Partagez | .

[ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence

 
Maître du Jeu
avatar
god



Messages : 72
Date d'inscription : 05/09/2014

MessageSujet: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence Sam 28 Mar - 18:55






"
Yo ho, yo ho, a pirate's life for me
We pillage, we plunder, we rifle, and loot
Drink up, me 'earties, yo ho
We kidnap and ravage and don't give a hoot
Drink up, me 'earties, yo ho

"



Citation :
"Messieurs,

Dans le cadre de la recherche et de votre cursus scolaire, vous êtes convoqués à une quête du Projet Revival, salle PR, à 13h le Lundi 30 Mars. Mr Arthur Kirkland sera dispensé du cours de Littérature ce jour et Mr Antonio Fernandez Carriedo sera dispensé du cours de Droit International ce jour.
Vous serez encadrés par un professeur disponible à cette heure.

L'intelligence artificielle vous donnera les détails de votre mission sur place.

Cordialement,

L'administration."


[ L'intelligence artificielle aujourd'hui a trouvé de bon goût de porter un tricorne, ce chapeau pirate si symbolique, ceux derrière tout ça doivent s'amuser à l'habiller comme ils veulent. Mais sa voix reste toujours la même, calme, informatisé, alors qu'ils vous dit encore les même consignes. ]

Bonjour messieurs.

Veuillez prendre en compte les mesures de sécurité indiquées sur le règlement.
Si vous êtes malade, fatigué, blessé, ou autre, veuillez le préciser à votre professeur qui décidera ou non si vous êtes aptes à travailler.
Vous serez noté à la fin de cette mission.

Installez-vous sur les couchettes et placez votre tête et vos bras dans les zones appropriées.
L'écran sur votre gauche vous indique la date à laquelle vous allez être envoyé.

[L'écran affiche "1661. Tortuga, Santo Domingo (Haïti)."]

Votre mission consiste à découvrir si Juan Ponce de León a vraiment cherché la fontaine de jouvence et si il l'a découverte.


[ http://fr.wikipedia.org/wiki/Fontaine_de_jouvence
http://fr.wikipedia.org/wiki/Piraterie
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8Ele_de_la_Tortue_(colonie_fran%C3%A7aise)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Domingue_(colonie_fran%C3%A7aise) ]

La synchronisation commencera dans trois... deux... un....





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence Mer 8 Avr - 23:23

Une mission pour le Projet Revival, encore une fois ? Même si cela restait toujours une expérience intéressante et enrichissante, ce n’était pas de tout repos. C’était épuisant les heures d’après, si on oublie les maux de têtes, et les images pas toujours très joyeuses qui restent à l’esprit.
Mais là, un nom était présent.  « Antonio Fernandez Carriedo », quel nom avec une sonorité intéressante.
Cela pouvait signifier deux genres de missions, bien ou mal, aussi simple que ça. Historiquement les deux pays ont toujours été plutôt liés, de façon plus ou moins alliés c’est vrai, même si la plupart du temps, ils s’opposent, et avec une haine farouche.
L’espagnol… Il n’aurait pu rêver mieux comme partenaire, surtout au vu des derniers événements, qui faisaient encore frissonner de satisfaction notre anglais national.
Cette simple lettre de l’administration annonçait des choses vraiment très intéressantes.

Le blond était arrivé quelques minutes avant pour s’installer tranquillement, et discuter rapidement avec les enseignants. Il prit place sur les couchettes, patientant jusqu’à l’arrivée de l’espagnol qui ne tarda pas, son regard se porta directement sur le jeune homme. Il faut bien lui reconnaître un certain charme, un charme du Sud comme on dit ? Le fait est que l’espagnol n’était absolument pas désagréable à regarder, enfin, ça c’est avant de le connaître.
De connaître ses soucis d’égo, son envie de dominer, d’écraser…
Ce qui fait de lui une personne captivante, que l’on veut défier. Pour obtenir quoi ? Rien, simplement un égo regonflé à bloc, et une satisfaction personnelle, cela suffit amplement.
Leurs regards se croisèrent quelques secondes, avant que l’anglais tourna la tête vers l’écran pour enfin y voir leur mission, et surtout, la date.
1661. Tortuga.
Il ne rêvait pas. Tortuga.
L’effet de surprise sur son visage se dissipa rapidement pour afficher un petit sourire de contentement. Tortuga. La piraterie. Une ère dont il avait tant rêvé en apprenant l’existence du Projet Revival. Après tout, qui ne rêverait pas de revivre une vie libre, sur les mers, sans aucune autorité mais surtout, la vie d’un Empire. D’un Empire puissant, et grandissant à toute vitesse.
Le mieux dans tout ça ? Son partenaire est l’espagnol. Un autre pirate ayant connu de nombreuses heures de gloire à son tour, un Empire non négligeable.
Et tous les deux allaient s’affronter, ou faire équipe ?

Hm non, impossible pour eux.

Rien que leur mission les lâche en plein affrontement, découvrir la fontaine de jouvence. Et bien sûr, l’anglais sera le premier à découvrir toutes ces infos, et il battra l’espagnol, que ce soit dans leur époque actuelle où à l’époque, Arthur battra toujours Antonio, toujours.

Le blond ferma les yeux, impatient de revivre l’histoire, la tête posée de façon confortable, il jubilait d’avance pour sa victoire prochaine, son visage montrait juste un petit sourire en coin, mêlant impatience et fierté.
Il n’eut le temps d’entendre seulement la fin du décompte, avant de tomber dans un sommeil profond et lourd, d’un seul coup. C’était toujours comme un tour de magie ce moment-là.
Et le temps d’un flottement, d’un endroit trop blanc, trop immaculé, trop irréel pour laisser enfin place au « réel ».
Les premiers ressentis ont été une odeur étrange, forte, un peu piquante… De l’eau salée. Une lumière éblouissante, beaucoup trop forte, comme s’il flottait encore entre cette dimension bizarre, entre l’époque actuelle et le passé… Une brise agréable caressait son visage, faisant bouger doucement ses mèches blondies par le soleil brûlant.

Une impression de tanguer au gré des vagues, au gré des mouvements d’un bateau, de son bateau.
L’anglais se trouvait sur le pont de son grand navire, regardant les côtes de Tortuga juste face à lui, et son équipage s’activer pour amarrer et leur permettre d’enfin mettre pieds à terre. Depuis combien de temps naviguait-il déjà ? Presque cinq mois, bien sûr il avait fait des escales sur des petites îles, mais rien de trop long, du repos sur terre serait le bienvenu, et que demander de mieux que Tortuga ? L’île des pirates, où coulait à flot le rhum, la nourriture y était exquise, et les femmes, que dire de ces femmes ! Elles étaient toujours plus nombreuses, et toujours plus ravissantes après chaque passage sur l’île.
Ou alors les longs mois passés à voguer devait bien aider à les trouver charmante.
Son fidèle manteau rouge sur les épaules, l’anglais s’avança vers le pont de bois pour descendre, suivi de quelques hommes. Certains avaient pour obligation de rester sur le navire pour finir certaines tâches, mais aussi surveiller. A part les plus chanceux, certains après avoir bien profité des plaisirs devaient céder leur place, pour permettre aux autres de s’amuser aussi.
Une longue pause était prévue, surtout suffisamment longtemps pour permettre à l’équipage de se remettre, mais aussi pour réapprovisionner le stock de vivres, de matériaux, et tout ce qui serait utile pour leur prochain voyage.  
Le capitaine quant à lui avait tout son temps pour s’amuser, et écouler le stock d’or qu’il avait volé sur quelques bateaux marchands, vendre des objets qui ne lui serviraient jamais ou rapporterait très gros.

Arthur finit par mettre pied à terre, il prit une grande inspiration de cet air chaud et agréable qu’il affectionnait tant. A présent direction là où tout le monde se réunissait, là où les femmes se trouvaient, le rhum, les tavernes et autres lieux de distractions.
L’anglais et les quelques hommes qui le suivaient se retrouvèrent finalement au cœur de l’animation, quelques têtes connues par ci par là, des femmes en corset outrageusement serrés et dévoilant une poitrine opulentes, des jupes plus ou moins longues, présentant des formes langoureuses et envieuses.
A présent le pirate blond ne se souciait plus de ce que pouvait bien faire ses hommes, il leur fit un rapide signe de main leur indiquant qu’ils étaient libres de vaquer à leurs occupations, pour qu’il puisse à son tour, profiter de son temps.
La toute première chose à faire quand on descend enfin de son bateau, avant même de se reposer, avant même de se laisser tomber dans les bras d’une femme, est d’aller boire un bon coup. De l’eau il en a vu et revu, place au rhum à présent.
Et à force de venir ici il avait même ses habitudes, une taverne à quelques pas d’ici, où se réunissaient des personnes plus ou moins agréables, des jolies femmes et du rhum de qualité, que demander de mieux ?
L’anglais s’installa sur une table un peu bancale à l’extérieur, à côté d’un groupe très animés, de pirates très en forme au vu de leur voix qui résonnait un peu partout. Sur une table un peu plus loin des espagnols, et encore à côté des français, des hollandais devaient certainement, n'être pas bien loin. Tortuga avait le mérite de mélanger de nombreuses nationalités de pirates, sans pour autant que cela se termine toujours trop mal. Une sorte de « trêve » régnait sur l’île, ce qui était plutôt bien pour se détendre.
Un jeune homme lui apporta du rhum, il échangea rapidement quelques mots avec lui, avant d’être rejoint par un homme de son équipage, qui était venu rechercher la même chose que lui. Du repos. Et de la boisson.

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence Sam 30 Mai - 17:58


Les pirates ? Tortuga ? La fontaine de jouvence ?

Les PR qui semblaient être des moments si sérieux et intenses, voilà que maintenant on lui proposait de rejouer Jack Sparrow et ce n'était pas pour déplaire à Antonio avait le sens de l'aventure. Et du défi. Surtout s'il s'agissait d'un défi avec Arthur Kirkland en personne. Ils devaient forcément avoir hérité d'une dangereuse rivalité pour se donner autant de défis au sein même de l'académie, dans la réalité. Antonio se rappela sa défaite de leur dernier défi et ses yeux brûlèrent de l'envie de gagner lorsque son regard croisa celui de l'anglais. Et Antonio se mit à sourire à son adversaire, petit sourire en coin qui lui disait silencieusement « prêt à perdre ? : ) » car ça promettait d'être amusant, même les professeurs autour d'eux semblaient bizarrement impatients comme des gamins qui allaient au cinéma.

Ils devaient être à ce moment les deux adolescents les plus chanceux et enviés de la planète, ils allaient devenir des pirates, pas des acteurs, non, des vrais pirates, dans le vrai monde de pirate et ils ramèneraient des informations probablement incroyables. Peut-être même que les journaux essayeraient de nouveau d'obtenir des informations comme ils le faisaient parfois quand le PR était compréhensible pour le grand public. Qu'importe le monde réel, Antonio ne pensait à présent qu'à ce qu'il allait découvrir aujourd'hui, aujourd'hui qui pouvait d'ailleurs durer plusieurs jours dans leur sommeil artificiel, peut être même plusieurs semaines. Ça pouvait même être dangereux et l'adolescent pouvait se mettre à vivre des années d'une vie pendant un projet mais ça c'était pour ceux qui n'étaient pas bien entraînés. L'espagnol avait obtenu de très bonnes notes pour tous ses PR et il allait enfin prendre sa revanche sur Arthur. Comme d'habitude la mission et les moyens pour la réaliser étaient flous mais ils les découvriraient instinctivement quand ils seraient plongés dans...

L'espagnol se sentit soudain partir, il se noya dans la matrice blanche caractéristique à toutes ses expériences du Projet Revival, c'était mi agréable, mi douloureux, des sensations impossibles à définir avec des mots et il garda les yeux brutalement clos. De la lumière chaude sembla soudain percer ses paupières, l'espagnol fronça les sourcils et ouvrit les yeux pour découvrir un paysage qui n'avait rien, mais rien à voir avec la salle parfaitement immaculée de l'école. D'ailleurs il l'avait déjà oubliée. Non, en vérité ce qui se passait dans le monde des pirates était tout de suite bien plus intéressant, sa main était perdue dans les courbes d'une jeune femme qui se pressait contre lui en souriant, elle avait un large décolleté et ses cheveux bouclés étaient ramenés en arrière, dégageant son visage et ses épaules nues. Il faisait diablement chaud mais il sembla à Espagne que ce n'était pas juste parce qu'il avait une jolie prostituée dans les bras.

Les souvenirs qui s'imposent soudain à la mémoire lui apprirent qu'il était venu à Tortuga pour deux raisons : retourner sur les traces de Juan Ponce de Léon et découvrir ce qui avait bien pu arriver à ce pauvre bougre(visiblement oui, sa mission en tant que pays était exactement la même que celle qu'on lui avait confié)  Deuxième raison : trouver la Fontaine de Jouvence tout bêtement. Et c'était une envie dévorante qui consumait l'Espagnol, cette légende si elle était vraie révolutionnerait le monde et changerait surtout sa propre vie (pas question de la partager) il ne deviendrait jamais vieux. Il fallait qu'il la trouve avant qu'il ne soit trop ridé pour pouvoir prendre le bateau et s'embarquer de nouveau à sa recherche. C'était l'immortalité qui était en jeu.


Il y avait une troisième raison à son voyage : gérer les affaires du monde : ses affaires donc. S'assurer que anglais, français, hollandais et autres infâmes personnes ne se soient pas approprié ses bouts de terre, ce qui se faisait beaucoup dans le coin d'ailleurs, à défaut de règle c'était premier arrivé, premier servi, et qui va à la chasse perd sa place. L'espagnol proposa donc un rendez vous à la jeune femme à la peau charbonneuse, ses hommes qui l'accompagnaient semblaient eux aussi avoir béatement trouvé leur bonheur, mais leur chef leur ordonna de le suivre, d'abord le travail et ensuite la récompense.

Tortuga était un nid à pirates. Espagne avait revêtu sa tenue de corsaire, en réalité il faisait partie de la « police » des mers, qui étaient censée éradiquer tous les pirates que lui et son équipage croiserait, mais ce voyage était différent. Il était bien obligé de se lier aux individus qu'il croiserait pour arriver à son but, peut être quelqu'un saurait il quelque chose sur cette satanée fontaine de jouvence, il faut bien faire des sacrifices pour arriver à ses fins mais Antonio était sûr de ce qu'il n'était pas : un pirate. Au contraire il les détestait, les pirates sont des plaies, une nuée d'insecte qui se jette sur son patrimoine, sur ses colonies, sur ses richesses et il avait envie de décorer son bateau d'une collection de têtes tranchées de pirates, mais ça c'est ce qu'EUX feraient, lui n'était pas un barbare. Lui était propre, noble et catholique.

Il marchait dans Tortuga, lui aussi déguisé en pirate pour passer inaperçu, enfin faut pas exagérer il ne ressemblait pas non plus à ce poivrot qui gisait dans des tonneaux de rhum chaud, chantant à tue-tête, qu'ils venaient de croiser, de telles pratiques le choquait, mais il pensait à la Fontaine de Jouvence avant tout.

Lui et son équipage se rendirent dans la soirée à la Taverne la plus réputée de Tortuga, là où on échangeait, achetait et vendait équipage, or, armes, nourriture, service et informations. Il avait surtout besoin d'information, et d'un bon diner. Les espagnols allèrent s'installer à l'intérieur, la Taverne débordait de vie. De vie, de vin, de femmes et hommes qui se saoulaient au vin. C'était bondé et Antonio du se frayer un chemin dans le tohu bohu odeur de sueur et de rhum, il grimaça et trouva enfin une table où s'installer avec ses hommes. C'était parfait, il allait sûrement pouvoir rencontrer des gens qui avaient la même quête que lui ici, il suffisait d'observer un peu un visage soucieux, malin ou connu, comme celui d'Angleterre qui était assit là bas et qu'Espagne ne tarderait pas à reconnaître vu qu'il prenait une allergie quand sa tête de raton vicieux se situait à moins d'un kilomètre de lui. Cela ne devrait pas arriver dans trop longtemps, en attendant l'espagnol commença à discuter avec ses hommes de leur mission, la fontaine de jouvence.
Revenir en haut Aller en bas
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence Mar 2 Juin - 22:29

Le coude posé sur la table en bois, son menton dans sa paume, l’anglais écoutait son compagnon de voyage lui parler de choses et d’autres. Parfois son rire venait participer à la conversation, ou alors quelques mots, mais en ce moment présent, il pensait surtout à une chose.
Le goût délicieux du rhum qui descendait dans sa gorge, brûlant tout sur son passage par la même occasion, cette délicieuse odeur à la fois forte et sucrée. Pour rien au monde il échangerait sa place de Roi. Et si parfois il lui arrivait que son cher pays lui manque, il lui suffit de penser à cette vie de libertés, sans soucis et l’odeur si agréable de l’océan, de l’or, mais aussi de la poudre des armes quand une bataille éclatait.
Il lui arrivait parfois de rentrer chez lui, mais rarement pour longtemps. Il venait souvent voir comment se portait son Roi ou les grands noms du pays, par curiosité mais aussi car parfois il en ressentait le besoin, après tout, n’était-il pas Angleterre ?
Pirate, mais aussi une nation avant tout.

Après avoir posé son verre de rhum, vide à présent, il regardait les gens dans la salle et à l’extérieur, qui commençait à se remplir de plus en plus. Du regard il remarqua un de ses hommes qui entrait dans la salle, suivi d’une jeune femme, longue chevelure brune qui ondulait jusque dans le bas de son dos. Un petit sourire étira les lèvres de l’anglais, pas trop en peine pour imaginer ce qui se passerait pour son compère à la suite de cette rencontre.
Mais un autre groupe d’hommes attira le regard vert de l’anglais. Ceux-là pénétrèrent à leur tour dans la salle, mais ses yeux s’arrêtèrent surtout sur une personne en particulier. Un jeune homme, à peine plus vieux que lui, des cheveux bruns, bouclés, la peau basanée. Tout le long de sa marche, jusqu’à le voir disparaître dans la salle, il ne le quitta pas des yeux. Pour finalement laisser son regard descendre jusqu’à son fessier une fois qu’il était suffisamment avancé.
Un plus large sourire vint étirer ses lèvres, alors qu’il se leva, sous le regard surpris de son ami, qui venait d’être coupé en plein dans une histoire périlleuse, incluant canons, sang, morts et dents en moins.

L’anglais entra dans la grande salle à son tour, suivit par l’homme. Les voix et les rires s’élevaient jusqu’au plafond de la taverne, où l’on entendait les verres taper la table violemment. L’anglais réussit à se frayer un chemin parmi les nombreux hommes pour finalement atteindre une table, ou juste une chaise était libre. Il n’hésita pas pour s’y assoir, reculant sa chaise, assis nonchalamment, les jambes écartées. Le blond hocha simplement la tête à son homme, pour lui signifier de retourner prendre des verres, un seul mouvement, un regard, permettait de faire comprendre ce qu’il désirait : de l’alcool.
Un sourire en coin sur le visage, il laissait son regard se promener sur les personnes présentes dans la salle, juste quelques secondes de pause sur le décolleté profond d’une jeune femme qui se penchait pour ramasser quelque chose, se redressant dans un mouvement indolent de sa chevelure. Là où il se trouvait il était à la vue de presque tous, et c’était ça qu’il aimait, être vu.

Vas-y Espagne, regarde-moi, à quoi penses-tu en voyant ce sourire narquois, ce visage anglais que tu connais si bien et qui t’irrite tant ?

Mais sa réflexion se stoppa net quand l’homme revint avec les deux verres de rhum à la main, il en prit un pour boire une gorgée directement. Son ami prit une chaise qui venait de se libérer pour s’assoir de nouveau à côté, et continuer son histoire pleine de rebondissement, que l’anglais se mit à écouter avec attention.

Un long moment c’était écoulé et son verre avait largement eu le temps de se finir, Arthur se leva pour faire un petit tour par le comptoir, pour prendre lui-même encore du rhum, et un petit détour par la table espagnole.
D’un geste brusque, il posa son verre sur la table, juste à côté de l’espagnol, le rhum faillit même se renverser par les vagues que le choc avait produit. Se penchant légèrement il en profita pour regarder les yeux verts de l’espagnol, ne se souciant même pas de la réaction de ses hommes alentour. Un sourire qui étirait encore et toujours ses lèvres.


« Alors l’espagnol t’es sorti de ton couvent ? T’aurais pas raté ta prière là par hasard ? Tu survis dans ce monde de débauche et de plaisir ?»

Un ton moqueur. Voilà ce qu’il aimait employer quand il voulait énerver les autres, et se montrer meilleur qu’eux. L’alcool qu’il venait d’ingurgiter depuis le début n’aidait pas non plus à vrai dire.
Après avoir soutenu son regard encore quelques secondes, il se redressa pour boire une longue gorgée de rhum.


_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence Mar 9 Juin - 14:44





Le joyeux brouhaha qui sentait à plein nez la bière et le rhum s'agitait dans l'auberge, on pouvait y entendre les rires gras des marins et des matronnes pendant qu'ils s'amusaient à des jeux divers. Des grognements de boucaniers réglant leurs comptes et leurs affaires venaient se mêler à ces gais lurons, parfois une bataille éclatait ça et là quand décidément les affaires ne pouvaient se régler simplement que par la force. Dans un coin deux matelos aux proéminents biceps avaient débuté un bras de fer et une foule en délire prenait les paris. Un tir de mousquet retentissait à peu près toutes les 20 minutes, sûrement à cause d'une affaire qu'il fallait régler très très simplement, ou bien n'étaient ce que des entrainements avec une vieille bouteille vide de rhum. Le barman surveillait ses tonneaux comme s'il avait s'agit de ses propres nourissons et les serveuses distribuaient des bières au hasard, impossible de se rappeler ce que tel borgne ou telbarbu avait commandé.

Ce gai bordel ne faisait pas sourire l'espagnol, il ne se sentait pas tellement dans son élément, à cette époque fait d'ordre et de grands espaces de marbres, il esquissait parfois une mine dégoutée en croisant un ivrogne sûrement plein de puces. D'un air précieux il attrapa son verre et sirota l'alcool qu'il tenait difficilement, décidément ces pratiques de piraterie n'était pas sa tasse de thé, ou plutôt son gazpacho, qu'on ne le confonde pas avec vous savez qui.

Soudain deux espagnols, faisant partie de son équipage, débarquèrent dans la taverne, ils tenaient tous les deux d'une main un vieillard à l'air maladif. Ils se mêlèrent à la foule un instant pour atteindre la table de leur chef, déposant juste le vieil homme à la table comme s'il eut s'agit de sel ou de poivre pour ensuite retourner sur leur pas et disparaitre dans la nuit qui tombait à l'extérieur de la taverne. Une flamme s'embrasa dans les yeux d'Antonio et il se pencha sur la table, avançant la tête vers le vieil homme. Il semblait faire partie des populations locales à juger de sa peau foncée et des parures qu'il portait, il tenait également dans sa main une sorte de parchemin enroulé sur lui même.

« ¿ Esta es la mapa del tesoro ? »

Le vieil homme pour toute réponse hocha la tête mais le regard qu'il lança au chef espagnol voulait dire bien plus que la suele information que ce papier était une carte. Antonio lui prit le papier des mains et commença à le déplier sur la carte discrètement, histoire de ne pas attirer les curieux, ici les murs ont des yeux et des oreilles. Et aussi une bouche à juger des hurlements qui retentissaient maintenant dans la taverne à cause d'un joueur de carte qui était accusé d'avoir triché. La carte était faite de papier parfaitement modeste mais le brun la regardait comme s'il eut s'agit du plus précieux des trésors. Le vieil homme attrapa soudain le poignet d'Antonio avant qu'il ait pu la déplier entièrement, à cet instant les gardes autour d'eux se saisirent de la fusée de leur épée. Le vieil homme leur jeta un regard parfaitement indifférent, se tournant ensuite vers Espagne, qui mit quelques secondes avant de sortir une large et lourde bourse, la posant sur la table. Il déplia ensuite totalement la carte, étudiant un peu les détails, et cela semblait parfaitement correspondre à ce qu'il recherchait vu le sourire qui s'afficha sur ses lèvres. Le vieillard tendit la main vers le sac de pièce d'or et c'est à ce moment que le pire élément perturbateur qu'Espagne aurait pu croiser décida de faire théâtralement son entrée.


« Alors l’espagnol t’es sorti de ton couvent ? T’aurais pas raté ta prière là par hasard ? Tu survis dans ce monde de débauche et de plaisir ? »


Angleterre avait posé brutalement sa bière sur la table, menaçant tout simplement de tout renverser sur la précieuse carte. Le vieillard, à l'arrivée de cet individu opportun glissa le sac de pièce d'or jusqu'à ses genoux, le cachant rapidement dans son manteau ce qui le fit pencher du côté où il l'avait rangé tant le sac était lourd pour sa frêle constitution. Arthur du parfaitement se rendre compte de ce qu'il venait de se passer, d'autant plus qu'il avait dû l'observer depuis un moment, Espagne aussi eut un mouvement de recul et éloigna la carte, même s'il eut été vain de penser que l'anglais ne l'eut pas remarquée.

Les effluves d'alcool qui émanaient de l'anglais chatouillèrent le nez de l'espagnol, comme s'il n'eut pas suffit que l'entendre et le voir ne soit pas assez insupportable il fallait qu'il sente le bouc alcoolique. Ce qu'il dit, de ce ton moqueur choqua plus l'espagnol que le fait de le croiser ici, soudainement, quoique le fait qu'il fasse comme chez lui était un affront suffisant pour ordonner à ses hommes de le faire pendre. Ces derniers d'ailleurs avaient de nouveau glissé leur main jusqu'à leurs pistolets cette fois, tandis que le vieil homme qui semblait avoir assez d'expérience pour savoir quand ça sentait le roussis avait déja disparu dans la foule et probablement bientôt de l'île de Tortuga car avec ce que le brun lui avait donné il pouvait aller s'acheter plusieurs grandes propriétés au bord de la mer, loin des flibustiers et de la guerre aux colonies. Espagne fit un signe à ses hommes pour qu'ils rangent leurs armes, sa virilité était à présent en jeu. Mais avant tout il fallait faire en sorte que l'Anglais ne sache pas pourquoi il était venu ici.

«  Ce monde de débauche et de plaisir est en effet parfaitement inacceptable et je compte bien remettre de l'ordre quand j'aurais chassé de cette île les opportuns comme toi. »

«  Mais je pense le faire tout de suite si tu continues à être si insolent. »


Il fit un mouvement de menton dédaigneux pour lui indiquer qu'il était temps pour lui de partir.
Revenir en haut Aller en bas
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence Jeu 11 Juin - 20:46

Malgré sa vision légèrement brouillée, et ses sens plus qu’empâtés, l’anglais gardait un air attentif et méfiant à la situation. Une balle perdue, un coup qui ne lui était pas destiné à la base peut partir si vite, tout particulièrement dans ce genre d’endroits.
L’anglais avait parfaitement remarqué le petit manège de l’espagnol et de ce vieillard rachitique, à qui il ne restait certainement plus grand temps à vivre, vu son état. Cet échange d’une carte ainsi que d’or était plus que suspect, mais surtout très intéressant pour l’anglais.
Quel trésor pouvait bien contenir ce bout de papier, qui valait tant de pièces d’or, et qui intéressait ce puritain espagnol, qui le fait même se déplacer jusqu’ici, jusqu’à Tortuga, cette île infestée de pirates, et corrompue jusqu’à la moelle ?
Juste le temps d’une seconde son regard se porta sur le vieillard qui était en train de partir, son visage lui était familier, ce n’était pas la première fois qu’il le voyait sur l’île, que faisait-il ? Découvrir des cartes plus ou moins rares, plus ou moins importantes pour les revendre à des intéressés plus ou moins naïf ?
Non ce soi-disant grand Empire espagnol ne se laisserait pas berner par un vieillard pour un simple bout de papier sans valeur. Cela devait contenir tellement plus, tellement plus d’or, de pouvoir, d’intérêt…
Un petit sourire étirait toujours les lèvres de l’anglais, alors qu’il regardait les yeux verts et mauvais du brun, des yeux où l’on ressentait toute la haine qu’il lui vouait, tout son dégout, face à lui, face à tous ces pirates et anglais sur le globe. Mais contrairement à ce que l’on pouvait attendre comme réaction pour des regards de haine, l’anglais ressentait tout le contraire. Une envie de défi, d’étaler toute sa puissance et une sorte d’excitation étrange.



«  Ce monde de débauche et de plaisir est en effet parfaitement inacceptable et je compte bien remettre de l'ordre quand j'aurais chassé de cette île les opportuns comme toi. »

«  Mais je pense le faire tout de suite si tu continues à être si insolent. »

Ah la voilà notre haine. Le chasser, lui ? Jamais. Ils sont nombreux à avoir essayé, mais aucun n’a réussi.
Un petit rire narquois sortit de la gorge du blond, alors qu’il reprit une longue lampée d’alcool. Sans même prendre la peine de lui répondre quoi que ce soit, son regard se posa sur la carte qu’il tenait entre ses mains. Quel magnifique trésor nous réserves tu petit bout de papier ?


« Grâce à toi je pense avoir trouvé une distraction plus amusante que rester là à boire et forniquer avec les prostituées de l’île… »

Son ton était toujours aussi insolent, espérant bien le choquer avec ce genre de mots et ce genre d’acte, après tout, il en fallait peu à ce catho qui s’y croit trop. D’un regard il balaya la salle qui continuait à s’agiter, à toujours être aussi bruyante, pleine de vie, mais surtout, l’anglais regardait les hommes de l’espagnol autour de lui. Armes rangées, mais si faciles à sortir. Sans oublier qu’il était seul, son compagnon n’était pas loin, mais suffisamment pour qu’il n’ait pas le temps de répondre s’il devait se prendre une balle. Arthur adorait la provocation, le défi, mais parfois il était bon d’être plus modéré pour éviter les risques inutiles, surtout quand on parle d’hommes armés.
D’un geste rapide il se pencha vers l’espagnol, pour le regarder droit dans les yeux, son visage le plus près possible du sien.


« On ne va pas tarder à se revoir, n’ai crainte. »

Il lui souffla ces mots dans un effluve alcoolisé, avant de se redresser et de tourner les talons, un sourire victorieux aux lèvres.
D’un simple geste de la main il fit signe à son compagnon de le suivre, alors qu’il sortait de la taverne, d’un pas décidé et sûr, sachant exactement où se rendre.

Croisant en chemin trois autres de ces hommes, il arracha l’un à sa boisson, et les deux autres aux bras des femmes, mais aucun d’entre eux ne pipa mot, ou se plaignit, quand le chef ordonne, on exécute.
Après plusieurs minutes de marche le long des ruelles en terre, éclairées par de simples lanternes, où la flamme grésillait à la moindre bise, ils arrivèrent au niveau du port, là où l’on pouvait apercevoir les mats des plus grands bateaux fendre le ciel noir.
Certains bateaux montraient signes de vies, avec plusieurs lumières allumées à différents étages, et d’autres petites barques étaient dispersées un peu partout.
L’anglais et ses quatre hommes cherchèrent du côté des quais en bois, un certain vieillard, qu’ils ne tardèrent pas à remarquer, alors qu’il commençait à grimper dans une barque. Aventure qui pour lui s’arrêta aussi vite qu’elle venait de commencer, alors qu’un homme venait d’empoigner son col pour le trainer au sol.
L’anglais, une main sur la poignée de son épée, encore dans son fourreau, vint se placer juste à côté de la tête du vieillard qui était au sol. Qu’est-ce qu’il aimait ces moments de supériorité, il lui fallait un rien pour pouvoir tuer cet homme…


« Je pense, vieillard, que tu as des trucs à me raconter, si tu ne veux pas que ta tête roule dans l’eau croupie des quais de Tortuga. »

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence Jeu 11 Juin - 23:19

Qu'il n'aimait pas ce petit rire insolent, il avait envie de mettre en pièces ce lutin aux canines sorties et à l'haleine d'alcoolique. Il avait pourtant le mérite d'être discret malgré tout le rhum qu'il avait dans le sang car Antonio ne remarqua pas son regard vers sa précieuse carte au trésor, et dieu que ça l'aurait embêté qu'Angleterre la remarque, en réalité il le croyait vraiment trop ivre pour se rendre compte de quoi que ça soit. Même s'il fallait être toujours prudent avec ce genre d'individu, le blond était comme un parasite, un poux, on croit s'en être débarassé mais on oublie de chercher à un endroit et il démange de nouveau.

« Grâce à toi je pense avoir trouvé une distraction plus amusante que rester là à boire et forniquer avec les prostituées de l’île… »

L'espagnol haussa les sourcils, choqué et souffla de façon exaspérée, gênée et pudique, tel un pasteur ou un prêtre devant répondre à ce qu'il considérait comme un paysan non éduqué. Il commençait même à imaginer la tête ivre de l'anglais déformée par les plaisirs charnels et oh mon dieu il ne voulait plus réfléchir, cette pensée l'aurait presque fait rougir de honte s'il n'était pas un grand empire, adulte et maître de ses émotions. Une réplique cinglante lui traversa l'esprit, ah oui il était plus intéressant que de faire l'amour avec quelqu'un ? tiens donc... mais c'était un peu trop obscène que de dire ça, l'espagnol réprima donc ce qu'il voulait dire en premier lieu qui en fait voulait en dire bien plus qu'il ne l'aurait voulu.

« Mon Dieu. Je plains ces pauvres créatures.»

Qu'il s'en aille mon dieu, l'anglais avait le don de lui faire perdre son sang froid, surtout quand il se permit de coller quasiment son visage contre le sien, le brun ne bougea pas, si le britannique avait voulu le perturber il avait réussi, l'espagnol recula le visage d'un air dégoûté au cas où son état serait contagieux.

« On ne va pas tarder à se revoir, n’ai crainte. »

Il n'y avait à priori rien à craindre en effet, Antonio se doûta que cet ivrogne puisse quoi que ça soit contre lui, mais il n'ignorait rien de fourberies dont était capable ce pays. En espagnol il ordonna à un de ses caïds de suivre l'anglais pour qu'il vérifie qu'il ne préparât pas de mauvais coup. L'homme brun aux larges épaules se leva aussi discrètement qu'il le pouvait avec cette lourde morphologie pour sortir du bar, il reviendrait au bateau avant qu'ils ne partent pour le rassurer et lui dire que l'anglais n'avait rien en tête à part, comme il l'avait si bien formulé, forniquer les prostituées de l'île. Antonio devrait probablement faire pareil avant un long voyage en mer mais il n'en fît rien, cette nuit là dans sa cabine se passa à étudier la carte le plus rapidement possible, ils lèveraient l'ancre au petit matin sans aucun problème.

A part un seul. Son homme ne revint pas cette nuit là.


___________________

Il fallait partir le plus tôt possible pour que Tortuga ne remarque pas leur départ, un Galion royal espagnol attirait forcément les regards et cette île était infestée de bandits sans foi ni loi, une seconde d'inattention et ils se jetaient pour tout simplement prendre possession du bâtiment. L'équipage espagnol veillait attentivement à éloigner tout ce qui ressemblait à un pirate du bateau, car ils avaient fait un long voyage depuis l'Espagne, dés qu'ils étaient arrivés à Tortuga c'était toute une opération recharge de vivres qui s'était imposée. En bref tout le monde était sur ses gardes mais tout sembla se passer à merveille et le navire navigua dans les eaux tropicales dés le lever du soleil.

L'espagnol qui avait veillé toute la nuit jusqu'au départ du bateau s'autorisa un repos bien mérité tout le matin pendant que ses hommes prenaient la direction qu'il leur avait indiquée. Il se leva vers 1 heure de l'après midi dans sa cabine de chef, aux dorures exagérées, divers instruments trainaient sur son bureau, son lit était plein de coussins venant du maroc. Antonio s'arracha de ce doux nid et aux bras de morphée qui l'avait accompagné toute la nuit dans ses rêves de fontaine de jouvence. Un plateau repas, des fruits exotiques, l'attendait sur la table, le brun se leva, enfila des vêtements propres et attrapa la grappe pour ensuite s'extirper hors de sa cabine.

Le pont était plein de vie, les matelots courraient ça et là, travaillaient activement à leurs tâches respectives, on polissait les canons, s'entrainait à l'épée, s'occupait des voiles, maniait le gouvernail, etc etc. Antonio regardait fièrement ce qui était à lui, il croqua un morceau de raisin, sentant le vent frais et marin lui caresser le visage. Descendant sur le pont il s'occupa de régler les détails, connaître leur position en mer, le cap, etc etc. La carte se trouvait toujours sur lui, dans un étui dont il ne se séparerait plus car on lui apprit que rodrigo, l'homme qu'il avait envoyé surveiller Angleterre n'avait pas refait surface et la menace anglaise planait dans l'esprit de l'espagnol.
On lui apprit également qu'ils avaient réussi à trouver des remplaçants pour le cuisinier mort pendant le dernier voyage et quelques nouveaux esclaves qu'on vendait à Tortuga. L'espagnol insista pour les voir, l'anglais aurait très bien pu envoyer des espions pour le traquer. Le matelot hispanique l'emmena voir les esclaves venus de régions lointaines, certainement pas des anglais, puis le nouveau cuisinier qui s'affairait à éplucher des pommes de terre.

Nouveau cuisinier qui était une femme. Une femme fort charmante. Bien plus charmante que toutes ces prostituées dévergondées de Tortuga, non, cette femme là respirait l'innocence et la chasteté, tout du moins à la voir, même si elle lui rappelait quelqu'un mais.... il n'arrivait pas à trouver qui.

« Holà señorita »

« On ne se serait pas déja croisés ? Votre visage m'est familier... oh ce n'était pas dans cette église à Cuba il y a quelques mois ? ~ »
Revenir en haut Aller en bas
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence Sam 13 Juin - 22:26

Ce soir-là il avait décidé d’être gentil d’être généreux envers les plus faibles, et cela ne lui arrivait que très rarement, mieux valait en profiter.
Le vieillard avait fini par cracher tout ce qu’il savait sur cette précieuse carte qui avait été remise il y a peu de temps à l’espagnol. Après tout, l’on devient tout de suite plus bavard quand le fer d’une épée vous frotte mielleusement la gorge. Mais ce vieillard s’était retrouvé bien allégé d’un  poids bien lourd à porter, la bourse d’or qu’il venait d’obtenir, après tout, si un pirate ne dérobe pas d’or, à quoi bon porter le nom de pirate ?
Ainsi l’espagnol s’était mis sur la route de la fontaine de jouvence… Cette dénomination faisait rêver, elle donnait envie d’en savoir plus, de la découvrir. Et quel cadeau merveilleux ça ne serait pas pour son pays de réussir à la situer ? Et ainsi l’offrir à son Roi, et même à lui-même ! La jeunesse éternelle, vivre une vie forte et vigoureuse sans aucune limites ? Que demander de plus.

Dans la marche de retour d’Arthur et ses hommes, un homme d’une stature imposante se fit remarquer facilement, ce n’est pas bien difficile de se sentir suivi quand on est seuls sur ce chemin terreux.


« Oh allez-y tuez le, ce n'est rien. »

D’un ton nonchalant qui en aurait irrité plus un, deux de ses hommes s’arrêtèrent, alors que l’anglais et les deux derniers compagnons le suivaient encore. Un plan, voilà ce qu’il manquait, comment faire pour réussir à lui dérober cette carte ? Le suivre en bateau ? Bien trop risqué, l’on perd trop facilement la personne que l’on suit, et pour la discrétion ce n’est pas tout à fait ça. Se frotter à lui dans un combat d’hommes à hommes ? Bien trop suicidaire, il n’avait aucune idée de ces effectifs, et perdre inutilement des compagnons serait trop bête. S’infiltrer sur son bateau ? Hm tiens en voilà une bonne idée…
De retour au cœur de l’agitation de l’île, l’anglais fit un petit crochet dans une maison reculée, avec une simple lanterne rouge accrochée à l’extérieur. Un bordel, ni plus ni moins. Pénétrant dans l’enceinte du lieu, le blond se faufila entre les divers hommes et femmes plongés dans la non-intimité du lieu, pour passer dans un petit bureau, ou une dame attendait derrière une table en bois.
Posant la bourse d’or sur la table, il la regarda avec un sourire.


« J’ai besoin de ton aide pour un service. Tout cet or t’appartient si tu m’aide, ma belle. »

Arthur avait laissé la charge à son sous-capitaine de s’occuper du bateau le temps de son absence, aucune mutinerie, ou même un quelconque laissé aller n’était autorisé, ou cela se solderait par des têtes coupées, ou simplement jetés à l’eau au milieu de l’océan. Lui avait une autre mission à accomplir.

___________________

Marchant d’un pas assuré vers les quais, là où attendaient tous les bateaux que leurs capitaines soit de retour, l’anglais replaça ses boucles blondes d’un rapide revers de main.
Oui, des boucles blondes, en effet. L’anglais arborait fièrement une longue robe bordeaux, avec des dorures dorées, un drapé à l’avant, puis une longue perruque blonde, avec des boucles souples. Qu’est-ce qu’il ne ferait pas pour obtenir ce qui lui fait envie. Plutôt méconnaissable il avait une démarche chaloupée, alors qu’il marchait en direction du grand bâtiment espagnol.
Une femme n’était jamais admise sur un navire, il lui a donc fallu jouer de plusieurs ruses pour finalement se faire accepter en tant que cuisinière. Ou plutôt, cuisinière, qui finira certainement en fille de joie plus tard sur ce même bateau, mais peu importe, l’anglais aura réussi à dérober la carte bien avant que quelque chose n’arrive. Ou bien il aura tranché la gorge espagnole, à voir ce qui vient en premier.

Une étole de couleur crème cachait ses épaules, qui n’étaient pas tout à fait fines ni délicates comme celles d’une femme, ainsi que sa tête, laissant le tissus couvrir un peu son front, pour essayer du mieux qu’il pouvait de dissimuler ses traits, et son apparence masculine. Mais un bon rembourrage avec des tissus roulés en boule dans le décolleté suffisait à en tromper plus d’un.
Et c’est ainsi qu’à peine embarqué sur le bateau, il était déjà de corvée de patates. Réduire le grand Empire Britannique à éplucher des patates, pour des moins que rien d’espagnols… Ça se payerait, et très cher même. Puis quand il aura réussi son plan diabolique, l’anglais coupera aussi les mains de ceux qui ont osé lui mettre une main aux fesses tiens, il le sait bien que c’est tentant, mais on ne fait pas ça à l’Empire Britannique, jamais.

La voix masculine de l’espagnol le fit lever le nez de ses patates. Une église ? A Cuba ? Lui ? Certainement pas. Mais un petit mensonge ça ne fait jamais de mal.


« Holà señorita »

« On ne se serait pas déja croisés ? Votre visage m'est familier... oh ce n'était pas dans cette église à Cuba il y a quelques mois ? ~ »

« Hm oui il me semble… Ça aurait été dur d’oublier votre visage vous savez… »

Pour parler de la sorte il lui fallait une concentration maximale, une voix plus timide, plus hésitante mais surtout plus aigüe, sans oublier de calmer le plus possible l’accent bien anglais. Mais l’espagnol bête comme ses pieds n’allait y voir que du feu, c’est sûr.
Il faut juste que l’espagnol le fasse venir dans sa cabine, pour se faire servir personnellement par cette soi-disant jeune femme, un petit verre de vin, des mots doux, des jambes en l’air et le tour était joué. Arthur n’aurait plus qu’à sortir le poignard accroché à sa jambe et menacer l’espagnol. Ou bien le laisser s’endormir après avoir bien bu, et avoir été satisfait physiquement parlant, lui dérober la carte et fuir.
Quant à savoir comment fuir quand on se retrouve au beau milieu de l’océan, Arthur n’était pas allé jusque-là dans sa réflexion.


« Je termine et vous apporte votre plat ensuite ? »

L’anglais lui adressa un petit sourire gêné, sans le regarder trop longtemps, il vaudrait mieux éviter qu’il réussisse à le reconnaître, reconnaître son regard vert de menteur et de fourbe.

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence Dim 14 Juin - 7:57

« Hm oui il me semble… Ça aurait été dur d’oublier votre visage vous savez… »

Oh le doux compliment prononcé si timidement, la senorita lui plaisait déjà. Ses longues boucles blondes lui faisait penser à ces tableaux d'Europe de l'Est représentant de chastes et saintes créatures féminines ; ce qui dans son imaginaire tordu, bridé par le catholicisme fermé de l'époque, était ce qui pouvait potentiellement raviver l'excitation en lui. Potentiellement car il y avait une autre raison pour laquelle Espagne voulait absolument trouver cette satanée Fontaine de Jouvence qui avait échappée à son prédécesseur Ponce de Léon avec qui il partageait désormais le même problème. Et oui, le barbu espagnol qui avait vécu il y a un siècle avait cherché avec désespoir cette Fontaine, croyant férocement que cela soignerait ses problèmes d'impuissance sexuelle ; si cet handicap était dû à quelconque maladie physique pour Espagne c'était sacrément psychologique, en réalité plaire à un Dieu qui bannit le sexe hors du mariage et devoir adorer une Vierge et seulement une vierge ça n'aide pas à s'épanouir. Pas qu'il ait toujours été comme ça je vous rassure, c'est Espagne hein.

Bref, le garçon pensait donc que non seulement la Fontaine lui apporterait la vie éternelle mais qu'en plus elle soignerait ces petits soucis qui le blessait dans sa virilité, même si à présent il lui semblait que cette demoiselle blonde qui épluchait ses patates pourrait devenir sa nouvelle fontaine – sans mauvais jeu de mot – tout du moins pour ce petit problème ci. Il n'avait pu avoir de rapport avec les belles prostituées des îles, car elles le bridaient complètement dans leur attitude vulgaire et bien trop obscène, c'est bien connu que les prostituées sont les associées du diable, contrairement à cette charmante jeune femme, simple et modeste dans son travail, appliquée et consciencieuse et surtout qu'il avait rencontrée dans une église.


« Je termine et vous apporte votre plat ensuite ? » 

Ce petit sourire gêné et ingénu était délicieux à observer, il eut voulu l'observer d'encore plus près, l'espagnol le lui rendit et déclara.

« Je viendrai le chercher, merci de votre considération »



Oooh non Angleterre ça n'allait pas être aussi simple. Espagne en bon et respectable catholique ne voulait pas précipiter les choses, et après ces mois sans avoir rien fait de sexuelle – à cause de son blocage- il ne voulait pas précipiter les choses avec une demoiselle, cela serait un moment intense et beau, il l'avait décidé. Et aussi rien que parce que ses réflexes lui disait d'être méfiant. Envers tous les inconnus de son bateau. Prendre son temps, voilà le maître mot, d'autant plus qu'il leur faudrait du temps pour trouver l'endroit exact qu'indiquait cette vieille carte.
Ce fut donc en Don Juan que l'espagnol se transforma ces quelques jours ci, il étudiait en fait beaucoup les cartes, passait un temps incalculable à se demander combien la Fontaine de Jouvence lui rapporterait en or et comment dominer le monde grâce à elle. Durant son temps libre il allait faire la cour à la jeune femme blonde du bateau et la charmait grâce à ce genre d'apocryphes:

« J'espère que vous n'avez pas écorché vos genoux en tombant, car vous êtes un ange tombé des cieux »

« votre père est un voleur, il a dérobé toutes les étoiles des cieux pour les mettre dans vos yeux »

« si on devait me donner un escudo pour chaque moment où je pense à vous, je deviendrais riche. » « Je suis déjà riche- mais je le deviendrais encore plus. »

« je devrais vous faire mettre en cale pour excès de beauté »

« Si vous mourriez je vous donnerai mon cœur, après tout à quoi me servirait il sans vous.. »


Bon c'était à peu près ça mais un peu plus digne de Cervantès. Un peu. Mais il sentait qu'une alchimie spéciale était en train de se passer entre lui et la belle européenne. Elle paraissait d'ailleurs tendue, impatiente, oh la douce enfant voulait sûrement lui dire quelque chose.

Un soir enfin, alors que l'espagnol était plongé dans ses cartes, d'habitude en train de festoyer avec ses collègues à cette heure ci. Il y avait une raison à son manque de sociabilité cette nuit là : la tempête, ce n'était pas encore trop grave mais la pluie de ces caraïbes incertains était suffisamment drue pour que les hommes soient à leur poste, lui préférait essayer de garder le cap et travailler au chaud et en silence, ses papiers bien à l'abris du vent et de l'eau. Il réclama donc ce soir là que sa belle éplucheuse de patates lui apporte son diner dans sa cabine.
Revenir en haut Aller en bas
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence Dim 14 Juin - 22:42

L’espagnol s’avérait être un ennemi de taille, et surtout un homme d’une patience dont il n’aurait jamais pu se douter. Ce n’était pas faute d’essayer et d’inventer des excuses pour réussir à aller dans sa cabine, lui apporter le repas ou faire tout ce qui lui serait demandé. Mais la seule chose que l’anglais obtenait, était des refus, ou alors une autre personne s’en occupait.
Il avait été bien optimiste sur tout ça, pensant que ce serait si simple…
Et en plus de ça, Arthur devait essuyer les avances ridicules de l’espagnol.


« votre père est un voleur, il a dérobé toutes les étoiles des cieux pour les mettre dans vos yeux »

Existe il en Espagne un livre intitulé ‘phrases ridicules pour tenter de charmer une jeune femme ‘ ?

« je devrais vous faire mettre en cale pour excès de beauté »

Ah oui, l’existence de ce livre est prouvée. Il est impossible que quelqu’un puisse inventer ces phrases là… Quoique, avec l’espagnol, il valait mieux s’attendre à tout.
Mais Arthur prenait sur lui, et se contentait de rire doucement, d’un air faussement gêné, ce qui marchait à tous les coups quand une femme lui faisait le coup, et de répondre une phrase toute bête, comme ‘oh non c’est bien trop pour moi’. Carriedo si seulement tu savais à qui tu avais à faire, tu serais à genoux en train de lécher ces bottes qui ont traîné dans la boue, et de t’excuser platement, pour ne pas être puni….
Enfin, ça, c’était ce qui se tramait dans la tête d’Arthur le soir quand il était sur sa couchette. Couchette qui était ridicule, et lui faisait mal au dos. Son lit luxueux, avec un amoncellement de coussins répartis de partout lui manquait horriblement. Mais au moins ils avaient eu l’élégance de lui laisser un endroit isolé et seul, après tout une dame ne va pas s’exposer aux yeux de tous. Ce qui l’arrangeait bien lui, quand il devait se changer, et qu’il devait sortir son service trois pièces pour les besoins naturelles.
Tôt le matin il revêtait rapidement sa robe, ainsi que son rembourrage, puis sa perruque, qu’il conservait durant la nuit, mais avait tendance à s’enfuir rapidement dans son sommeil agité.

Ses journées sur le bateau étaient des combats permanents, pour ne pas être découvert, mais surtout, pour cuisiner. L’anglais avait l’habitude d’être servi et non pas l’inverse, alors se retrouver derrière les fourneaux, à exécuter des tâches de paysans, outre le blesser dans son égo, le laissait complètement inapte. Couper des patates, de la viande séchée, cela passait encore, mais réaliser une soupe ? Ou tout autre « plat » un peu plus élaboré ? Alors là c’était le massacre. Arthur renversait tout, faisait des mélanges totalement improbables, certains hommes en cuisines avaient pris l’habitude de le surveiller constamment, ce qui n’était pas pour lui rendre la tâche plus simple.
A chaque fois qu’un homme lui faisait une proposition indécente, ou alors des sous-entendus graveleux absolument pas subtils, l’anglais s’imaginait entrain de les jeter hors du bateau, ou les torturer jusqu’à ce qu’ils le supplient de cesser et de… Mais tout cela n’était pas encore prêt d’arriver. Sous leurs airs de catholiques bien croyant se cachaient des hommes plus que frustré, ce qui n’étonnait même pas l’anglais.

Mais un beau soir, cela allait être SA soirée à lui, le moment qu’il attendait tant depuis plusieurs jours. Une tempête faisait rage en ce moment même, mais l’anglais ne pipait mot, toujours occupé à éplucher ces patates, art dont il était passé maître à force, laissant son corps aller doucement au gré des vagues violentes. Mais un homme vint le déranger dans sa tâche, lui demandant d’apporter à manger à Carriedo. Enfin.
Sortant sur le pont, l’anglais regardait les hommes s’agiter pour contrôler le bateau. Ils se débrouillaient tellement mal d’après lui, Arthur aurait tant voulu leur grogner des ordres pour tenir le tout, mais sa place à lui était dans la cabine du « grand » capitaine espagnol. Cabine qui ne payait pas de mine, qui le fit même sourire, cela lui donnait encore plus envie de posséder ce navire ou bien de le couler…

Ayant bien pris soin de replacer sa perruque avant tout, et d’insister un peu plus sur le rembourrage de son décolleté, il était fin prêt à charmer cet espagnol, pour le rouler tout simplement.


« Hm tenez, votre repas…Monsieur le capitaine...  »

D’une voix toujours faussement hésitante, l’anglais s’avançait, pour poser le tout sur le grand bureau de la cabine. Le regard baissé, comme s’il fuyait celui de l’espagnol, il en profitait pour regarder les cartes sur la table. Au milieu se trouvait la carte qui l’intéressait tant, celle de la fontaine de jouvence…

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence Lun 6 Juil - 23:11

La femme est une créature qu'il faut apprivoiser lentement, c'est ainsi qu'elle se donne à nous et le plaisir n'en est que meilleur après la terrible attente, le temps qu'elle se sente prête, même si en réalité c'était à ce moment Espagne tout seul qui faisait la cour et imaginait des refus de la part de la belle européenne aux yeux mystérieux. Elle semblait cacher quelque chose, sûrement son attirance pour lui ! Ah qu'il était beau, et que cette charmante damoiselle lui redonnait la fougue de l'homme en pleine possession de ses moyens. Si Espagne avait pu imaginer que cette femme faisait pipi debout le soir quand tous avaient le dos tourné.
D'ailleurs ses maladresses en cuisine qui aurait dû le dénoncer bien plus tôt ne furent pas rapportées à Espagne vu que celui ci semblait particulièrement apprécier la demoiselle ses hommes savaient qu'il ne fallait rien dire, ils avaient osé remarquer une fois qu'elle avait réussi à servir un poulet plein d'arètes de poisson mais leur chef l'avait excusée en expliquant que les femmes sont parfois dans les nuages. Bref, il ne fallait pas insister.

La violente tempête faisait rage et ses hommes étaient occupés à maintenir l'ordre sur le bateau qui tanguait dangereusement, ce qui expliqua qu'Arthurette dû apporter son repas à l'espagnol dans sa cabine, même si cela le gêna d'obliger à faire entrer une femme innocente dans sa chambre après tout. Même avec de tels principes Antonio était très loin d'être devenu asexuel, très loin de là...sa frustration l'avait même poussé à chercher la fontaine de jouvence c'est pour dire. On frappa à la porte, la blonde pointa son nez, l'espagnol leva le museau vers elle, lui offrant un sourire charmant, fier d'un côté qu'elle puisse admirer à quel point il avait le goût de l'or, sa chambre était dorée et rouge, à l'image de son futur drapeau, deux couleurs qui avaient animées sa vie.

« Entre, entre voyons je ne vais pas te faire attendre dehors par ce terrible orage !  »

ah qu'on est sensible quand on vous appelle 'capitaine'. Et qu'on a un telle poitrine...

Antonio se leva, fit entrer la servante et referma la porte derrière eux. Il mit la main sur son dos pour la diriger jusqu'à un fauteuil pour la faire s'asseoir et attrapa deux verres pour leur servir du bon vin.

« tu as peur de l'orage ? tu as l'air toute étrange en cette soirée.... haha si tu veux nous pouvons patienter ensemble tu ne risques rien ici avec moi.  »

Antonio fit glisser de la main le verre à pied jusqu'à la jeune femme, attendant qu'il l'ai prit en main pour trinquer avec elle. Il porta le verre à ses lèvres pour boire en regardant son joli visage, essayant de ne pas laisser ses yeux lorgner jusqu'à sa poitrine particulièrement imposante ce soir, mais ce fut un échec. Il rangea son chapelet sous sa chemise.
Revenir en haut Aller en bas
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence Jeu 30 Juil - 18:33

C’est en sentant la main de l’espagnol dans son dos, que les pensées de l’anglais s’étaient clarifiées.

« A la moindre seconde d’inattention de ta part, tu finiras par-dessus bord, dans une eau infestée de requins. »

Mais en attendant, l’anglais continuait à minauder, à jouer un sorte de rôle, une sainte-nitouche blonde, avec une poitrine plus que –faussement- généreuse, et avec une éducation des plus respectables.
Un châle entourait son visage et créait ainsi une ombre qui permettait de camoufler un peu ses traits masculins, heureusement que les cabines des bateaux de l’époque étaient peu éclairées, et permettait ainsi une ambiance tamisée et intime. Son regard se posa sur le verre de vin que l’espagnol faisait glisser sur la table, au moins il savait comment accueillir quelqu’un, c’était au moins ça pour lui.


«  Hm je ne suis pas habituée… Et puis il fait vraiment froid dehors, j’avais peur toute seule…»

Si les autres nations, ses ennemis, ses dirigeants voyaient Kirkland de la sorte, ah ça oui ils riraient de bon cœur, en se moquant. Mais le garçon a l’habitude d’être prêt à absolument tout, toutes les bassesses et ruses pour obtenir ce qu’il veut. Cette carte, il l’aura, la fontaine lui appartiendra très bientôt.
Remarquant que le regard espagnol se glissait jusqu’à sa poitrine, l’anglais jouait de ça en prenant son verre de vin d’une main, l’autre sous ses seins pour relever le tout. Nombre de fois il avait vu les femmes faire ce genre de choses, et cela ne va sans dire que ça le rendait fou pour elles, à tous les coups.

Portant le verre de vin à ces lèvres, il profitait quelques instants de la chaleur de l’alcool délicat dans sa gorge avant de reprendre une inspection de la cabine en jetant quelques regards. La seule sortie possible de la pièce, était là où il était entré alors, sauf si une porte secrète se cachait quelque part…


«  Je pense que la présence rassurante d’un homme fort me manque sur ce bateau… C’est difficile ici, surtout en temps de tempête… »

Ce qui est le plus difficile en ce moment, c’est de ne pas laisser la rage l’envahir et planter un des couteaux de cuisine entre les deux yeux d’un homme qui venait encore de tenter quelque chose, ou qui venait de lui mettre une main aux fesses.

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence Dim 16 Aoû - 16:36

«  Je pense que la présence rassurante d’un homme fort me manque sur ce bateau… C’est difficile ici, surtout en temps de tempête… »

Arthur était décidément doué pour faire semblant d'être une fille, peut être était ce dû à toutes ces femmes anglaises qui changèrent l'histoire de leur pays.....enfin femmes qui viendraient plus tard dans l'Histoire. Bref Angleterre possédait un instinct féminin qu'on aurait jamais imaginé chez lui. Ou Antonio était facilement manipulable.

«  Je pense être tout à fait qualifié pour être cet homme fort dont vous parlez. »

Le pauvre bougre avait même perdu toute la classe et le charme latin qui le caractérisait auparavant, le catholicisme avait fait des ravages au niveau de sa séduction, il ressemblait maintenant à un pseudonyme douteux, appartenant à un puceau de 28 ans, se cachant sur un forum pour demander des conseils sur la façon la plus efficace pour mettre une femme dans son lit. El-toro-69. Pauvre Antonio. Le ravage des voyages en mer. Le bateau s'agitait, même dans leur petit nid d'amour les deux -hommes- pouvaient sentir le remou du navire. L'espagnol en profita pour se rapprocher tranquillement, il attrapa Arthur par l'épaule, se collant un peu à côté de lui, qu'il croyait elle, rappelons le-

«  N'ayez pas peur ma belle européenne. »


et de fil en aiguille sa main glissa sur la cuisse de l'anglais.

«  Plus vous êtes près de moi, plus vous êtes en sécurité. <3 »


si sabes a lo que me refiero.
Revenir en haut Aller en bas
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence Sam 22 Aoû - 21:01

Vomir. L’anglais avait simplement envie de vomir en entendant l’espagnol lui parler de la sorte. Ce catholique extrémiste qui brûle des gens impies par pure mégalomanie, et qui ne se la sent plus dès qu’il voit une « femme » s’approcher de lui. Faux catho qui serait prêt à tout pour pouvoir de nouveau toucher une paire de seins oui…

Attrapé par l’espagnol, l’anglais se laissa aller doucement contre lui, profitant d’une vague plus forte pour se coller contre son corps. Son regard se baissa sur la main qui venait s’introduire sur le territoire ennemi, qui était, sa propre cuisse. Ah bah voilà le catho, et d’ici cinq minutes il se retrouve la robe retroussée et les jambes en l’air c’est ça ? On a vu mieux niveau religieux quand même.
Mais l’anglais en profite même pour presser sa fausse poitrine contre le bras de l’espagnol, lui jetant un petit regard timide, mais heureusement la luminosité très faible de la cabine ne leur permet pas de bien distinguer leurs visages mutuels. Sans quoi l’espagnol tarderait bien à remarquer des épais sourcils, ainsi que des traits un peu trop virils pour la frêle jeune femme qu’il tente d’être.


« Oui … Je me sens déjà bien mieux là … »

Il en profite même pour avancer un peu sa cuisse vers lui pour qu’il n’hésite pas à y glisser sa main, caresses qui sont malgré tout agréable, la cuisse, toujours bien sensible comme endroit ça.

« Je suis sûre que vous pouvez me faire me sentir encore mieux… »

Trop ? Oui bon, d’accord, c’est un peu trop, mais jamais assez pour un catho en manque depuis il ne sait combien de temps. Il devrait mordre à l’hameçon très rapidement, et le plan serait enfin mis à exécution, et ce sera encore une victoire totale pour l’Angleterre !

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence Jeu 3 Sep - 13:49

La vague poussa la jeune femme contre lui, il semblait à Antonio que les éléments se liaient pour assurer le destin. Dans sa tête c'était très clair : cette nuit serait mouvementée. Cette nuit la belle européenne resterait dans ses bras. Et peut être même cette nuit... ses problèmes d'impuissance seraient enfin réglés. En même temps elle était tellement belle...tellement angélique... oh dieu il pensait être en train de tomber amoureux après toutes ces journées à l'observer sur le bateau... à manger des plats pour lesquels elle avait participé... (qui avait un arrière goût étrange depuis qu'elle était là d'ailleurs mais le brun mettait ça sur le compte d'une faiblesse féminine peut être, ou alors les fourberies d'angleterre qui lui avait laissé une impression amer dans le coeur).

Bref, l'espagnol était tout fou et avait retrouvé ses reflexes de latin loveur, sa main était délicatement posée sur la cuisse de la jeune femme, sur sa robe et déja des pensées saugrenues étaient apparues dans son esprit. Catho mais pas trop. Catho mais un homme reste un homme...

Cette petite voix fluette de damoiselle en besoin d'être protégée l'excitait maintenant...surtout lorsqu'elle parla du fait qu'il...pouvait la faire se sentir mieux.

L'espagnol attrapa son verre de vin... et bu une gorgée...ce qui rendait déja son nez un peu rouge car il n'avait qu'une très faible résistance à l'alcool et cela devait déja un peu se voir dans sa manière béate et abrutie de sourire...à moins que ça ne soit dû qu'aux charmes d'angleterre. Une nouvelle vague berça le bateau et Antonio glissa sa main le long de la jambe de la jeune femme.. pour aller sous sa robe..... il resta à caresser sa cuisse et heureusement pour le blond qu'il n'alla pas plus loin car il aurait vite fait de découvrir le pot aux roses. Sans fleur.

Enflammé, il poussa alors doucement la blondinette vers le lit délicatement, la traitant comme une princesse, terriblement échauffé par son aspect de porcelaine (l'obscurité et le vin aidaient beaucoup) et il avança le visage alors que ses lèvres allèrent se presser sensuellement contre les siennes...... oh dieu que c'était bon.

Il glissa sa main dans sa chevelure, dans les anglaises de l'anglais...les caressant quand soudain elles semblèrent lui échapper. Il pensa pendant une seconde que sa belle européenne avait tourné de l'oeil et s'était évanouie par terre mais en ouvrant les yeux il se rendit compte que c'étaient ses cheveux qui étaient partis et qu'il avait dans les mains.

«......Qué »

Il aperçu le terrible visage d'Angleterre, soudainement entre ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
England/ Arthur Kirkland
avatar
explorer2



Messages : 311
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

Taux de synchronisation
Points:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence Dim 25 Oct - 20:03

L’espagnol se faisait de plus en plus entreprenant. Sous ses airs de catho coincé se cachaient en fait un tout autre homme, avide de sexe. Et ça bien sûr l’anglais s’en doutait, ce fichu espagnol sait cacher les choses, mentir aux yeux de tous.

Et voilà qu’il se réveille bien comme il faut, un peu trop même, pris au dépourvu l’anglais se lève en même temps que lui pour rejoindre… Le lit ??!! Non là ce n’était absolument pas prévu dans le plan. Bah oui, l’anglais pensait que ça allait se finir aussi vite que ça avait commencé avec… Il ne sait quoi. Il faut reconnaître une chose capitale. Le plan était totalement irréfléchi, et absolument pas mis au point. Pourtant, dans la tête d’Arthur tout semblait si simple ; l’espagnol allait se laisser aller, pour parvenir à le saouler, et ainsi lui dérober la carte, et ensuite s’enfuir !! Et devenir l’homme le plus riche, le pays le plus prospère que la Terre n’ai jamais connue !!
Mais là, petit imprévu dans le plan, les lèvres espagnoles se retrouvent sur celles de l’anglais. Abandon de la mission, nous répétons, abandon.
Ça serait mentir de dire que l’anglais n’a jamais embrassé personne de sa vie, bien au contraire, des bouches, il en a connu, surtout en quelques années, il s’est permis de nombreuses choses. Mais les lèvres de l’ennemi de son pays ? De son propre ennemi ? De l’homme qu’il casserait bien les jambes ? Ca non, jamais.
Surtout pour un baiser qui ne donne pas envie, ça serait une belle femme, aux courbes généreuses, un homme musclé et beau pourquoi pas… Mais l’espagnol ? Non.

Pour seule réaction l’anglais se laissa faire. Un peu surpris par son audace principalement, mais aussi, impossible de le repousser, il se serait clairement douté de quelque chose. Mais rapidement il sentit quelque chose dans ses cheveux, l’espagnol serait même allé jusqu’à caresser ces cheveux qui … Ne sont pas les siens… Là ce qu’il sent, c’est la perruque qui glisse doucement mais sûrement de sa tête. Deuxième faille du plan, une perruque, ça ne tient pas, voir même, pas du tout.
Un long silence s’installa quand leurs regards se croisèrent, et leurs vrais regards cette fois-ci. Le blond le regardait en clignant des yeux, bon que faire maintenant, et l’option « mentir sur une possible perte de cheveux » est éliminée d’office.
Dans un réflexe un peu inattendu l’anglais pousse l’espagnol avec assez de violence pour le faire tomber sur le lit, et ainsi se précipiter sur la table pas loin et attraper au vol la carte au trésor. Un rire que l’on pourrait qualifier de « rire de génie du mal » retentit dans la cabine, quand il se mit à courir vers la porte pour sortir, mais légèrement embêté par sa robe certes trop longue, mais qui lui allait bien au teint, il faut le reconnaître.

_________________
"A man tired of London is tired of life."
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence Dim 25 Oct - 22:50

Comme si l'espagnol ne voulait absolument pas accepter le fait qu'il était seul à seul dans une cabine avec Angleterre en personne, et qu'il venait de l'embrasser, son cerveau mit un certain temps à analyser la situation. Peut être la demoiselle avait une calvitie précoce ? peut-être était elle une sexy espionne au service du roi du portugal ? Peut-être avait elle été scalpée par une tribue amazonienne, mais elle ne perdait pas ses charmes pour autant.... oui non, sans parler d'Arthur, c'était vraiment un homme qui se tenait à devant lui, et il venait de l'embrasser. Il avait commis un péché irréparable aux yeux du seigneur. C'était le premier pas vers la sodomie et il se sentait le besoin d'aller immédiatement consulter un prêtre dans un confessionnal afin d'être lavé du toucher du diable. Ses lèvres brûlaient, signe qu'en effet c'était une terrible erreur et qu'il avait embrassé le feu de l'enfer.

Sans parler d'homme c'était Angleterre qui se tenait là et ça c'était encore plus difficile à concevoir, quoique c'était logique, il l'avait croisé à Tortuga, n'avait pas eu de nouvelles de ses hommes....et il s'était déguisé pour venir... mais dans quel but ? Pour le charmer ? Angleterre s'était déguisé en femme dans le but d'avoir une nuit avec lui ? ça fit presque plaisir à l'espagnol jusqu'à ce que l'anglais semble soudain prendre une décision et le pousse hors du lit.

Tout se passa très vite et l'attérissage d'Antonio sur le sol de la cabine fut violent, mais l'adrénaline était montée trop vite en lui pour que ça soit douloureux, tout ce qu'il vit fut la main d'Angleterre qui se saisissait de sa précieuse carte au trésor pour la fontaine de jouvence, puis qui fonça vers la porte en riant comme un diable. Espagne se leva d'un bond et comme un boulet de canon fonça à la poursuite du blond. C'était dans ces moments où l'adrénaline prenait le dessus qu'il oubliait tout, la religion, les bonnes conduites, les choses à ne pas faire, non, tout ce qui comptait c'était de rattraper l'anglais au plus vite.

Il ouvrit la porte alors que l'anglais courrait dans les escaliers, Antonio se prit la pluie comme un coup de fouet, avec tout ça il en avait oublié la tempête qui sévissait et qui faisait ressembler le bateau à une montagne russe ou un manège diabolique, mais il n'y prêta que peu attention et fonça à la poursuite du blond qui courrait en robe sur le pont. Les marins ne prêtèrent pas attention à la course entre la cuisinière devenue chauve et leur chef, tous occupés à maintenir leur bateau droit contre les vagues pour ne pas finir engloutis par le furieux océan.

Le bateau pencha alors dangereusement dans un coté et Antonio tomba au sol, à moitié emporté par une vague qui déferlait sur le pont, il se cogna contre le poteau et releva rapidement la tête, déboussolé, cherchant l'anglais. Il l'aperçu grimpant dans une barque amarrée au pont, essayant de la détacher, et il savait comment faire l'animal. L'espagnol fonça sur lui, sortant son épée il sauta sur la barque, prêt à attaquer l'anglais quand une vague fit de nouveau pencher le bateau, bouscula la barque qui tomba dans l'océan, Arthur et Antonio projetés dans l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar
god



Messages : 72
Date d'inscription : 05/09/2014

MessageSujet: Re: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence Mar 1 Déc - 0:06






"
Yo ho, yo ho, a pirate's life for me
We pillage, we plunder, we rifle, and loot
Drink up, me 'earties, yo ho
We kidnap and ravage and don't give a hoot
Drink up, me 'earties, yo ho

"



[Pour des raisons de sécurité, Angleterre et Espagne sont ramenés à la réalité immédiatement, arrêtant leur mission soudainement.
Les professeurs présents s'informent sur l'état des élèves des suites de cet incident.
L'intelligence artificielle leur explique le problème qu'ils ont rencontrés. Des données aléatoires ont entraînées la formation d'un cadre non-propice à la poursuite de la mission puisque mettant leur vie en danger. ]


Carriedo Fernandez Antonio : Votre performance a été évaluée à 9/20 selon les algorithmes. Vous gagnez 4 points.
Kirkland Arthur : Votre performance a été évaluée à 11/20 selon les algorithmes. Vous gagnez 5 points.

La mission n'a pas été menée à bien.

Veuillez vous retirer après vos 15 minutes de discussions réglementaires avec le corps enseignant.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ Espagne & Angleterre ] La Fontaine de Jouvence

Revenir en haut Aller en bas
 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» urgent PAYRA 3,5 kg en fourrière ESPAGNE euthanasie prévue
» Henriette d'Angleterre, dit Madame ... [terminé]
» La Fontaine
» La reine Sofia, d'Espagne, en visite en Haiti
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée

Hetalia Campus Revival :: PROJET REVIVAL :: AMERIQUE DU NORD :: NOUVEAU MONDE-