Partagez | .

Polska, toujours là où on ne l'attend pas. [Insérez ici vieux jingle de pub]

 
Invité
Invité



MessageSujet: Polska, toujours là où on ne l'attend pas. [Insérez ici vieux jingle de pub] Lun 18 Mar - 0:03


    Au premier coup d’oeil

    Nom : ŁUKASIEWICZ, Feliks
    Surnoms : /
    Âge : 15 ans
    Sexe : Masculin
    Anniversaire : 11 Novembre
    Orientation Sexuelle : Normal. (entendons par là : hétéro)
    Niveau Scolaire :
      15-16 - Cycle Secondaire

    Pour un peu mieux vous connaître


    Pays que vous représentez : Le pays du cheuh chmick chmuk chmuk... La Pologne.
    Langues que vous parlez : Le polonais, of course, quelques rudiments d'allemand. Et l'anglais, au début, il croyait que c'était une langue morte, m'enfin bon, il a fini par passer le stade du "Chello. It'ch, like, raining chtoday." et le parle à présent plus ou moins bien (avec son accent patate dans la bouche. Le like et le totally, par contre, il l'a bien assimilé).
    Histoire Personnelle :
    La Pologne, mine de rien, c'est pas le pays des enfants. Pas dans le sens où un poney pédophile se cache à chaque coin de rue mais plutôt du côté où la population n'a pas une démographie super élevée. Ca s'arrête en moyenne à un enfant, voire deux. Et encore, si par chance (notez que ce terme est tout à fait relatif à la situation) il y en a. Mais, nous n'allons pas nous attarder à une famille dans la moyenne, non. En effet, dans la jolie capitale qu'est Varsovie, les parents Łukasiewicz avaient décidé de peupler à eux-seuls l'école du quartier, même si en réalité la théorie qu'ils considéraient la contraception comme mauvaise parce que pas du tout catholique et pas mieux l'avortement est plus que probable. Avant même que le jeune blondinet vienne au monde, il fut précédé non pas par une, mais bien cinq soeurs ainées. De plus, il était prévu une sixième demoiselle. C'est alors que survint l'erreur au compteur, qui passa sans aucun soucis notable. Feliksa devint Feliks, et les parents furent heureux d'avoir enfin un garçon. Du moins, la mère, puisque le père Łukasiewicz, très prit par son travail à l'usine, ne voyait sa famille que peu souvent. Il est amusant de souligner que la plus grande déception du père n'était pas de s'absenter autant, mais de ne pas avoir le temps d'aller à l'Eglise le dimanche tant il trimait comme un malade. C'est donc dans une maison où le règne des chromosomes XX ne faisait aucun doute que le Feliks fit ses premiers pas dans la vie. On dit souvent des enfants uniques qu'il y a beaucoup de chance qu'ils soient gâtés par leurs géniteurs et les proches de ceux-ci, on utilise parfois le terme "d'enfant-roi". Pourtant, le blond n'avait rien à leur envier, on peut même affirmer qu'il en faisait partie et ce, pour deux raisons très simples: il était l'unique présence masculine de la meute (si l'on peut parler ainsi) et en soi, cela lui donnait une importance assez symbolique. Puis, il était le petit dernier. Et tout le monde sait que les derniers nés n'échappent pas à certains élans d'affection, d'autant plus que la majorité féminine se trouvait aussi particulièrement protectrice. Materné à la fois par sa mère et ses soeurs, il occupait aussi quelques fois le rôle de "poupon". Petit, ses soeurs s'amusaient à lui nouer des rubans roses dans les cheveux (les mauvaises langues diront que c'est à cause de ce traumatisme qu'il ne peut pas s'empêcher de le faire aux autres à présent) et lui faire porter des petites robes. Poupée qui, même si le jeune Feliks était déjà d'une énergie débordante, était quand même bien plus docile que de nos jours, surtout envers l'autorité féminine. La mère aux bras larges (et à l'opulente poitrine de poule pondeuse) laissait faire, puisqu'il s'agissait d'un jeu, cela ne pouvait pas tourner mal, et même elle considérait que c'était drôle. Le problème survint lorsque le petit polonais fit un véritable caprice pour porter l'une de ces robes froufroutantes à l'école. La génitrice, qui n'avait pas l'habitude de lui refuser quoique ce soit, fut bien embêtée de s'entendre accepter pour que Feliks arrête de se rouler sur le sol en beuglant d'un désespoir particulièrement dramatisé. Il s'avéra que le futur représentant de la Pologne apprécia terriblement être au centre de l'attention. Cela, bien entendu, ne plut pas du tout au père Łukasiewicz quand l'incident parvint à ses oreilles. Pour lui, pas question que son fils devienne mentalement déviant! Il fallait donc le soigner immédiatement. Alors, quoi de mieux pour remettre son enfant sur le droit chemin que de l'envoyer à l'Eglise du quartier plus d'une fois par semaine où il aiderait le prêtre à préparer ses offices et où celui-ci lui apprendrait à être un bon chrétien? Pour ce qui était bien et mal le polonais l'assimila rapidement, par contre, il y avait certaines choses qui restaient floues dans son esprit. Pourquoi c'était bizarre qu'il porte une jupe ou une robe alors que le prêtre en portait une (blanche même) pour ses messes, hein?? Et celui-ci lui répéta tant de fois que "ce n'est pas la même chose" qu'il se l'imprima de manière tordue au fond de son crâne. Il pouvait bien porter jupe et robes et être un parfait chrétien tout à fait normal puisque pour lui "c'est pas pareil". Sur ce plan là, Feliks fut particulièrement borné à la manière d'un poney enragé. Entre ça, et le gout de surprendre, on se douta assez vite du sacré numéro qu'il allait devenir. Après tout, s'il était roi chez lui, pourquoi se serait-il privé de l'être aux yeux du monde? Déjà enfant, l'affection sur-dimensionnée qu'il recevait avait commencé à forger une personnalité d'un amour-propre inimaginable. Son égocentrisme naturel atteint des sommets le jour de ses douze ans, lorsqu'il reçu la lettre l'informant qu'il était promu au fabuleux destin non pas d'Amélie Poulain mais de représentant de la Pologne. Joie, fierté gonflée pour cette famille déjà très patriote. Puis, passé l'instant de lissage de plumes, le jeune paon Feliks fut prit de terreur. En effet, l'idée de quitter son pays ne l'enchantait guère. Il avait tellement entendu des discours effrayants sur les étrangers qui avaient entretenu sa frayeur de l'inconnu
    C'est seulement après moults buwawawawa attristés du polonais et des mots d'encouragement et de réconfort de sa mère qu'il prit l'avion direction les Etats Unis.
    Famille : Pas dans l'Académie du moins.

    Vous avez l’air de quoi ?
    I wish I would dye my hair pink
    Put on black lipstick
    No one would give a shit
    Short shorts, short skirts, flower tops, denim shirts
    Si Feliks est un tantinet maniéré, il ne faut pas non plus croire qu'il est all the time en mode c'est la fête du slip, bye bye les pantalons et bonjour les jupe et maquillage. D'abord, il se maquille pas c'est mauvais pour la peau. Il ne porte pas non plus tout le temps des jupes (sinon elles perdraient leur intérêt principal), il préfère même les pantalons. Il faut aussi ajouter que même si Feliks est légèrement efféminé et capable de passer avec artifices pour une demoiselle, il n'en reste pas moins un garçon sans qu'il se trouve l'ombre d'un doute lorsqu'il porte des vêtements qui sont pour lui normaux. Niveau carrure, le Polak tient plutôt du roquet hargneux que du Saint Bernard. Selon certaines sources, il ferait même exactement dix centimètres de moins que le lituanien en chef (par contre, pour savoir combien fait le liet en question, faut se lever de bonne heure). En soi, il est reconnu qu'il est un peu petit. Mais c'est pas grave, c'est toujours la bonne taille pour fourrer son nez dans une poitrine réconfortante. Il faudrait aussi rajouter, rapport à sa carrure générale, que malgré sa capacité à avaler tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi), le Feliks n'est pas gros. Il a, certes, certaines rondeurs, mais elles se partagent entre son visage, ses joues en particulier, d'une jolie rondeur style bouille de bébé qu'on pourrait-tirer-si-le-machin-ne-mordait-pas, et ses mains potelées. En soi, ça peut donner une excuse sur le pourquoi tout ce qu'il tient dans ses mains finit irrévocablement sur le sol (ou c'est peut-être parce qu'il ne sait pas ranger aussi... rien n'est moins sûr). Outre cela, Feliks possède un teint de blond, plus précisément: sa peau est blanche. Un blanc capable de prendre aisément diverses couleurs, comme par exemple le rouge puis le bleu lorsqu'il oublie de respirer quand il gonfle les joues. Le vert aussi, parfois, et, plus rarement, le rose. Qui dit teint de blond sous-entend que les cheveux sont donc de cette couleur. Même si le Feliks utiliserai des termes comme "de l'or" , "doux " comme "de la soie". Et continuerait ainsi pendant très longtemps à parler des bienfaits des shampoings et soins pour les cheveux, puisque en effet, les trois quarts de la fierté débordante du polonais se situent dans sa masse capillaire. Il est vrai qu'il l'aime énormément et en prend tellement soin qu'il ne peut y avoir que de jolis résultats concernant celle-ci. Le cheveu brillant les oreilles remuantes, les pattes griffu...hem mais par contre obstinément raide comme la justice (ou un allemand après l'Oktoberfest). La tignasse est coupée en un carré droit qui encadre son visage juvénile. Parlons d'ailleurs de son visage. Assez expressif même si ses yeux à demi-clos et la moue semblent être les plus présents ( il parait que ça donne un air de famille avec Victoria Beckam). Sinon, il faut reconnaître une jolie couleur d'yeux, un vert assez pétillant, mais lorsqu'il pétille de trop méfiez-vous, le polonais a sans doute une idée derrière la tête et ce n'est jamais complètement une bonne nouvelle.

    Ça se passe comment dans votre tête ?
    I was like, she was all, he was all, they were like, we were all
    like oh my god, like, totally, we were like, I was all, they were
    all, he was like, she was like, oh totally, like oh my god.
    Puisqu'il faut bien commencer par quelque chose, partons du principe même du Feliks. Bien que ça sonne théorie du chaos (et que quelque part, ça s'en rapproche), il y a des faits primordiaux qu'il n'y a pas à contester lorsque l'on parle du blond excité. C'est la vision qu'il a de lui-même et qu'il espère donner à son entourage: il est invincible. Intombable, véritable Phoenix que tu irais kascher pour t'en débarrasser, tu y arriverai pas. A la manière d'une invasion gigantesque de fourmis, il est toujours là, qu'on le veuille ou non (surtout quand on ne le veut pas). Si l'on ferme la porte, il rentrera par la fenêtre. Si on lui dit non, il répondra qu'il n'en a rien à faire. Parce que Feliks est aussi comme ça. S'il se prend pour un aigle invincible, il se croit aussi roi. Et qui dit roi, dit tous les droits. Le polonais ne se refuse rien, considérant qu'il mérite toute bonne chose qui pourrait lui arriver, parce qu'il est "genre totalement parfait", et que sa perfectitude ne pourra jamais être complètement récompensée. En cela, on peut comprendre bien vite qu'il faut une grande patience et beaucoup de compréhension pour supporter cette petite tête blonde. Imbu de lui-même au possible, persuadé de sa propre domination sur les autres autant morale que physique (même lorsqu'il fait trois têtes et trente kilos de moins que son vis à vis), en somme, de sa supériorité. S'il fallait lui demander pourquoi il se trouve si fort, il commencerait par énoncer ses qualités physiques, avant de finalement ponctuer d'un "parce que je suis genre totalement polonais". Parce que, tout le monde le sait, les polonais sont des Gary-Stu à leurs heures perdues, même que Chuck Norris en vrai il est polonais, que les plombiers font des noeuds sur les tuyaux à la seule force de leurs dents quand ils s'ennuient et qu'ils sont tellement forts qu'ils ont été les premiers à découvrir que Tinky Winky est un dangereux déviant homosexuel et l'ont démasqué aux yeux du monde. C'est beaucoup de pression d'être aussi parfait, si si, c'est vrai.
    Il faut aussi concevoir le drame perpétuel de la vie du Feliks. Bah oui hein, si c'est si terrible d'être parfait, il est encore plus horrible de savoir que personne ne le comprend (bon ok, peut-être Hongrie, et Italie du Nord. Parce qu'ils ont l'oeil de la perfectitude). Résumons les faits: le représentant de la Pologne a la fâcheuse tendance d'exagérer les faits (en plus de ses qualités. Un vrai marseillais ce polak). Ainsi, il est tout à fait capable de hurler à la tentative de meurtre alors qu'il vient de se couper légèrement le bout du doigt sur la page d'un magazine. La théorie du complot, tout ça, il la connait sur le bout des doigts (même s'ils sont blessés), d'toute manière, c'est toujours de la faute des Russes, ou des étrangers. Au final, ça tourne toujours en rond et ça revient au même. Si le Feliks dit n'avoir peur de rien, il a pourtant une réelle phobie des étrangers. SURTOUT si ceux-ci ont du sang "Vodka da?" dans les veines. Méfiant avec ceux qu'il ne connait pas, il n'hésite pas à se cacher derrière quelqu'un d'autre pour se protéger du potentiel assaut-de-la-première-rencontre. Généralement, si l'inconnu en question est plus petit que lui et/ou visiblement moins fort, ça passe étrangement beaucoup mieux, allez savoir pourquoi. En plus, au fil des années passées à l'Académie, il a finit par s'y faire ( d'après des sondages très précis, on rencontre beaucoup plus d'étrangers dans un pays étrangers) même s'il reste parfois des relents de cette frayeur presque viscérale.
    En revanche, une fois l'affection du Feliks gagnée, il se trouve autant accroché qu'un Americain obèse à son hamburger du jour. En effet, quand le blond décide qu'il apprécie quelqu'un, l'autre devra assumer d'avoir un polonais, qui tient plus de la puce que du poney, scotché à ses basques. Et l'alliance ne finira pas TANT QUE le polak ne l'aura pas décidé. Possessif, envahissant ET tyrannique sur les bords, si tu aimes du polonais, tu mangeras polonais, tu parleras polonais, tu respireras polonais, et p'têt même que tu rêveras (ou, plus probablement, feras des cauchemars) polonais. C'est comme ça, un point c'est tout. Feliks aime étaler la culture de son pays sur les autres, et ça collera autant qu'une mauvaise confiture aigrie. Ainsi, il ne faut pas s’étonner de voir le blondinet réclamer entendre ses amis dire un ou deux mots en polonais. La seule consolation pour les personnes visées sera que, pendant ce laps de temps, le demandeur aura enfin cessé de parler. Puisqu'il faut le souligner, Feliks est très très très très très très bavard. Il est capable de faire une conversation à lui tout seul. Sa puissance verbale s'élève tellement qu'il pourrait faire un dialogue. Tout seul. Parfaitement. Malheureusement, sa "puissance verbale" est loin d'être égale à son vocabulaire qui se résume facilement par "genre", "totalement" et "carrément". Saupoudrez ensuite de mots polonaisement mutants, déformés comme s'ils avaient passé leurs vacances du côté de Tchernobyl, touillez doucement, avec une pincée de mouvements de mains vivaces, vous obtenez grosso modo la manière de s'exprimer du Feliks.
    Jusqu'ici, pas grand chose de positif à retenir penserez-vous. C'est vrai qu'il est un gamin qui aura été longtemps gâté, égocentrique et qui plus est, particulièrement bruyant. Mais, Feliks reste néanmoins, dans le sens propre du terme, un gosse. Il dit des choses qui peuvent être blessantes, mais sans penser réellement à mal, le tout avec une franchise perturbante. S'il fait des bêtises régulièrement, on a plutôt l'impression qu'il est complètement inconscient de ce qui pourrait être bien ou mal dans ses actions. De plus, alors qu'il peut aisément avoir l'image d'un roi insupportable, possessif, directif, il n'est pourtant pas à douter, une seule seconde, qu'il ne tournera jamais le dos à ceux qu'il aime. C'est ainsi que, faisant preuve d'une fidélité exemplaire, il sera toujours prêt à aider aveuglément ses alliés, guidé simplement par ses émotions, et une grande foi.

    Ce que vous aimez : Les poneys, les paluszki, le rose, les trucs sucrés, les trucs gras, les trucs gras et sucrés, mettre le bordel, être au centre de l'attention, les vêtements de fille, ce qui est à lui, ses cheveux, les filles avec une assez grosse poitrine pour mettre le nez dans le décolleté.
    Ce que vous n’aimez pas : être ignoré, avoir faim, Russie, qu'on touche à ses cheveux sans sa permission, Bielorussie, qu'on lui COUPE ses cheveux, qu'on dise qu'il est gay, qu'on s'approprie ce qui est à lui.

    Talents particuliers : Les cordes vocales puissantes et infatigables. Sérieux, pour causer autant (et fort) sans finir aphone, c'est même plus un talent mais un don. Séquestrer certaines personnes (surtout les plus faibles qui ne pourront pas se défendre) pour leur nouer une multitude de rubans rose dans les cheveux avec option "tête à maquiller" dans le lot. Inventer des jeux bizarres. Absorber masse de trucs sucrés et/ou gras à en faire trembler un diabétique et sans jamais se trouver rassasié. Capable aussi de se matter l'intégrale des saisons et films My Little Pony toutes générations confondues sans tourner de l'oeil (/!\ cette capacité n'est pas adaptable aux Télétubies. En effet, le polonais se met à convulser en bavant dès les premières minutes).
    Habitudes/Tics : Peut-être, genre carrément, un léger tic de langage, genre, un peu, totalement.


    Clubs dont vous faites partie : Club d'Aqua-Poney. Bon ok, le directeur a dit que non, mais le Polonais y travaille.
    Loisirs : Parler, repeindre des trucs en rose, parler, se moquer de Russie, parler, collectionner les poneys, parler, jouer à certains jeux vidéos, parler, préparer la conquête du monde, parler, et optionnellement faire de Varsovie la capitale de tous, parler, faire les tests dans les magazines de fille, parler, squatter l'espace des autres, parler, créer des trucs avec Felicianno et ... parler.
    Poste/Emploi :Envahisseur académique. ça existe pas? Polonisateur de l'espace! Comment ça genre "y en a pas" ?? Bah va falloir s'y mettre.


    VOUS ! Oui, vous !

    Surnom : Je suis un jeune Padawan qui n'a pas su résister à l'influence de son maître... *regard lointain philosophique en sirotant un choco-chamallow avec une moustache de sucre sous le pif*.
    Âge : 19 ans
    Comment vous avez connu le forum ? /
    Des commentaires ? j'ai craqué, j'ai craqué, j'ai craqué, j'ai craqué, j'ai craqué, j'ai craqué, j'ai craqué, j'ai craqué, j'ai craqué, j'ai craqué, j'ai craqué, j'ai craqué, j'ai craqué, j'ai craqué, j'ai craqué, j'ai craqué, j'ai craqué, j'ai craqué, j'ai craqué, j'ai craqué,...
    Et pour finir, le fameux code secret ! {Noires, pour faire original.}
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Polska, toujours là où on ne l'attend pas. [Insérez ici vieux jingle de pub] Lun 18 Mar - 2:37

Compagnon de rose, de cheveux et de drapeau semblablement renversé. 8D

Rebienvenue /o
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Polska, toujours là où on ne l'attend pas. [Insérez ici vieux jingle de pub] Lun 18 Mar - 9:55

Citation :
Je suis un jeune Padawan qui n'a pas su résister à l'influence de son maître...
... Y a des accès tyranniques auxquels j'adhère totalement. 8B

*Étouffe Serre Pologne contre son coeur* ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Polska, toujours là où on ne l'attend pas. [Insérez ici vieux jingle de pub] Lun 18 Mar - 10:24

Ça c'est de la fiche coco!

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Polska, toujours là où on ne l'attend pas. [Insérez ici vieux jingle de pub] Lun 18 Mar - 19:28

BFF.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Polska, toujours là où on ne l'attend pas. [Insérez ici vieux jingle de pub] Lun 18 Mar - 20:10

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Polska, toujours là où on ne l'attend pas. [Insérez ici vieux jingle de pub] Mar 19 Mar - 17:37

    *Te mange.*
Revenir en haut Aller en bas
Staff Gang
avatar



Messages : 589
Date d'inscription : 27/02/2012

Taux de synchronisation
Points:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Polska, toujours là où on ne l'attend pas. [Insérez ici vieux jingle de pub] Dim 24 Mar - 9:46

Validé brave petit poney !

_________________
:piano:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Polska, toujours là où on ne l'attend pas. [Insérez ici vieux jingle de pub]

Revenir en haut Aller en bas
 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L amour vient toujours au moment ou on ne l attend pas (PV Coeur de Nuit)
» Regarde toujours devant toi, jamais derrière, sauf si tu sais que quelques choses t'y attend [ Prio : Bois de Frêne ♥ ]
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!

Hetalia Campus Revival :: ADMINISTRATION :: INSCRIPTIONS :: ARCHIVES-