus agréable. Une légère odeur de rhum remonta jusqu’à moi quand un de ces matelots ouvrit une des portes des grandes cales du bateau.
Un mélange exquis et agréable de rhum, d’air marin, de chaleur.

Mais c’était déjà la fin. Ou du moins, tout était devenu noir.
Pour finalement revenir, encore une fois lumineuse, le soleil agressant mes yeux sans retenue. Le décor était différent.
Mon premier réflexe fût de bouger les mains, voir si tout était encore là, si j’étais encore en vie. Mes doigts s’enfoncèrent dans le sable chaud, je pris plusieurs minutes à jouer avec ce sable, le faire glisser dans ma main, le toucher, me l’approprier… Ce que c’était agréable.
Je me redressai, pour voir ce qui se trouvait autour de moi.
Rien.
Absolument rien à part la mer, le sable, et une forêt un peu plus loin. Certainement une petite île. Est-ce que je m’étais perdu ? Je ne voyais personne de mon équipage autour de moi, ni même un signe de vie.
Est-ce que j’étais venu ici pour découvrir cette île ? Le soleil sans pitié me brûlait la peau, j’étais torse nu avec simplement un pantalon en toile, noir. Rien de plus… Aucune information de plus, pour ce lieu étrange.

Mais c’était encore une fois la fin.

Je me réveillai en sursaut, comme si je manquais d’air, manquant de m’étouffer. La respiration haletante, tout ceci n’était qu’un rêve finalement, encore une fois. Puisque tout dans ma chambre était encore là, tout était au même endroit qu’avant.
Mon réveil à côté de moi m’affichait trois heures vingt-cinq du matin.

Je ne m’étais jamais senti aussi vivant que pendant ce rêve.

What will we do with a drunken sailor,
Early in the morning?

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: Journal d'un englishman [Angleterre] Lun 13 Oct - 16:24

« Je te déteste »

Merde alors, je n’aurais pas cru que ça m’aurait rendu aussi triste de l’entendre me dire ça… Surtout, que jamais au grand jamais je l’aurais cru capable de me dire quelque chose comme ça.

Surtout pour une raison aussi stupide. Juste car je donne mon avis sur sa relation totalement stupide avec Maarten… Il m’a vraiment déçu là, dire qu’il a l’air réfléchi et posé, mais au final il se fait avoir comme tout le monde par ce hollandais. Je l’aurais pensé bien plus malin que ça ! Maarten… Franchement. Quel choix pourri.
Enfin, en attendant, Matthew me déteste, et on ne s’adresse plus la parole. Ça me fait super mal… Il fait partie des personnes que j’apprécie vraiment… Vraiment beaucoup en fait. Surtout que j’ai bien remarqué qu’en ce moment il n’allait pas super bien, pour des raisons que j’ignore. Et ça me rend triste de le voir comme ça, se morfondre tout seul dans son coin… Je meurs d’envie d’aller parler avec lui, et le prendre dans mes bras pour le consoler…

Mais je refuse. Je ne céderai pas le premier. C’est à lui de venir s’excuser, moi je m’inquiète pour lui, j’essaye de prendre soin de lui, et il refuse tout ça, alors tant pis. Qu’il reste avec son Maarten, qui est incapable de le rendre heureux. Il est incapable de quoi que ce soit lui de toute façon.

A part être violent, et faire des menaces à tout bout de champ. D’ailleurs, ces derniers jours il m’a menacé, enfin, comme d’habitude en fait. Mais là, étrangement il avait l’air peut être un peu trop sérieux.
Ah oui, car j’ai fait quelques petits trucs avec Moswen. Qui comprend d’être nu, les jambes en l’air, et de faire un certain effort physique, ou encore d’avoir certaines parties du corps de l’autre dans sa bouche. Bon…
Je ne regrette pas, c’était plutôt sympa, mais à vrai dire, j’ai surtout fait ça pour embêter Maarten. Il m’a provoqué.
« Je t’interdis de le toucher. »
Ah oui ? Tu es sûr de toi ? Tu veux voir ce que j’en fais de ton interdit ?
Eh bien voilà, j’ai fait encore plus que simplement le toucher. Et là si j’ai bien compris ils sont en froid, ça c’est bien fait pour Maarten. Ça lui apprendra à me provoquer, à tourner autour de Matthew.
Non puis, pour qui il se prend, il n’a pas à décider de qui lui appartient ou non. Surtout qu’ils ne sont pas en couple, donc Moswen a la liberté de faire ce qu’il veut.
Dans la théorie c’est ça, dans la pratique un peu moins … Mais je m’en fiche, Maarten n’a qu’à pas être… Maarten en fait. Rien que d’être lui-même, c’est son plus gros défaut.

Hier d’ailleurs… C’était un tel bordel dans la salle commune, ça faisait longtemps qu’il n’y avait pas eu autant d’histoires. Simplement car Antonio m’a embrassé, car oui on est un couple, mais ça c’est un détail pas important.
Lovino s’est mis à pleurer purement et simplement.
Ça m’a mis hors de moi de voir ça. Comment on peut être si faible ?! Se décourager si vite ?! Et cet abruti d’espagnol qui se fait avoir, non mais on n’aura jamais vu un tel idiot.
J’avais vraiment envie d’aller attraper l’italien par les épaules et de le secouer.
Mais merde !! S’il est vraiment amoureux, qu’il essaye de se battre un peu !! Qu’il ne se décourage pas comme ça ! Qu’il ne fasse pas un scandale dans la salle !
On n’obtient jamais rien dans la vie si on ne se bat pas un peu ! Et lui il n’a pas compris ça ?!
Surtout qu’entre l’espagnol et moi y a pas grand-chose, lui il s’enflamme vite, mais ça s’éteint rapidement, et moi… Eh bien moi y a rien du tout. Ça reste juste physique, et c’est pas mal du tout.
J’ai été le plus rapide sur ce coup-là. Ou du moins, le plus dégourdi, malgré que je ne cherchais absolument pas ça… Enfin soit, ce qui est fait est fait.
Alors qu’il arrête de geindre et qu’il se bouge un peu !!

Enfin, là ça a l’air bizarre, c’est comme si je disais à celui qui est amoureux « vas-y, essaye de me piquer mon copain, je t’encourage ! »
Mais je pense ça, sûrement car ça m’énerve les gens qui se morfondent. Et puis qu’il ne me fait pas peur du tout. Je suis meilleur en tout point comparé à lui.
Si je veux vraiment me battre pour Antonio je le ferais, et je gagnerais, comme toujours d’ailleurs.

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: Journal d'un englishman [Angleterre] Mar 9 Déc - 23:10

Londres… Londres …

C’est bien une ville qui arrive à me manquer très rapidement. C’est mon chez moi, l’endroit où je me sens le plus à ma place, que je connais le mieux, qui me fait toujours autant sourire.
Et j’ai pris une semaine pour y rester, me ressourcer un peu on va dire, et j’en avais grand besoin.

Je suis allé voir ma mère seulement un jour, tout juste quand je suis arrivé, cela faisait vraiment très longtemps que je ne l’avais pas revue, et ça s’est vu dans son regard quand elle m’a ouvert la porte, et la façon dont elle m’a souri. Je dois bien reconnaître qu’elle m’avait manquée quand même, même si on se téléphone, ce n’est pas pareil que se voir.
Tout le reste du séjour je l’ai passé à Londres. Inutile de préciser qu’il a fait froid tous les jours, de la pluie tout naturellement, quoique, un peu de soleil le matin pendant deux jours, c’était agréable !
Mon père comme à son habitude m’a laissé son appartement, en partant le soir de mon arrivé chez lui. Enfin, dans un sens, ça m’arrange, j’ai de plus en plus de mal à discuter avec lui, et puis comme à son habitude, lui se dit bien trop occupé par son travail. A force, on s’y fait…

J’ai aussi pu revoir mes amis, et surtout Alex ! Ce qu’il me manque lui, à chaque fois que l’on se retrouve, on a des milliers de choses à se dire, tout ça devant une bière dans un de nos pub favori à Soho.
Inutile de préciser que j’en ai bien profité pour sortir, et m’amuser dans les pubs avec tout le monde, mais après tout, ça sert surtout à faire ça les vacances !
Ah en parlant de ça, je le note avant d’oublier, j’ai trouvé une très bonne pâtisserie juste à côté de la station Leicester Square, j’ai oublié le nom… Mais de retenir la station, ça m’aidera à retrouver. J’ai pu y boire un très bon thé, ainsi qu’un gâteau qui était excellent, vraiment, je dois y retourner !
Puis j’en ai aussi profité pour m’acheter quelques pulls, chemises, ainsi qu’une nouvelle écharpe, il n’y a pas à dire, la mode anglaise est la meilleure. Impossible de trouver des trucs aussi sympa a New York.

Mais ce que j’aime par-dessus tout quand je reviens dans ma ville, c’est me promener le soir dans les rues, quand c’est un peu plus calme, il y fait certes très froid, mais c’est agréable, et revigorant. Et puis ça aide surtout à retrouver le sommeil. Je prétexte une petite sortie au supermarché pour aller acheter des bières, et je m’éclipse de la soirée, pour aller prendre l’air. Regarder les enseignes lumineuses qui bordent la rue, croiser quelques personnes qui rentrent de soirée, d’autres avec leur air endormi qui n’ont qu’une hâte, enfin retrouver leur lit…

Londres est vraiment une ville où je me sens vivant. Je me sens capable de tout réaliser, que je suis le plus fort. Mais surtout, que je suis une personne très chanceuse, de vivre cette vie, qui me destine à vivre ici pendant encore très longtemps… Pour profiter encore longtemps de toutes les merveilles que Londres a à m’offrir.

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: Journal d'un englishman [Angleterre] Dim 14 Déc - 23:16


Ce film, la première fois que je l'ai vu, c'était avec ma mère, quand j'avais 7ans, et que j'étais encore avec elle. On est même allés le voir au cinéma, avec ma tante, et des voisines, les amies de ma mère.
Je me souviens que quand ce film est sortit, il fallait à tout prix le voir, c'était LE phénomène du moment. Surtout que c'est anglais, et avec pleins d'acteurs sympa...

Bon a 7ans, j'ai pas trop accroché, je trouvais ça sympa, mais je préférais les dessins animés.
Puis un beau jour je l'ai revu quand j'avais 16ans, quand j'étais à l'académie, un petit peu avant les vacances de Noël justement.
Mon coup de cœur pour Colin Firth s'est confirmé d'ailleurs. Déjà que l'avoir vu dans le rôle de Mr Darcy dans Pride & Prejudice ça n'a pas aidé... Mais là dans ce film !
Et faut-il parler d'Hugh Grant ? Terriblement sexy dans ce film, j'ai adoré, avec un rôle très sympa ! Gros gros coup de coeur pour cet acteur aussi (et son sourire qui est à tomber)
Puis Keira Knightley, qui comme à son habitude est une femme magnifique, et une très bonne actrice ! (ce n'est même plus à prouver)
N'oublions pas Alan Rickman non plus ! Ainsi que Martin Freeman.

En bref, j'adore ce film. Depuis que je l'ai revu à 16ans, je le regarde chaque année, juste un peu avant les vacances de Noël, et justement, je vais me le regarder ce soir, vu que j'ai la chambre pour moi tout seul.
Oui, je peux pas le regarder avec d'autres personnes, les gens ne feraient que critiquer, c'est un peu... Cucul comme histoire, ça parle d'amour, et de Noël, pas très viril tout ça.
Mais j'ai un petit faible pour ce genre d'histoires on va dire.
Et surtout pour les acteurs.
Et les musiques.

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: Journal d'un englishman [Angleterre] Lun 19 Jan - 21:21


"Du bonheur à l’état pur, brut, natif, volcanique, quel pied ! C’était mieux que tout, mieux que la drogue, mieux que l’héro, mieux que la dope, coke, crack, fitj, joint, shit, shoot, snif, pét’, ganja, marie-jeanne, cannabis, beuh, péyotl, buvard, acide, LSD, extasy. Mieux que le sexe, mieux que la fellation, soixante-neuf, partouze, masturbation, tantrisme, kama-sutra, brouette thaïlandaise. Mieux que le Nutella au beurre de cacahuète et le milk-shake banane. Mieux que toutes les trilogies de George Lucas, l’intégrale des muppets-show, la fin de 2001. Mieux que le déhanché d’Emma Peel, Marilyn, la schtroumpfette, Lara Croft, Naomi Campbell et le grain de beauté de Cindy Crawford. Mieux que la face B d’Abbey Road, les CD d’Hendrix, qu’le p’tit pas de Neil Armstrong sur la lune. Le Space-Mountain, la ronde du Père-Noël, la fortune de Bill Gates, les transes du Dalaï-Lama, les NDE, la résurrection de Lazare, toutes les piquouzes de testostérone de Schwarzy, le collagène dans les lèvres de Pamela Anderson. Mieux que Woodstock et les rave-party les plus orgasmiques. Mieux que la défonce de Sade, Rimbaud, Morisson et Castaneda. Mieux que la liberté. Mieux que la vie..."

Ouais ... Mieux que tout ça. Bien mieux que tout ça...

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: Journal d'un englishman [Angleterre] Mar 3 Fév - 18:30



I've never seen the Northern Lights,
I've never seen the snow
I never walked across the ice
I ignore the ocean's flow

Tiens ça va faire longtemps que je n’ai rien écrit d’intéressant ici… Et là j’ai un peu de temps à perdre, et rien à faire, alors pourquoi pas écrire quelques petits trucs.

Malgré qu’il n’y a rien de bien fou dans ma vie, la routine. Plus jeune je pensais que vivre la vie d’une nation, aller étudier à New York m’offrirait une vie pleine de rebondissement, de magie mais au final, non. Ma vie est la vie d’un adolescent normal, comme tous les autres.
J’ignore si j’écris ça avec un peu d’amertume, ou si au contraire, être « normal » c’est quelque chose de bien.
Moi, Arthur Kirkland, dix-huit ans, une vie tout à fait banale et normale. Bon, je ne vais pas m’étendre sur le mot « normal » c’est un sujet de philosophie tout ça, donc on passe.
En général dans les films ça commence comme ça, un ado normal, avec une vie banale, et d’un coup !! Un rebondissement, et sa vie devient originale, pleine d’aventure et et…

Et rien du tout.

Mon existence va durer des années et des années, ma famille va disparaître avant moi, mes amis à Londres vont disparaître aussi, même Lysander, les serveurs du Starbucks où je vais, ces personnes que je rencontre dans des bars, ces gens avec qui j’échange quelque chose, tout le monde va disparaître.
Sauf moi, et les nations comme moi.
Peut-être que je suis bien trop jeune pour m’en rendre compte ? Mais ça fait quoi de vivre une vie aussi longue ? De voir tant de temps passer ? La moyenne doit bien être à quatre-vingt ans, et je serais bien au-dessus de ça, cent années de plus, deux cents, trois cents, quatre cents !! Je ne sais même pas.
Qu’est-ce que ça fait d’être quasi immortel ?

Je n’ai pas encore la réponse, dans quelques années je pense pouvoir le dire, une fois les études ici terminées. Ou peut-être pas justement, peut-être que l’on ne se rend même pas compte de ça ? Aaah je ne sais même pas quoi penser …

Alors je vais parler d’un sujet bien plus futile. Je sors avec quelqu’un en ce moment. Je l’ai rencontré dans un bar y a quelques semaines, on a bien discuté, on a pu se revoir, et les choses naturelles de la vie se sont faites ! Il a deux ans de plus que moi, brun, un peu bouclé, des yeux marron, un petit peu plus grand que moi, mais pas trop non plus. Et il est gentil.
On est pas vraiment un couple en fait, on se voit régulièrement, mais ça n’empêche pas que l’un ou l’autre aille voir ailleurs. Mais voilà, je passe plus de temps avec lui, qu’avec quelqu’un d’autre (il n’y a surtout pas « d’autre » en fait) donc j’ai décidé qu’on était en couple.
J’ignore combien de temps ça peut tenir, à mon avis, pas très longtemps, mais je m’en fiche, pour l’instant c’est bien, et je profite de tout ça.

Niveau sujet futile, je n’aurais pas pu faire mieux en fait. Mais bon, ça fait partit de ma vie d’ado normal, banal, après tout.
Surtout qu’absolument rien ne m’arrive en ce moment, à part quand je sors le voir lui. Sinon je passe le plus clair de mon temps dans ma chambre à lire, ou regarder des séries, ou encore à travailler. Plus banal, tu meurs.
Ah non je sais, niveau futilité, j’ai encore mieux. Je me suis remis à fumer, bon très peu, mais à force de sortir le soir, j’ai pris l’habitude de fumer, et la journée ça commence à me tenter de plus en plus…
Après tout, je n’ai rien à craindre non ? En tant que future nation quasi-immortelle.
J’aimerais bien quelques petits rebondissements dans ma vie… Mais pas des trop gros, après c’est compliqué de gérer tout comme il faut…

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: Journal d'un englishman [Angleterre] Jeu 5 Fév - 13:58

Cette histoire entre mon frère et Antonio ça m'énerve.

Pourquoi Lysander se sent-il obligé de faire toujours tout et n'importe quoi ? Mais surtout des bêtises ?
Ça ne peut que être mal vu que le corps enseignant, l'infirmier flirte avec un élève ! Ou couche avec tout simplement !
On aurait pas idée d'aller draguer la bibliothécaire !! Bon après tout, son âge ne donne pas vraiment envie, mais soit ...

Lys il a notre âge, d'accord, mais ce n'est pas une raison. Il risque de se faire virer.

Et j'ai tout sauf envie de ça. Je ne veux surtout pas qu'il reparte, seul, en Écosse, sans sa famille, ses frères, nous, moi.
Quand il est repartit car il n'allait plus devenir une nation, ça m'a fait un pincement au cœur... Un gros pincement même.
On se supporte difficilement, ça n'a jamais été très simple entre nous tous, mais on s'aime quand même. Enfin, je crois...

En tout cas, je tiens à Lysander, et je ne veux pas qu'il reparte. C'est MON frère. Je ne vois pas pourquoi il partirait loin.
J'ai souvent ce drôle de sentiment de "possessivité" comme si les gens m'appartenaient, qu'elles n'ont pas à partir trop loin de moi, car elles sont à moi.
Ce qui est totalement faux dès que je réfléchis un peu, on ne peut pas posséder un être humain.
Mais il n'empêche que je ressens ça pour mes frères, pour Lysander, et même William.

Je ne sais pas vraiment quoi faire pour que Lys arrête tout ça, il en fait toujours à sa tête, sans penser aux conséquences ....
J'espère que ça ira pour lui ...

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: Journal d'un englishman [Angleterre] Sam 7 Fév - 23:33


Je suis retombé sur cette musique par hasard ... Et j'avais oublié à quel point elle est géniale.
J'adore ...

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: Journal d'un englishman [Angleterre] Lun 23 Fév - 12:08

Avec Antonio, l’espagnol, on a décidé de jouer à un jeu tous les deux.

Comme une bataille navale, où on doit couler les navires des autres et dire « touché, coulé ».
Bon le jeu est un peu refait à notre sauce, pour « pimenter » la chose en quelque sorte, en faire un jeu original et sympathique. Du moins, sympathique pour nous deux.
Les points sont :
Coulé : 10pts
Touché : 5pts
Juste l’arrière touché : 6pts
Juste l’avant touché : 4pts
Raté d’une case : 4pts
Raté de plus de trois cases : 2pts


Pour l’instant je m’en sors avec 30pts. Et sachant qu’un navire qui a été coulé une fois, ne pourra pas rapporter plus de 10pts, donc ils perdent leur intérêt une fois coulés.
Avec à mon actif le A-Santa María de coulé, G-Gneisenau coulé, J-Vasco de Gama coulé aussi.  
Et je viserais bien certains bateaux…
Comme le M-Hollandia, M-Black Caeasar, E-Mechelen … Entre autres.

Après tout c’est l’hiver, il fait froid, et on s’ennuie quand même pas mal. Donc on fait comme on peut pour se distraire ! Et en rendant le tout le plus agréable possible. Quoi de mieux qu’un jeu n’est-ce pas ?

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: Journal d'un englishman [Angleterre] Jeu 26 Fév - 17:46

[Entrée du journal intime d’Arthur quand il avait 14ans.]



J’ai encore été collé, ça me fait trop chier. Juste car je me suis levé en cours et je suis sorti. Je n’aimais pas ce cours, c’était nul, et le prof est chiant.
Donc ouais, 2h de colle… Mais j’irais pas je m’en fous. Ils pourront me mettre d’autres heures ou appeler mes parents ça me fait rien.
Mon père il s’en fout de moi, et ma mère elle me crie dessus non-stop, comme quoi je vais finir en prison ou dans la rue comme un malheureux. Y a rien de plus chiant que les parents sérieux.
Je m’en fous en plus si je vais en prison en fait, ça à l’air chiant, mais pas pire que l’école.
Puis elle n’arrête pas de me dire que je la rends triste, qu’elle en a marre d’avoir des enfants comme ça, Lys aussi à se fringuer en fille ça l’énerve. Elle avait qu’à pas faire d’enfants, c’est tout, c’est son problème, on a jamais rien demandé nous.
De toute façon j’ai même pas envie de devenir une nation, on m’impose ça, mais moi je veux pas. Je veux … Vivre de chansons et puis c’est tout. Je voudrais bien me faire virer comme ça j’aurais plus à m’embêter dans cette école pourrie.
Un ami m’a dit que pour être sûr d’être viré, suffit juste de mettre le feu à quelque chose, j’crois pas que ça soit une super idée quand même…

Enfin y a juste un truc cool dans cette école. Ellen, elle vient de Belgique je crois bien. Elle est très jolie, puis gentille, elle a une jolie voix toute douce, puis elle lit Orgueil et Préjugés ! Mon livre préféré ! Si ça c’est pas un signe …
Elle est vraiment très jolie enfin… Elle a un physique très …. Enfin, un physique qui me plait quoi ! Bon son grand frère c’est un peu la police mais bon, suffit de l’ignorer…
Enfin j’ignore déjà en fait, j’ai un peu de mal à parler à Ellen normalement… Sans être désagréable, j’ai toujours l’impression qu’on cherche à m’emmerder ou à me rabaisser, j’aime pas ça ! Tout à l’heure je lui ai trop mal parlé, je me suis excusé mais bon … C’est pas comme ça qu’elle va m’apprécier !

C’est trop compliqué les filles de toute façon, j’y comprends vraiment rien.
En vrai je fais le fier, mais je n’ai jamais rien fait avec une fille… Oui bon d’accord, un petit bisou quand j’étais à l’école primaire, mais rien de plus … Même pas un vrai bisou…
Je sais même pas comment faire ! Peut-être que je ne sais pas embrasser... ? Dans les films ils font ça super normalement, comme si c’était trop simple ! Je regarde bien les scènes, au ralenti pour apprendre mais bon, j’ai pas l’impression que ça marche…
Tout le monde ici a l’air de savoir comment faire, ou a déjà fait pleins de choses, moi jamais rien, c’est la honte… Donc bon, je mens un peu. Mais ça me fait vraiment flipper de faire ça !!

Enfin j’y pense pas là… J’essaye du moins. Je dois plutôt me concentrer à comment trouver des clopes. C’est dur, vu que j’ai pas l’âge, je peux pas en acheter… Donc je demande à des passants de le faire pour moi.
Pleins de fois les gens refusent, une fois on m’a même dit « tu veux que j’appelle ta maman mon petit ? » mais j’ai cru rêver !! Adulte de merde là. J’ai quatorze ans, j’ai le droit de fumer, je fais ce que je veux de toute façon.


_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: Journal d'un englishman [Angleterre] Mer 18 Mar - 17:54

[Entrée du journal intime d’Arthur quand il avait 14ans.]




Thought you might care what goes on.
Try to say "what up ? " ; i'm fed up.
Everybody said to shut up,
The last time I told them "what up ? "


Personne ne comprend pourquoi je suis comme ça, pourquoi je m’énerve, pourquoi je trouve ça injuste, pourquoi notre vie qu’on nous destine est pourrie.
Au début tu trouves ça cool de partir pour New York, mais vite fait, tu déchantes, une fois dans l’avion en fait. On t’arrache à tes parents, ta maison, tes amis, ta ville à ta vie, tout simplement. Et on nous oblige à avoir une autre vie, une vie qu’ILS veulent pour nous.
On ne m’écoute même pas quand je parle de mes rêves, on ne m’a jamais écouté après tout, et on ne m’écoutera plus jamais.
Avant que je sois envoyé à l’académie ça faisait un an que j’économisais pour me payer une guitare électrique, pour essayer de monter un groupe avec des amis, et devenir un vrai musicien, mais à la poubelle ce rêve.
Cela faisait depuis mes huit ans que je jouais du violon, au début je n’aimais pas, c’est à mon père que ça plaisait, et puis j’y ai pris goût, je me suis même dit que si un groupe de rock ne marche pas, j’irais quand même au conservatoire, mais à la poubelle ce rêve.
J’aurais vraiment voulu avoir une maison tranquille dans la campagne anglaise, avec un gentil chien, et une vie de famille normale, pas une vie de famille pourrie comme j’ai eu, mais à la poubelle ce rêve.  
Puis je serais partit étudier dans une école super cool avec mon meilleur ami Alex, et on se serait tellement amusés tous les deux, mais à la poubelle ce rêve.

On ne nous demande pas notre avis, on subit les décisions des plus hauts placés, on dédie notre vie à une nation, et aux dirigeants de tout ce monde pourri. Nous n’avons même plus le droit d’avoir notre propre vie à nous, on nous impose tout.
Ma condition elle n’a rien d’enviable, je la donne à n’importe qui d’autre.
Pourquoi est-ce que c’est tombé sur moi ? Et pas sur quelqu’un d’autre ? Le fils de la voisine ? Scot celui que je n’aimais pas à l’école ?

Il y a quelques jours j’ai parlé à une asiat’ que j’avais rarement vu, elle est trop discrète après tout, je sais même plus son nom, mince. Mais elle, elle pensait à tout l’opposé de moi, elle voyait ça comme une fierté, une chance immense de faire tout ça, que sa famille serait fière d’elle, elle sauverait l’honneur et tout pleins de conneries comme ça.
Les gens qui pensent comme ça, ça me donne envie de vomir.
Ils mettent leurs mains devant leurs yeux pour ne pas à voir ce que c’est vraiment tout ça, car ça fait beaucoup trop souffrir.
Donc on se voile, on ferme les yeux, et on sourit, pour essayer de se convaincre qu’on vit un truc génial, que papa, maman vont être si fiers de nous !
Foutaises.

Je veux partir d’ici, je veux pouvoir vivre MA vie et pas une vie qu’ils ont décidé de me donner. Est-ce qu’ils le savaient que j’avais des rêves ?! Des amis ?! Une famille ?!

Oui. Le pire dans tout ça, c’est qu’ils savent. Et ça ne leur fait rien de gaspiller des vies de jeunes qui n’ont rien à voir dans tout ça, ils n’y voient que leur intérêt.
Peut-être que je pense trop, ou alors que mon âge n’aide pas, ma mère le répète souvent, que la crise d’ado ça me rend débile et que je fais n’importe quoi.
Mais elle ne se dit peut-être pas que je souffre, tout simplement ? Ma condition actuelle ne me fait pas sourire, est-ce qu’elle le fera un jour ?
Ou alors, est-ce que grandir, et devenir adulte ça veut dire accepter de fermer les yeux, et de sourire pour se convaincre face aux choix que l’on nous impose ?

Je veux rentrer chez moi, réussir à me payer ma guitare électrique, reprendre le violon, revoir mes grands-parents qui me manquent énormément, manger de nouveaux les cookies de mamie, aller me promener dans le parc, revoir mes amis, je veux pouvoir vivre ma propre vie …

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: Journal d'un englishman [Angleterre] Mar 12 Mai - 23:33


I'll keep on writing

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: Journal d'un englishman [Angleterre] Jeu 30 Juil - 1:04


Cela fait un long moment que je n’avais plus écrit ici. En même temps, ma vie a été assez perturbée ces derniers jours, semaines, mois.
Comment réussir à écrire tout ici ? Et surtout pourquoi écrire ce que j’ai vécu ? Sûrement pour m’en rappeler plus tard, dans des années, et des années.

Au début du mois de Juin, j’ai vécu un truc assez terrible. Ou plutôt, deux trucs.
Un PR, qui est donc obligatoire, des plus horribles. Non pas une guerre, un massacre, une conquête, non, un meurtre, un moment terrible de l’histoire de mon pays.
Avant même d'entrer dans la salle, de revivre ce passé je le savais, je le pressentais qu’il allait m’arriver quelque chose. Malheureusement pour moi, je ne m’étais pas trompé. « Jack the Ripper » aucun autre truc historique n’était intéressant à exploiter c’est ça ?!

D’avoir vu cette scène, j’y étais, j’étais présent, les odeurs, la sensation poisseuse du sang sur mes mains. Encore maintenant, en écrivant ceci, les paupières fermées, je revois le corps de cette pauvre femme, tuée, lacérée, défigurée par mes mains. Ellen a raison, ce n’est pas moi, moi Arthur Kirkland qui l’ai tuée mais…
Pendant une semaine après tout ça, j’étais chamboulé, j’ai vomi plusieurs fois les deux premiers jours, j’ai même perdu cinq kilos, dire que je suis déjà pas bien épais, mais si en plus de ça je mincis comme ça… Je m’en voulais tellement pour cette femme… Elle ne méritait certainement pas quelque chose comme ça…

J’ai aussi blessé une autre femme, mais pas physiquement, mais dans son cœur cette fois. Et une femme à laquelle je tiens beaucoup. Ellen. Une des premières personnes qui a essayé de me comprendre, et a réussi.
Elle vivait le grand amour avec Antonio, tout était beau parfait, avant que je n’arrive au milieu de tout ça, et comme à mon habitude, j’ai cette envie de tout écraser. Comme un conquérant, qui écrase une terre encore pure de ses bottes de cuir.
Je devais montrer qu’Antonio ne pouvait pas être fidèle, qu’il craquerait, le prouver à qui ? Pour quoi ? Je ne sais pas, mais j’avais raison, et ça me fait sourire. Antonio a cédé, et deux fois qui plus est. Et putain, qu’est-ce que c’était bon, j’ai rarement autant pris mon pied avec quelqu’un. Briser des années d’amitié, et d’entente pour simplement quelques secondes d’orgasmes intenses, c’est ce que l’on nomme « égoïsme » je pense.
Mais depuis tout s’est arrangé, je me suis excusé, elle a accepté, mais malgré tout, cela reste, on ne peut pas oublier si facilement quelque chose. Je regrette, et en même temps pas. J’ai pu posséder Antonio encore une fois, me sentir puissant… Et ce sentiment-là, pour rien au monde je pourrais m’en passer.

Souvent je ressens ce besoin de posséder quelqu’un, quelque chose, de conquérir, d’avoir, d’obtenir… Ce challenge, la difficulté, et au final la réussite n’en est que meilleure. On ne peut pas tout avoir bien sûr, mais moi j’aime penser que oui, je peux avoir qui je veux et tout ce que je veux. Caractère classique d’un enfant pourri gâté, n’est-ce pas ? Ce qui est probable, j’ai toujours eu tout ce que je désirais dans mon enfance. Je demandais un jouet à mes parents, je l’avais…
Et en grandissant, je ne demande plus de simples jouets en plastique, mais de véritables humains, avec des sentiments, mais je ne m’en préoccupe pas. Ou du moins, j’essaye. J’oublie la décence et le savoir-vivre quand je veux quelque chose, mon envie de posséder prend le dessus et écrase tout sur son chemin.
Depuis ces derniers temps je ne supporte plus Antonio, mais au fond, je pense être frustré. Frustré qu’il m’ignore, me fait essuyer des refus, alors qu’il sait autant que moi, tout cela lui donne envie, le plaisir que cela procure de craquer et de se laisser aller…

Peut-être qu’un jour je parviendrais à me contenter de ce que j’ai, à ne pas vouloir plus, toujours plus… Mais ce moment n’est pas encore arrivé, j’ai tant à posséder, tant à avoir entre mes mains, à sentir, à vivre… J’aime que tout m’appartienne…


Je suis bien trop fatigué pour continuer à écrire, ou même à réfléchir, je pense aller me coucher, mais j'ai encore plusieurs trucs à dire... Surtout ces derniers temps, avec Francis... Comme quoi, les gens changent avec le temps...

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: Journal d'un englishman [Angleterre] Ven 16 Oct - 22:34


_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: Journal d'un englishman [Angleterre] Jeu 22 Oct - 16:05

Dimanche 20 Septembre mon grand père est décédé.
Samedi 3 Octobre l'Angleterre est éliminée de la coupe du monde de Rugby en XV.
Dimanche 11 Octobre mon copain m'a trompé avec une pourriture.

J'ai le week-end malchanceux faut croire...

J'ai passé une semaine de vacances chez Francis, en France, et c'est bien une des meilleurs semaines que j'ai pu passer ces dernières années, tout était beau, parfait, rien à redire. Sauf que j'ai appris vers la fin du séjour que mon grand-père était à l'hôpital, dans un état qui laisse peu de chance aux doutes.
Francis est donc rentré tout seul à l'école, et moi, en Angleterre. Cancer généralisé, une petite semaine pour partir, je me dis qu'au moins j'ai pu assister aux funérailles, et être là avec ma famille, au lieu d'être à New York et de ne pas être présent.
La plus grande partie de mon séjour je suis resté avec ma grand-mère qui se retrouve seule tout d'un coup dans sa grande maison de campagne. Bien sûr j'en ai profité pour aller à Londres, m'amuser, revoir mes amis, sortir, boire, fumer.
Boire énormément surtout après la défaite au rugby. Le pire dans tout ça ? J'en avais profité pour m'acheter des billets pour voir le match contre l'Australie, sûr de la victoire mais non, tout le stade était déçu.

Les vacances prennent fin, je laisse ma grand-mère seule, avec le cœur serré, j'espère que tout va bien pour elle en ce moment que j'écris ces mots, je l'appelle le plus souvent possible.

Assez content de rentrer, de revoir certaines personnes, puis Francis, il finit par m'avouer (après de longues heures passées ensemble, à se raconter mille choses, faire des centaines de rêves à deux) que lui et Antonio ont couchés ensemble. C'était comme une douche froide, non plutôt, un gros coup de poing, puis un coup de pied dans le ventre, le genre de coup qui fait vraiment bien mal, et qui est bien placé.
Antonio... Antonio... Pourquoi lui ? Parce qu'il veut se venger ? Parce que l'on est fait pour graviter l'un autour de l'autre, en essayant tant bien que mal de faire tomber l'un ou l'autre ?
J'ai déjà eu des petites déceptions à cause d'autres personnes, avec une relation plus ou moins floue.
Mais alors là, dès qu'il y a de l'amour, bordel que ça fait mal.

C'est bizarre de savoir ça par la suite, je repensais à tout ce qu'on a pu faire le soir de mon arrivé, sans que je sache, il m'a touché avec les même mains qui ont trainées sur le corps d'Antonio ? La même bouche ? Le même sexe ? Tout, absolument tout, oui logique, vu que c'était Francis AVEC Antonio.
Comme quoi il flirtait trop, il était tenté, je lui manquais... Je suis maintenant le responsable de quand mon copain est en manque et n'est pas capable d'aller sur un site porno...
Pendant presque deux semaines j'étais vraiment mal, en plus de mon grand-père, du rugby, de Francis, c'était un peu trop pour moi... Déjà qu'habituellement je suis une personne qui dort peu, je ne dormais quasi plus. Ou alors si, le minimum pour ne pas m'écrouler dans la journée, mais ça se résumait à souvent allez, quatre voir cinq heures de sommeil, si j'étais chanceux.
Pendant mon séjour en Angleterre je mangeais déjà moins, assez triste et troublé par tout ça, et là, c'était ce qui manquait pour que je mange encore moins, ou encore une fois, le minimum pour tenir.
Je ne suis déjà pas bien gras, là c'est encore pire, y a plus rien de sexy ou de viril en fait, faut que j'y remédie...

Malgré tout ce que je pensais, ce que je disais, je me suis finalement remis avec Francis. Je lui donne une deuxième chance, parce que je l'aime trop tout ça... Enfin, ça, c'est ce que j'essaye de me dire.
En vérité je ne veux pas laisser Antonio gagner. J'ai détruit son couple, mais lui, n'est pas parvenu à détruire le mien. Je pense être surtout retourné vers Francis par orgueil et fierté, bien sûr je l'aime, je suis bien avec lui, mais j'ai encore un peu de mal à retourner dormir avec lui comme avant, à ne plus penser qu'Antonio est passé par là aussi...
L'espagnol lui, il a tout perdu, la confiance de son ami, de ses amis, et surtout, la chose qui comptait le plus en ce moment, l'amour de Roderich et sa confiance. Plus jamais il ne reviendra à lui, c'est fini, pour toujours. Quand on ne sait pas jouer, on ne joue pas dans la cour des grands, Antonio.

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal d'un englishman [Angleterre]

Revenir en haut Aller en bas
 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Journal d'un englishman [Angleterre]
» Sinistre farce éléctorale dans les Caraibes selon le journal Humanite.fr
» Henriette d'Angleterre, dit Madame ... [terminé]
» IMPORTANT : Journal recrute rédacteurs
» Journal de Hermione Blake

Hetalia Campus Revival :: ETABLISSEMENT :: [DOCUMENTS] :: JOURNAUX INTIMES-