Partagez | .

La fin couronne l'oeuvre. Mais certainement pas toi !

 
Invité
Invité



MessageSujet: La fin couronne l'oeuvre. Mais certainement pas toi ! Mar 20 Mai - 21:43


Seychelles



En bref !

Nom : MONTHY Louise
Surnoms : Lou, ou n'importe quoi qui puisse te faire plaisir.
Âge : 16 ans
Sexe : Féminin  
Anniversaire : 29 Juin
Orientation Sexuelle : Les thons. Littéralement.
Niveau Scolaire : Cycle Intermédaire


Une Nation, mais avant tout une histoire.


Pays que vous représentez : La République des Seychelles.

Langues que vous parlez : Le créole seychellois (oui), le français et l'anglais.

Histoire Personnelle : Crois-le ou pas, toute l'histoire ne commence pas aux Seychelles. Elle commence bien loin de cette île en vérité. Dans un pays bien connu, va savoir pourquoi ; la France. A Paris même, la capitale. Dans cette ville vivait une multitude de personnes. Mais surtout, y vivait Victoria Ashton.

Victoria était une belle femme, l'une de celles que l'ont remarque de loin, ne serait-ce que par sa peau foncée ou ses longs cheveux noirs et bouclés dansant avec le vent. Une Anglaise, qui avait décidé de faire ses études en France. Pourquoi ? Et bien la France attire beaucoup de monde ; Victoria faisait partie de ce monde, et de ce mouvement populaire vers la capitale française. Et qui dit nouveau pays dit nouvelles rencontres. C'est à l'université qu'elle l'a vu pour la première fois. Un châtain, la peau pâle, les yeux noisettes, et ce sourire plein de dents constant. La première fois que leur chemin se croisèrent ; Victoria et Will.

Il ne fallut que peu de temps pour qu'ils s'entichent l'un de l'autre, se tournant autour un long moment avant de finalement passer au cap supérieur. Et après deux ans de vie commune, il la demanda en mariage, et les voilà jeunes mariés, partis en voyage de noces aux Seychelles. Tu commences à voir le coup venir ? C'est bien.

Leur voyage s'était incroyablement bien passé. Tellement bien qu'ils décidèrent de ne plus quitter l'île. L'ambiance, les paysages, le climat, les gens, absolument tout là-bas leur plaisait, et c'est quasiment sur un coup de tête qu'ils s'y installèrent pour de bon. D'autant plus que madame Monthy était enceinte ; une bonne nouvelle en amène une autre.

C'est donc quelques mois après que la petite Louise pointa son nez. C'était au début de l'été, le 29 juin 1997 plus précisément. Avec ses petites mains potelées de nourrisson, elle tendait déjà les bras vers le soleil et le ciel, ouvrant ses grands yeux bruns sur le monde l'entourant. Victoria et Will le savaient, elle allait être une grande aventurière. Et ils ne furent jamais aussi désespérés d'avoir raison.

Un an. Louise se tient sur ses petits pieds, et c'est les bêtises qui commencent. Emmener la petite sur la plage était la pire idées que les Monthy eurent. Trottinant, trébuchant dans le sable, la brunette n'avait qu'une idée en tête : toucher la mer. Mettre ses pieds dans l'eau. Se rouler dedans. Ah, ils ont dû courir, les deux parents, pour l'empêcher d'aller se noyer toute seule.

Deux ans. Louise arrive à articuler des mots, parfois des phrases. Et ce sont souvent les mêmes qui reviennent. « Papa, pourquoi le ciel est bleu ? Papa, pourquoi l'eau ça mouille ? Papa, pourquoi les nuages ils bougent ? Maman, je peux aller à la plage ? Maman, je peux avoir un dauphin ? » Cette période où les parents voudraient bien prendre un rouleau de scotch et faire taire leur enfant pour plusieurs heures. Et oui, il fallait bien passer par là.

Trois ans. La fillette demande tous les matins à sa maman de lui faire des jolies couettes pour l'école. Elle aimait beaucoup l'école, d'ailleurs. Elle avait plein de copains et de copines, elle leur montrait les jolis bijoux de maman, elle leur parlait de son grand rêve de devenir amie avec les dauphins, et qu'un jour elle irait toucher un nuage pour de vrai ! C'est là qu'elle a commencé à chanter. Elle inventa toutes sortes de chansons à l'école, pour les fêtes des mères et des pères, ou encore Noël. Se tortillant les mains devant sa robe rose dont elle était très fière, elle récitait ses couplets en faisant presque pas de fautes !

Dix ans. Un grand bond dans le temps pour dire que Louise porte toujours des couettes, mais basses maintenant. Elle allait toujours à l'école, toujours avec les mêmes gens, les mêmes amis, les mêmes cours, les mêmes professeurs. Elle s'ennuyait un peu. La jeune fille avait soif d'aventure, de découverte. Elle voulait voir ce qu'il y avait derrière cet horizon sans fin, derrière cette mer trop calme, au pied de ce ciel azur. Elle avait un petit peu grandi, aussi. Elle ne voulait plus être amie avec les dauphins, mais elle rêvait toujours de pouvoir nager avec eux. En regardant son cahier qui sentait encore le neuf et cette page blanche, elle se rendait compte qu'elle avait besoin de nouveau.

C'est lorsqu'elle avait douze ans que ce nouveau arriva enfin. Sous forme de lettre. Le problème chez les Monthy, c'est qu'on a tendance à archiver les lettres. Louise avait les pieds dans l'eau ce jour-là. Comme tous les autres jours. Sa mère n'eût aucun mal à la trouver, elle passait le plus clair de son temps à la plage. C'est essoufflée qu'elle arriva derrière elle, tendant la lettre. La jeune fille la prit, et la lu en silence. Avant de sauter de joie sur place, éclaboussant sa chère maman au passage. Oops !

Louise fit sa valise en quatrième vitesse. Elle n'était pas encore entrée dans cette nouvelle Académie pour Nations qu'elle était déjà en retard. « J'ai trouvé cette lettre entre les factures et les vieux dessins de notre fille. » avait dit Will Monthy à son épouse. C'est qu'ils étaient un peu négligents. Mais pas méchants.

L'aéroport, l'avion, l'Amérique, New York. Chaque pas était pour Louise une grande découverte. Pas de dauphins ou autres poissons clown parmi les grattes-ciel de la ville ; tant pis ! Elle aura eu le temps d'en voir toute son enfance, place au neuf ! Des étoiles dans les yeux et un sourire émerveillé collé sur la face, elle posa un pied décidé sur les marches de l'Académie, sa lourde valise trimbalée à bout de bras. Et BIM. Un blondinet dans la face.

« Je m'appelle Arthur. Je suis le président du conseil des élèves ! ...Et toi ? ... Louise ? Et bien, viens Louise, je vais te faire visiter ! »

Famille : Louise est fille unique. Elle a une mère, Victoria, et un père, Will. Elle a également des tantes et des oncles, ainsi que des cousins et des grands-parents, mais vivant en Angleterre et en France, elle ne les a jamais rencontrés. Cependant, il lui est arrivé de recevoir quelques cartes et lettres de sa famille, mais elles finissent généralement toutes empilées sur le bureau du papa.


Et surtout, un être humain.


Vous avez l’air de quoi ? On devine tout de suite que Louise vient des îles du Sud. Une peau foncée, qu'elle tient néanmoins plus de sa mère que du soleil, de grands yeux noisette pourvus de longs cils noirs, une chevelure brune épaisse rassemblée en deux couettes basses... Voilà l'aspect général de la jeune fille. Ajoutez à cela une bouffée d'ondes positives à chaque fois qu'elle ouvre la bouche, et vous savez l'essentiel sur l'apparence de la brunette !

Louise n'est pas bien grosse, et par conséquent les formes suivent le mouvement. Un ventre plat, des fesses également plates, une poitrine tout ce qu'il y a de plus banale (paie ton B), bref, rien qui ne sorte de l'ordinaire. Elle ne peut se vanter que de sa taille généreusement creusée et de ses petites chevilles. Oui, elle aime ses petites chevilles. Elle s'en vante. Elle brille, en disant « Moi d'abord, j'ai des petites chevilles, et bim ! »

Oui, c'est joli.

On peut y accrocher des bracelets de coquillages.

On pourrait croire d'elle qu'elle est hyperactive. En effet, elle ressent le besoin constant de bouger, de rire, de chanter et danser. Sa bonne humeur quasi-permanente a pour but de se transmettre - oui. Elle veut faire sourire tout le monde, tout le temps, qu'il pleuve, vente, neige, GRÊLE. Peu importe, du moment que les == se transforment en :DD !!

Cependant, contrairement à ce que l'on pourrait penser, Louise n'est pas du genre tactile. Elle a un peu de mal avec les contacts physiques et se trouve vite mal à l'aise si son entourage en abuse. Elle n'en est pas effrayée, pas à ce point. Mais elle préférera toujours un bon high five à un hug étouffant. Étonnant ? Pas tellement. Ses parents n'ont jamais été très chaleureux dans le sens corporel du terme. Toujours très formels, ils préfèrent un sourire sincère à une accolade froide. Oui, ça existe. De ce fait, si ses amies seychelloises s'amusaient à se faire des gros câlins, Louise restait à côté, souriante, mais loin de toutes ces mains pleines de doigts.

Côté vestimentaire, ce que l'on retrouvera toujours, systématiquement, à tous les coups, ce sont des rubans. Dans ses cheveux. Elle trouve les élastiques très peu gracieux, et étant habituée à se coiffer de deux couettes, elle camoufle les chouchous par de gros rubans satinés. La plupart sont des cadeaux de sa mère, elle a acheté les autres à New York.

Sinon, Louise est habituée aux vêtements légers. Elle affectionne les robes simples d'été en particulier, mais peut aussi porter shorts et jupes. Elle est d'ailleurs parfaitement à l'aise dans l'uniforme de l'Académie, pour son plus grand bonheur. Imagine, toi là, rester neuf ans dans des vêtements que tu ne supportes pas. Nul hein ? Et bien Louise n'a pas ce problème. Et tant mieux. Elle eût un tout autre problème cependant : le froid. Il est en effet rare de voir de la neige aux Seychelles ; je t'épargnes sa première expérience de l'hiver à New York. Elle était juste intenable. Mais je m'éloigne du sujet. Le froid donc. La Seychelloise dû se résoudre à acheter collants et bottes. Pour les pantalons on repassera plus tard.

Ça se passe comment dans votre tête ? Mal.

Non, honnêtement ? Incroyablement bien. Sérieusement ! Louise répand - ou du moins essaie - la bonne humeur autour d'elle. Toujours joyeuse, son éternel sourire collé sur la face, elle rit de tout et n'importe quoi. Et sans se forcer ! C'est quelque chose de naturel chez elle. La joie de vivre. La soif de découvertes, l'envie d'aller de l'avant sans jamais regarder en arrière. Si Louise a ses hauts et ses bas, elle essaie cependant de ne jamais rester dans un état d'esprit sombre trop longtemps. Il peut lui arriver de bouder pour des petites broutilles futiles, mais elle n'est pas rancunière pour un sou.

En revanche, elle a horreur qu'on lui tourne le dos et peut devenir très vite envahissante, voire... Carrément chiante, en fait. C'est qu'elle s'accroche, la lourdingue. N'essaie même pas de lui faire la tête sans raison, tu l'auras collée aux basques, et crois-moi, elle est plus patiente que toi. Donc si tu ne veux pas l'entendre beugler à tes oreilles des milliers de « Pourquoi ?! » ou de « Mais j'ai rien fait !! », mieux vaut jouer cartes sur table et lui expliquer les raisons directement. Au moins elle sera fixée !

Ah oui, il faut être franc avec elle. Louise n'est pas du genre perspicace, et si les choses ne lui sont pas expliquées clairement, elle bug, elle se déconnecte, elle retourne nager avec les méduses de son cerveau. Dans le même sens, elle peut être à l'origine de quiproquo tellement immenses que t'aurais jamais crû ça possible d'être une quiche pareille. Elle peut mal interpréter des tas de choses, comprendre des trucs qui jamais ne sont sortis de ta bouche, transforme un regard fatigué en regard de travers... Bref, comme je l'ai dit, le plus simple avec elle reste de jouer la franchise. Même si cela peut être blessant parfois, fais-moi confiance. Tu ne veux pas qu'elle déforme la vérité.

La Seychelloise est également très distraite et peut par conséquent paraître négligée. On dit que les poissons sont bons pour la mémoire ; elle est l'exception qui confirme la règle. Malgré son amour qui n'est plus à prouver pour la poiscaille, sa mémoire est un véritable gruyère. Tu vois Dori ? Et bien tu vois Louise. Bon, elle retient son prénom quand même, faut pas déconner. Mais ne t'attends pas à ce qu'elle retienne chaque mots de la discussion que tu es en train de lui tenir. C'est comme ça qu'elle peut parfois poser des lapins sans le faire exprès, oublier son sac dans sa chambre en allant en cours, zapper qu'il y a contrôle de mathématiques dans deux heures... Bref, dire qu'elle est dans la lune serait un euphémisme. Disons que ses amies les baleines des abysses de son cerveau sont bien plus captivantes qu'un rendez-vous important. Evidemment.

Pas besoin de le répéter, Louise n'est pas très contact physique. En revanche, elle adore être entourée. Elle ne crache pas sur un peu de tranquillité de temps en temps, mais elle se sent bien mieux au milieu d'un groupe d'amis à rigoler à des blagues stupides que seule dans la bibliothèque pour réviser. Réviser, mais quelle idée sérieux. Elle arrive cependant à garder ses notes à un niveau convenable. C'est que papa-maman l'attendent au tournant, tu vois.

Ce que vous aimez : Si t'as pas compris, les poissons. Autant vivants que dans son assiette d'ailleurs. Et oui. Elle n'a aucun scrupule à kyatter dans un aquarium pour ensuite aller se faire un Jap'. Absolument. Aucun.

A part ça, elle aime la mer. BIG NEWS.

Le neuf. Elle a constamment besoin de neuf. Elle a du mal à se faire au train-train quotidien. C'est pourquoi elle parle souvent à plein de gens différents, préférant connaître un peu tout le monde plutôt que beaucoup un groupe défini.

Louise aime bien la peinture également, même si elle est vraiment nulle. Genre. Vraiment. Cette patate que tu vois sur ce tableau, en fait, c'est un garçon qui fait du surf, et cette tâche verdâtre, c'est la mer. Et oui.

Ce que vous n’aimez pas : Les légumes. Genre. Vraiment. Tout ce qui est céréales, semoule, riz, patates, et les fruits en général, ça passe. Mais les légumes ? Salade, poireaux, carottes, courgettes ? JAMAIS. JA-MAIS.

Elle n'aime pas le maquillage non plus. Et ce n'est pas faute d'avoir essayé ? Mais ça lui démange, elle se gratte la peau, et se frotte les yeux sans faire attention, bref, une calamité. Le vernis à ongles ne fait pas exception : non  seulement elle a la flemme de bien le mettre, mais si elle se retrouve à en avoir, elle n'arrive pas à s'empêcher de le gratter, tirer dessus, tripoter jusqu'à retirer complètement la couche colorée de ses ongles.

Talents particuliers : Le chant. Elle s'est mise très tôt à chanter les petites chansons de la maternelle, et après ça, elle a développé un certain don dans le domaine. Elle chante très souvent en fait, enfin, marmonne des couplets ou entonne des airs au hasard, que ce soit en marchant, en se coiffant, ou même carrément en cours.

Habitudes/Tics : Rien qui ne sorte de l'ordinaire en vérité. Il lui arrive de se tripoter les cheveux, mais toutes les filles font ça, ou presque, non ?

Clubs dont vous faites partie : Elle est à la chorale. Elle aurait aimé rejoindre le club de danse aussi, mais elle a oublié et a donc loupé les inscriptions. Ahlala.

Loisirs : Elle aime peindre, mais n'est absolument pas douée dans le domaine. Elle continue pourtant, parce-qu'on sait jamais. Sinon, manger peut être une sorte de loisir. Elle grignote beaucoup entre les repas, la bougresse. Mais du coup, durant les dits repas, elle ne mange quasiment rien.

Poste/Emploi : Aucun. Elle reçoit un petit peu d'argent de poche de ses parents chaque mois.


Et ta tronche ?

Surnom : tmtc
Âge : Mental ou ?
Comment vous avez connu le forum ? Pffffft.
Des commentaires ? Supportez-moi encore un peu. Pwease.
Et pour finir, le fameux code secret ! {Y'en ai po.}
Revenir en haut Aller en bas
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: La fin couronne l'oeuvre. Mais certainement pas toi ! Mar 20 Mai - 21:46

Sorry. Not sorry. 8D

( je kiffe- )

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La fin couronne l'oeuvre. Mais certainement pas toi ! Mer 21 Mai - 0:31

    Ben j'ai FINI.

    :D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La fin couronne l'oeuvre. Mais certainement pas toi ! Mer 21 Mai - 9:45

CUTE ALERT
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La fin couronne l'oeuvre. Mais certainement pas toi ! Mer 21 Mai - 10:58

Cute- REBIENVENUE
Revenir en haut Aller en bas
Staff Gang
avatar



Messages : 589
Date d'inscription : 27/02/2012

Taux de synchronisation
Points:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: La fin couronne l'oeuvre. Mais certainement pas toi ! Mer 21 Mai - 13:03

Très jolie fiche ! 
Vote en cours miss !

-Le britbrit-

_________________
:piano:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La fin couronne l'oeuvre. Mais certainement pas toi ! Mer 21 Mai - 18:59

    MERCI LES GARS.

    <3
Revenir en haut Aller en bas
Staff Gang
avatar



Messages : 589
Date d'inscription : 27/02/2012

Taux de synchronisation
Points:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: La fin couronne l'oeuvre. Mais certainement pas toi ! Jeu 22 Mai - 19:00

Validée miss aux poiscailles 8D

_________________
:piano:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La fin couronne l'oeuvre. Mais certainement pas toi !

Revenir en haut Aller en bas
 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La fin couronne l'oeuvre. Mais certainement pas toi !
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Aristide : « Sélection mais pas d’élections ! »
» Haitiinfos: Il n'est pas neutre mais il essaye d'être objectif

Hetalia Campus Revival :: ADMINISTRATION :: INSCRIPTIONS :: ARCHIVES-