Partagez | .

Rainbows are not gay, man [South Africa, fini]

 
Invité
Invité



MessageSujet: Rainbows are not gay, man [South Africa, fini] Mar 29 Jan - 16:34

    Au premier coup d’oeil

    Nom : Moswen Mkandla
    Surnoms : Mos, le plus souvent, MM, parfois. Sa mère l’appelle « son petit poussin d’amour » mais ce n’est pas un surnom que vous pouvez utiliser sans danger.
    Âge : 16 ans
    Sexe : Est un mec !
    Anniversaire : 31 mai (Indépendance de l’Afrique du Sud)
    Orientation Sexuelle : Son pays est le 5ème à avoir accordé le mariage gay, son porte-drapeau aux JO était une hermaphrodite. En bref, peu importe (mais les nichons c'est chouette quand même)
    Niveau Scolaire :Cycle Secondaire

    Pour un peu mieux vous connaître

    Pays que vous représentez : Rien qu’avec les langues officielles, on pourra l’écrire d’une douzaine de façons différentes , man. Il représente la République d’Afrique du Sud. Ou nation arc-en-ciel. Rainbow style.

    Langues que vous parlez : Onze langues officielles. Ouais, onze. ONZE. Mais comme la majeur partie de son peuple, Moswen n’en parle « que » trois ou quatre. Sa langue maternelle est le xhosa, il parle le zoulou (même racine et 2ème langue la plus utilisée), et maîtrise l’anglais. Il a quelques notions d’afrikaans et de hollandais (après tout ça se ressemble). Pour le reste des langues, africaines ou non, il fait ce qu’il peut ! Comme communiquer par geste (le fuck, universellement compris since forever).

    Histoire Personnelle :
    Johannesburg, 1996, 01h46 du matin. Naissance de Moswen Mkandla, fils de Mandisa Nkosi et Tau Mkandla, dans leur maison de Johannesburg. Pour bien débuter dans cette histoire complexe, commençons par rappeler que maman Mandisa fait partie de l'ethnie zoulou et papa Tau de l'ethnie xhosa. Autant dire que les tiraillement culturels sont déjà une part de l'identité de Moswen Mkandla. Mais le bébé s'en fout pour l'instant, il dort. Il est tout pâle et sa maman l'aime déjà beaucoup. Son papa aussi mais là il est parti se griller une clope sur la terrasse, il regarde les étoiles avec le sourire idiot qu'ont les papa quand ils sont papa pour la première fois.

    Johannesburg, quelque part entre 1999 et 2000 Le bug de l'An 2000, tant attendu n'a pas eu lieu ! Les nombreux membres de la famille de Moswen font la fête dans le jardin, les morceaux de viandes grillent sur le braai. Et un petit garçon de quatre ans est pétrifié de peur en écoutant ses cousins se raconter des horreurs sur les sorciers, sur l'air de "Le fils de la soeur de la collègue de l'oncle de ma mère a vu ça de ses yeux !". Non, décidement, les grigris et les enchantements c'est pas son truc. Lui il préfère sucer son pouce et se rapprocher des adultes qui disent des choses moins dangereuses.

    Johannesburg, 2001 Papa Tau et maman Mandisa passent leur temps à se gueuler dessus depuis un petit moment déjà. Moswen n'aime pas ça, mais il ne comprend pas grand chose de toute façon. Alors il suce son pouce et joue avec ses peluches. Aujourd'hui papa est venu dire qu'il allait partir de la maison. Sur le coup, Moswen n'a pas voulu comprendre, il a continué à jouer. Mais ensuite, maman est venue lui parler aussi pour expliquer des choses qu'il n'avait pas envie de comprendre, alors il a arrêté de jouer. Tout va bien se passer, elle a dit, c'est un nouveau départ. Bon, a dit Mos, bon.

    Aux alentours du parc national Kruger, 2006 Aujourd'hui c'est l'anniversaire de Moswen, il a insisté pour accompagner son père à son travail. Le père de Mos travaille comme aide-vétérinaire au parc Kruger, il a une maison pas très loin où il vit avec sa femme toute blanche et ses enfants chocolat au lait. Mos n'est pas sûr de beaucoup aimer Jessie, sa belle-mère, mais il adore Kim et Henry, ses demi-frère-et-soeur. Alors ils sont avec lui, dans la jeep de son père, et ils roulent en admirant le soleil se coucher sur le parc. Moswen regarde les girafes cavaler au loin et un groupe de lions boire au point d'eau. Mieux que cool, ça c'est certain.

    Johannesburg, 2006 Une semaine sur deux et la moitié des vacances. Coupé en deux, Mos, toujours. Un pied dans l'appartement toujours en fête de sa mère et de son beau-père Kefentse, au milieu de leurs trois garçons et les concours de catch sur le tapis du salon, un autre pied dans la maison de son père et de sa belle-mère, près des animaux et de Kim et Henry. Une valise sous chaque lit, écouteurs dans les oreilles et air relax, sa vie est une espèce de tornade, autant rester cool. Sauf pendant les matchs de foot auquel son beau-père l'enmène parce que là, le but c'est de faire sonner la vuvuzela !

    Johannesburg, 2008 Ca commence par un beuglement de son beau-père, style, Moooos courrieeeeer, et le bruit caractéristique de ses petits frères qui se battent pour attraper la lettre. Moswen arrive, distribue taloches flegmatiques en part égale et ouvre sans trop regarder. Eiiish... Alors comme ça il est convié à venir étudier en Amérique pour devenir le représentant de son pays ? Quand il l'annonce au téléphone à son père, puis de vive voix à sa mère, une seule réponse : faut faire un barbecue pour fêter ça. Et c'est le ventre explosé que Moswen Mkandla prendra l'avion le lendemain, direction New York.

    Famille : Mos est lié à la plupart des nations d’Afrique, d’une façon ou d’une autre, genre « cousin au second degré de la cousine de la tante de sa mère ». (Mais, en tant qu’ancienne colonie européenne, il est aussi proche de Hollande, France ou Uk. Weird.)

    Vous avez l’air de quoi ?
    On pourrait croire à tort que l’Afrique du Sud c’est métissage&co.
    En vrai, 79% de black, 10% de blancs, deux trois minorités et enfin quelques métisses. En tant que digne représentant de cette nation, et de sa majorité, Moswen est noir. Pas noir d’ébène genre éthiopien, pas mate comme les égyptiens. Non, juste une peau couleur chocolat 70% cacao. Si vous ne voyez pas de quoi je parle, référez-vous à Belgique. Cette jolie peau de black couvre un gabarit raisonnable, à seize ans Moswen fait déjà prêt de 1m78 et est loin d’être fluet. Les épaules larges, le torse correctement dessiné, grâce au foot, il n’est pas à plaindre. Bon, pour être tout à fait franc, il se trouve beau gosse. Très beau gosse. Les lèvres constamment relevées sur un sourire mi-moqueur, mi-séducteur. Ah, car oui, il faut le préciser, l’adolescent sourit tout le temps, apparemment c’est un trait de caractère qui revient souvent chez les futures nations à potentiel touristique… Mh, je vous laisse méditer là-dessus pour m’attacher au reste des traits de ce visage.
    Un nez… moins imposant que celui du russe, mais de taille respectable tout de même, des yeux aux iris tout ce qu’il y a de plus caress-… sombre. Et surtout. Comme toute bonne ex-colonie du Royaume-Uni qui se respecte : une paire de sourcils épais. Ça, Moswen s’en passerait bien. Enfin, il se console en se disant que ça lui fait un regard plus viril. Au lobe droit de son oreille, on trouve un petit diamant. Ouais, un vrai, pas du toc, t’es fou, toi ! Symbole de la richesse de son pays ou tout simplement du goût du propriétaire pour le clinquant.
    Passons maintenant à un sujet qui mériterait des pages entières : ses cheveux. Que se passe-t-il quand notre charmant africain du sud ne s’en occupe pas ? Ils se dressent sur son crâne façon Pays Bas. En plus crépu. Et oui. On n’a pas tous la chance d’être une ex-colonie britannico-hollandaise. Moswen trouvant que les sourcils-chenilles c’est déjà assez craignos comme ça, il tente chaque matin d'aplatir la chose à grands coups de peigne, et planque le tout sous une casquette à visière ou autre accessoire.
    Enfin, si on passe au niveau fringue, vous allez vite comprendre pourquoi on l’appelle « la nation arc-en-ciel ». Monsieur kiffe les maillots de sports colorés, les shorts funky et les imprimés qui claquent. Pas exactement une fashionista mais il aime les vêtements. Son uniforme, il le porte avec désinvolture, rajoute des chaines à son cou et des badges stupides sur son t-shirt. Si vous le suppliez assez longtemps, il acceptera peut-être de porter un costard, faut avouer qu’il est pas mal là-dedans. Mais en contrepartie, il se plaindra que « tout le monde va le prendre pour un vigile ! » pendant des heures.


    Ça se passe comment dans votre tête ?
    Comment ça se passe ? Et bien, pour être tout à fait honnête, c'est souvent un gros bordel, mais passez dire bonjour quand même !
    First,
    Monsieur Moswen est tout sauf un grand stressé. Il prend la vie calmement, ne se presse pas pour aller en cours et au maximum vous arriverez à tirer de lui un haussement d'épaule. La nervosité, les sautes d'humeur et le manque d'affabilité, c'est pas pour lui ! Non, vraiment, il a eu un choc en débarquant aux USA et en voyant les dingos qu'on y trouvait. Pas que chez lui ce soit le monde des bisounours, mais apparement le soleil ça rend moins sur les nerfs. Mos balade donc son amabilité et son sourire rayonnant (selon lui) avec une certaine décontraction nonchalante qui peut vite agacer les plus tendus.

    Second,

    Il ne l'expliquera jamais clairement, mais c'est sûr qu'il se sent un peu supérieur au reste des nations africaines. Quand on a une économie aussi performante que la sienne en même temps, on peut bien se la péter un peu non ? Monsieur parade, monsieur adore exiber ses diams, monsieur fait le malin. Bon, passons sous silence les autres problèmes de son pays, ou il sera très vite mal à l'aise. Et un Moswen mal à l'aise, ça commence par un rire jaune et ça finit par vous jeter à la figure vos propres problèmes, de la façon la plus trash possible. Sous ses dehors de mec sympa et chaleureux, il y a pas mal de failles et d'incertitudes qu'il ne tient pas à voir exposées, fierté masculine, m'voyeeez ?

    Third,

    Ce qui est remarquable chez Mos, à part son goût pour le bling-bling, c'est qu'il est une vraie pipelette. Les ragots, les bruits de couloirs ou simplement une discution sans queue ni tête, font son bonheur. Il n'hésite pas à radoter et à colporter le moindre petit secret ce qui fait de lui la dernière personne au monde à qui vous voudriez vous confier. Mais en même temps... il a promis qu'il ne dirait rien, hein ? Si c'est son sourire charmeur qui vous a trompé, je ne vous blamerai pas, il s'entraîne depuis trop longtemps pour que vous ayiez une chance de résister. Son miroir est la personne qui a dû le voir le plus souvent ces dix dernières années.

    Fourth,

    Chercher un public où se montrer est un des sports préférés de Mos, avec le foot. L'africain du sud, c'est le petit malin qui s'obstine à balancer des vannes pourries du fond de la classe depuis une demi-heure non stop, avec l'idée que ça le rend cool. Evidemment, il réserve ce comportement aux matières qui le font chier, jamais il ne lui viendrait l'idée de faire ça en éco. Mais, oui, disons le franchement : Mos peut être un casse-couille de première. Et il peut l'être très longtemps. Une manière radicale de le calmer ? Mettez-le face à une bestiole, et il va se mettre à roucouler comme un débile. Il fait parti du fanclub de 30 millions d'amis, et ouais.

    Fifth,

    Mais l'Afrique du Sud c'est aussi 16000 meutres par an, 30000 carjackings et le record mondial des viols. Y a tout de suite plus d'ambiance, hein ? Moswen est loin d'être un psychopathe, la dernière fois qu'il s'est battu doit remonter à hier matin, ok, mais c'était avec son peigne et ses cheveux. Néanmoins, un petit avertissement, comme ça, en passant... Evitez de boire avec lui. On évite également de faire des blagues racistes, avec l'apartheid c'est un devenu un gros tabou dans son pays.


    Ce que vous aimez : Comme pas mal de jeunes de son âge, Moswen aime la musique, les filles, les barbecues. Surtout les barbecues. Chez lui, ça s’appelle «braai » et dès qu’on a un truc à fêter, on sort le matos ! En plus de la viande grillée, il aime bien les animaux. N’y voyez aucun rapport. Y en a c’est les gosses, les collections de timbres ou la broderie, lui c’est les bestioles. Mais surtout le guépard. Très classe, les guépards, non ? Emblème de l’Afrique du Sud, tout ça. Il a aussi une affection toute particulière pour Nelson Mandela, homme politique mondialement connu pour sa lutte non-violente contre l’apartheid. Cet homme est son Héros avec un grand –H. Autre chose ? Le foot. Et dans une moindre mesure, le rugby. Dans tous les cas, il aura à la main cet instrument redoutable, cette arme de destruction massive qu’est la vuvuzela. A mi-chemin entre la corne de brume et le barrissement d’un éléphant. Insupportable. Un conseil ? Fuyez. Russie a son tuyau, Belarus ses couteaux, Alfred a ses super héros et Pologne a Lituanie. Afrique du Sud a la vuvuzela.

    Ce que vous n’aimez pas : Mos est plutôt du genre décontracté, pester sur tout et n’importe quoi il laisse ça au européens ! Mais dans son pays on est plutôt chatouilleux sur la question de la tolérance avec l’apartheid et ses séquelles… Alors avec lui, le racisme devient le r-word et on ne le mentionne pas.
    Ne vous moquez surtout pas, mais sa deuxième plus grande peur dans la vie c’est les sortilèges et autres envoûtements. Il est superstitieux, ok, mais chez lui on ne rigole pas avec les sorciers. C’est un coup à finir impuissant. Et puis, euh. Ses diamants. Il a une fascination pour ces cailloux-là. Alors, euh. Pas touche.


    Talents particuliers : Il a un bon feeling avec les bestioles ! Et les ballons ronds. Savoir jouer de la vuvuzela aussi (aha).
    Habitudes/Tics : Eiiiiish… On peut pa’ trop dire qu’il ai d’tics d’langage, t’vois ? Mais ça lui arrive d’t’parler un peu comme dans les townships, s’rtout quand tu l’emmerdes. Compriiiis, man ? Il a l’habitude ponctuer toutes ses phrases de « Howzit man ? », « Sharp, man ! », « Eish ! » et autres expressions. Parce que c’est cool. Man.


    Clubs dont vous faites partie : Est un dingue de foot ! S’est inscrit au club dès qu’il a posé le pied sur le sol de l’académie.
    Loisirs : Traîner au club, faire des barbecues, mater les filles, vouer un culte à Nelson Mandela.
    Poste/Emploi : Hahahaha. Travaille dans une animalerie.


    VOUS ! Oui, vous !

    Surnom : J.
    Âge : Toujours le même, alas.
    Comment vous avez connu le forum ? TC !
    Des commentaires ? Et un mâle viril, un !
    Et pour finir, le fameux code secret ! {pieds nus à moitié gelés yay}
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rainbows are not gay, man [South Africa, fini] Mer 30 Jan - 15:21

HEY : D.


"Un conseil ? Fuyez. Russie a son tuyau, Belarus ses couteaux, Alfred a
ses super héros et Pologne a Lituanie. Afrique du Sud a la vuvuzela."

Tu m'as juste achevée. Non mais là. Magnifique.

"
Il a quelques notions d’afrikaans et de hollandais (après tout ça se ressemble)"

Sauf erreur de ma part et de wiki, l'afrikaans est la langue la plus parlée... Non ? http://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_d%27Afrique_du_Sud
(et c'est pas pareil que le hollandais 8D !!! C'est.... en fait l'afrikaans ça rend le meme effet pour les hollandais que le quebecois pour les français. C'est très. Très drôle. /amis quebecois je vous aime/ ) Oui car c'était les hollandais qui étaient là en premier naméo ! ;D (oui non okay les portugais mais eux on s'en fout)

Bref, j'arrête le spam ! Il est chou : D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rainbows are not gay, man [South Africa, fini] Mer 30 Jan - 18:18

HEY 8D

J'avais rien fumé, je le jure.

Bah wiki se contredit lui-même (à moins que je sois miro) sur la carte on voit effectivement que c'est l'afrikaan le plus parlé, mais dans les stats c'est le zoulou ! Bwef, en fait j'avais fait le choix qu'il parle plus des langues des ethnies originelles d'Afrique du sud (parce que oui, avant les hollandais et les portuguesh, y avait déjà pas mal de monde : D). Mais vu qu'il a une famille trèèès recomposée (son histoire me file des mots de crâne) j'pense que je vais revoir à la hausse ses compétences en afrikaan xD (et puis j'aime bien l'idée que Maarty se foute de son accent).
...C'est moi qui finit par spamer en fait 8D

Awi, je précise que les yeux violets sur l'ava sont temporaires, hein.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rainbows are not gay, man [South Africa, fini] Mer 30 Jan - 22:59

Disons que c'est la difficulté avec les pays africains, est-ce qu'il faut les faire parler les langues des ethnies (qui en plus ne correspondent que dalle aux frontières des pays décidés par les colons...) ou bien les langues majoritairement parlées finalement concrètement quoi ! :/ C'est problématique x) Tu fais as you wish !

Owi Ned il se moquera de lui 8D !! <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rainbows are not gay, man [South Africa, fini] Ven 1 Fév - 0:42

La Vuvuzelaaaa nonnnnnnnnnn!

Bienvenue camarade XD.
Revenir en haut Aller en bas
Staff Gang
avatar



Messages : 589
Date d'inscription : 27/02/2012

Taux de synchronisation
Points:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Rainbows are not gay, man [South Africa, fini] Mar 12 Fév - 16:47

Vaaaaalidé ~.

_________________
:piano:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rainbows are not gay, man [South Africa, fini]

Revenir en haut Aller en bas
 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rainbows are not gay, man [South Africa, fini]
» With Aristide's return comes hope (Selma James, widow of C.L. R. James)
» Who is Muammar Gaddafi?
» South Africa learning from Venezuela's initiatives - Mbeki
» Haitians Say Ngiyabonga (Thank You) South-Africa!

Hetalia Campus Revival :: ADMINISTRATION :: INSCRIPTIONS :: ARCHIVES-