Partagez | .

[ Espagne ] 1701 - 1714 Guerres de successions d'Espagne

 
Maître du Jeu
avatar
god



Messages : 72
Date d'inscription : 05/09/2014

MessageSujet: [ Espagne ] 1701 - 1714 Guerres de successions d'Espagne Dim 15 Mar - 14:28






"
La vie prend un sens
lorsqu'on en fait une aspiration à ne renoncer à rien.

"



Citation :
"Monsieur,

Dans le cadre de la recherche et de votre cursus scolaire, vous êtes convoqué à une quête du Projet Revival, salle PR, à 16h le Lundi 16 Mars. Mr Antonio Fernandez Carriedo sera dispensé du cours de Stratégie Militaire ce jour.
Vous serez encadré par un professeur disponible à cette heure.

L'intelligence artificielle vous donnera les détails de votre mission sur place.

Cordialement,

L'administration."

[ La pièce vous est familière, à vous qui aimez revivre l'histoire de façon si intense, si passionnée. Et comme à chaque fois, rien n'est changé, les professeurs changent juste, mais l'intelligence artificielle est toujours la même, froide, et sans expression humaine, vous énumérant comme à son habitude les règles de sécurités et le reste de votre quête. ]

Bonjour monsieur.

Veuillez prendre en compte les mesures de sécurité indiquées sur le règlement.
Si vous êtes malade, fatigué, blessé, ou autre, veuillez le préciser à votre professeur qui décidera ou non si vous êtes aptes à travailler.
Vous serez noté à la fin de cette mission.

Installez-vous sur les couchettes et placez votre tête et vos bras dans les zones appropriées.
L'écran sur votre gauche vous indique la date à laquelle vous allez être envoyé.

[L'écran affiche "1701 à 1714. Madrid."]

Votre mission consiste à assister aux divers événements, et de revivre votre histoire.

[ http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_succession_d%27Espagne

http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_succession_d%27Espagne_dans_les_Pays-Bas_espagnols ]

La synchronisation commencera dans trois... deux... un....





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ Espagne ] 1701 - 1714 Guerres de successions d'Espagne Dim 15 Mar - 21:23

I used to rule the world
Seas would rise when I gave the word
Now in the morning I sleep alone
Sweep the streets I used to own




Antonio est agenouillé devant le lit, le visage dans les bras, c'est le petit matin et le soleil éclaire chaudement la pièce, sombre pourtant, on entend les chants des oiseaux dehors, c'est une journée normale.  Une main décharné, tremblante lui caresse les cheveux. La voix de Charles II, roi d'Espagne respire de façon agitée, il est jeune mais ses traits tirés, ses yeux hallucinés lui donnent l'aspect d'un vieillard, cela fait 4 ans que les crises d'épilepsies du roi se sont aggravées qui se sont progressivement transformées en hallucination, toute la court a cherché les causes de son mal, engagé les plus grands guérisseurs du royaume pour soigner le régent, même engagé des exorcistes pour faire sortir le mal en lui, mais rien n'y a jamais fait. Charles II ne fut pas un roi qui apporta grand chose au royaume, celui qu'on appelait l'ensorcelé ne fit que faire ployer son propre mal sur le pays entier et Espagne lui même d'en devient que plus cruel.
La voix agitée, ses soupires rauques parvenant du fond de ses poumons retentissent dans la pièce, tout le monde autour attend avec angoisse la prochaine crise. Soudain Charles II se redresse brutalement, il hurle, semblant doté de la capacité de voir Belzébuth en personne qui se promenerait, invisible, dans la grande chambre royale. Ou la mort peut être, parce qu'ici personne n'est dupe sur le temps qu'il reste à Charles parmi les vivants. Antonio souffre de voir son monarque dans un tel état, il se lève alors en voyant son roi prit d'une terrible crise, violente, ses traits déformés par la terreur intérieure, le brun fait son possible pour calmer l'homme, le maintenir sur son lit mais c'est comme s'il semblait doté d'une force considérable dans ces moments là.
Les médecins aident Espagne à s'occuper de leur roi, personne ne semble s'être résigné à accepter que c'en est fini pour Charles II. Et même 3heures après, 3 longues heures d'agonie terrifiante, 3heures à voir les draps du lit se tacher de sang, 3heures de hurlements d'outre tombe et un dernier soupire désespéré Antonio n'arrive pas à accepter la mort du roi.


I used to roll the dice
Feel the fear in my enemy's eyes
Listen as the crowd would sing
"Now the old king is dead! Long live the king!"



Le testament de Charles II n'a pas mis longtemps à être apporté aux royaumes voisins, testament qui mécontente tout le monde d'ailleurs, à défaut d'héritier le roi d'Espagne nomma le dauphin de France héritier, mais souhaitant garder les deux pays distinct, bien sûr cela n'allant ni à Louis XIV ni à l'Autriche les stratèges familiaux se mirent rapidement en place, encore plus pointilleux qu'un chef militaire un testament familial est aussi la carte magique, le joker pour agrandir son territoire, comme un poker au risk. Infernal casse tête du sang royal.

Ils sont là, à s'envoyer des lettres, ou quand une décision devient trop tendue c'est aux pays de se retrouver dans une grande salle pour parlementer. Antonio ne connaît que trop bien cette grande salle dans laquelle il est placé généralement à un siège où tout le monde peut le voir. Au milieu, et il donne des ordres, sûr de lui, grand et fort, comme la superpuissance qu'il a longtemps été. Aujourd'hui c'est le royaume Français qui y est assit. Autour de lui Angleterre, Prusse, Autriche, Pays bas, Portugal débattent autour de papiers, ils rient un peu, comme s'ils parlaient de la pluie et du beau temps. Antonio est assit avec eux, il les écoute parler, quand soudain une proposition ne lui plait, et il parle alors pour la première fois depuis le débat. Un silence glaçant s'installe alors que toutes les têtes se tournent alors vers lui.

Pourquoi Espagne est-il ici au fait ? Après tout ce n'est pas comme si on avait besoin de son avis pour cette affaire.
Désolé, il vaut mieux que tu n'écoutes pas Antonio... tu sais... ça peut peut être dur à entendre... et tu sais..

Angleterre esquisse un petit mouvement de tête vers la main de l'espagnol. Antonio relève sa main vers lui, et aperçoit les autres pays au travers. Il aperçoit un visage souriant traverser la paume livide de sa main.

Il pousse un cri et tombe dans le noir.


Citation :
Ainsi débute une longue guerre de Succession (1701-1714) où s'affrontent les partisans de l'archiduc Charles, appuyé par l'Autriche, l'Angleterre, le Portugal, lesProvinces-Unies, la Prusse, la Savoie et Hanovre contre ceux de Philippe V qui, soutenu par la France et la Bavière, s'impose finalement comme roi d'Espagne.




One minute I held the key


Next the walls were closed on me



And I discovered that my castles stand


Upon pillars of salt and pillars of sand


La mission commence.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ Espagne ] 1701 - 1714 Guerres de successions d'Espagne Dim 15 Mar - 21:29

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ Espagne ] 1701 - 1714 Guerres de successions d'Espagne Dim 29 Mar - 21:49


. France et l'Empire Romain



Quel est le meilleur moyen de tuer un pays ?


Art.1

On ne peut pas le tuer avec des épées. On aura beau tenter tout ce qui enlève la vie d'un être humain, il ne mourra pas. On pourrait lui arracher le cœur qu'il ne mourra toujours pas, la douleur est pourtant similaire à celle qu'un être humain peut ressentir, le corps d'un pays est d'ailleurs totalement semblable à celui d'un être humain, il peut être blessé, il peut manger, il ressent les mêmes choses qu'un être humain comme l'amour, la haine et le désespoir et en tout point le pays pourrait passer pour un être humain si seulement ils n'étaient pas un simple produit de notre imagination.

Art.2
Le meilleur moyen de tuer un pays est d'utiliser un autre pays, plus fort, pour l'anéantir, même s'il est souvent arrivé que des pays s'éteignent de façon pacifique, ou naturelle, la solution la plus efficace de le voir disparaître est tout de même la guerre, ou un quelconque arrangement politique, mais ça c'est un synonyme.

Art.3
Le pays est étroitement lié à ses habitants, aux êtres humains donc, il dépend totalement de leur volonté et de leurs actions, en réalité les pays ont l'air d'être les chefs de l'Histoire mais ils ne sont que les pions humains, le roi tout du moins, car si on le perd tout est perdu.

Art.4
Les êtres humains sont facilement patriotes, comment tuer toute une panoplie de coutumes, toute une culture vieille de plusieurs siècles pour la remplacer par une autre ? Leur faire croire que leur pays est mort.


Conclusion.
Le meilleur moyen de tuer un pays est de faire en sorte qu'on l'oublie. Effacer les souvenirs des êtres humains de génération en génération jusqu'à ce que le pays n'existe plus.






_______________________





France semblait le savoir parfaitement, et il semblait aussi savoir parfaitement qu'Antonio resterait l'Espagne, fidèle à ce qu'elle était, indomptable, et même si après que Louis XIV eut accepté le testament de Charles II, et que l'Espagne devienne un allié de la France, effrayant duo pour les autres nations européennes, lui, Antonio, ne pourrait jamais lui obéir.Tuer lentement le patriotisme des humains et les rallier à la France protectrice et puissante, semblait devenir la meilleure solution, d'ailleurs les espagnols qui désiraient sauvegarder leur empire se concentrèrent immédiatement sur les colonies d'outre mer.

France essaya pourtant au début de tendre la main à Antonio, lui dire qu'ils pouvaient combattre ensemble mais oh comme l'espagnol ressemblait à un fauve, libre, incapable de laisser quelqu'un lui donner des ordres, après tout comment se plier à des ordres lorsqu'on a l'habitude d'en donner ? Comment se plier de nouveau à un chef lorsqu'on est né dans la seule étincelle de liberté qu'il restait aux espagnols alors que les Maures les avaient envahis ? Comment oublier des siècles à les chasser de son territoire et s'appuyer sur leurs ruines pour briller ? Comment oublier à quel point la chute de Rome l'avait laissé lui et Portugal seuls et si jeunes contre les envahisseurs armés jusqu'aux dents? Il s'était juré qu'il ne laisserait plus jamais personne empiéter sur son territoire, et des années plus tard toute cette rage de vivre avait modélé un conquistador plus avide d'imposer sa culture et sa langue dans le monde quitte à violer des terres vierges, que de prendre tout l'or qu'il y trouver.

Une génération d'enfants qui s'appuyèrent sur les dernières richesses que l'empire romain leur avait laissé pour se faire la guerre, et pour prendre. Et France faisait également partie de ceux là, son histoire avait été relativement différente de celle d'Antonio malgré tout, et de toute façon la personnalité est changeante chez nous autres, pays.


Peut être France avait-il espéré trouver une sorte de Vassal en Espagne, mais il n'avait pas compris qu'il avait à faire à une tête brûlée encore pire que lui. Il n'eut aucun choix que d'éloigner celui qui avait un jour son ami.

Il n'y a plus de Pyrénées.

Il était quelque part en Espagne. Dans le coin le plus reculé d'Espagne qu'on puisse trouver. Et ne pas trouver justement, c'était le but, comme un cœur enfoui au plus profond du corps, trop lointain pour l'entendre battre.

C'était seulement ce cœur humain, qui continuerait à battre jusqu'au dernier battement d'un cœur d'Espagnol, qui indiquait à Espagne que son pays existait toujours.


Depuis combien de temps était il assit là.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ Espagne ] 1701 - 1714 Guerres de successions d'Espagne Dim 29 Mar - 21:52


. Italie et les Pays-Bas espagnols


Il me tient par une chaîne enfermé dans une prison comme un vulgaire chien ou un criminel.

Mais c'est ce que tu es, un criminel


Ce sont les humains qui sont des criminels, ils s'entretuent les uns les autres, on ne peut rien me reprocher. Ils font encore pire, ils tuent en mon nom, ils déclarent que c'est à cause de moi qu'ils tuent, que c'est pour mon bien.

Qu'importe qui est le criminel ça revient au même, sauf que les humains ça se remplace vite, les enfants de leurs enfants ne se sentent pas coupables des crimes de leurs ancêtres, toi par contre tu resteras en vie, et tu porteras leurs crimes sur tes épaules, bon en contrepartie tu mourras dans très longtemps et tu pourras admirer les époques, c'est plutôt agréable si tu apprends à devenir oublier à ce que tu as fait, mais c'est difficile quand on est enfermé ici non ?

Ça me rend malade d'être ici, je suis obligé de revivre les souvenirs, je ne sais pas si j'aurai de nouveau un futur alors je ne peux que me souvenir du passé. Je me souviens qu'avant de m'enfermer ici j'étais encore un peu libre... Même si je devais rester chez France.. jusqu'à ce qu'il vienne m'annoncer qu'il m'enfermait. Je me suis mis dans tous mes états, pas parce qu'il m'a dit qu'il m'enfermait mais parce qu'on m'a aussi annoncé qu'il avait envahi l'italie.... Je lui ai hurlé de me dire ce qu'il avait fait de Romano.
D'ailleurs je n'en peux plus de rester ici, je ne suis au courant de rien... je ne sais pas ce qu'il se passe dehors.... je ne sais pas si Roderich a réussi à défendre l'Italie ou pas... je ne sais pas où ils en sont, la guerre doit être en train de continuer et je ne peux même pas défendre Romano.....bordel


A propos de Romano... pourquoi es tu si attaché à lui ? C'est quand même bizarre, tu veux qu'on parle des orphelins de l'Amérique du Sud ? Orphelins parce que tu as joyeusement égorgé empire Aztèque, Maya et j'en passe ? Comme Chili a pleuré lorsque tu lui tenais la main pour l'arracher à son peuple, comme Colombie en a vu du sang alors que tu cherchais de l'or. Et les caraïbes ? Le petit Cuba qui va devoir grandir avec ses cauchemars. Mais il n'y a pas que là bas, il y a l'Asie, Philippine pourra t-elle te regarder autrement qu'avec haine ? Même en Afrique, tu continues en ce moment même à les faire souffrir... oh mais il n'y a pas besoin d'aller loin après tout tu fais ça aussi très bien avec Pays bas et Belgique. Pays Bas te regardait avec des yeux plein d'admiration quand il t'a rencontré, tu étais même son modèle, il t'a aimé, il a voulu te servir avec la plus grande volonté du monde, mais en le foulant du pied comme tu l'as fait tu n'as fait que te créer un de tes plus grands ennemis. Pire encore tu as créé un nouveau conquistador, la haine engendre la haine et il commence déjà lui aussi à partir pour les terres inconnues afin des les ajouter à sa collection.

Pays Bas est probablement ta pire création au monde, peut être même pire que le massacre des indigènes d'Amérique du Sud, pauvre garçon, quand je pense qu'il s'est juré de ne jamais devenir comme toi. C'est en ce moment même qu'il est en train de changer vu que tu l'as abandonné il est bien obligé de se défendre vu que tout le monde essaye de l'envahir, il a de la volonté c'est impressionnant.



C'est normal ce sont des colonies, ce sont leurs rôles de colonies de se faire dominer et de me donner ce qu'ils ont à m'offrir.. il n'y a que Romano avec qui....j'ai.. été correct. Il n'y a que lui qui ait le cœur pur, il n'y a que lui qui n'a pas encore vu de massacres et il ne doit pas en voir.

Oh je comprends, c'est juste parce que c'est le rejeton de Rome avec son frère, c'est pour ça que tu n'arrives pas à être cruel avec lui. Et bien, pour recevoir ton amour il faut porter des siècles d'histoire de massacres en soi, original. A propos d'amour je me suis dit qu'il y avait au moins Romano que tu aimais.



Mais maintenant je me demande si tu es capable d'aimer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ Espagne ] 1701 - 1714 Guerres de successions d'Espagne Sam 30 Mai - 18:14


Les gens ne sont pas arrivés à croire ce que je suis devenu, mais si on leur avait donné toutes les clés qui m'ont été données, et imposé tous les obstacles qui sont arrivés sur mon chemin, ils seraient devenus exactement comme moi. Voilà la vérité, on me blâme moi, de tout en bas ceux qui ne connaissent que de piètres responsabilités me blâment d'avoir tué, d'avoir prit l'or, d'avoir éventré ce qu'il fallait éventrer mais n'importe qui l'aurait fait à ma place. La vérité c'est qu'on se délecte de me voir chuter du haut de mon trône de bronze et d'or et dans le meilleur des cas tomber dans la fosse commune, tous égaux aux yeux de la mort, tous unis par notre corps périssable. Ils voudraient même creuser un peu plus le trou dans lequel j'aurai chuté, quitte à y mettre les mains et les ongles, pourvu que je sois puni.
Peu d'hommes s'accomplissent réellement dans leur vie, et même si j'ai vécu des siècles et des siècles et que je continuerai à vivre des siècles et des siècles si les guerres de succession ne m'emportent pas je ne m'accomplirai jamais. Je porterai le fardeau de la grande majorité qui ne s'est pas accompli, je vais me noyer dans chaque regret, chaque erreur je la ressentirai dans ma peau  et ce pour ce qui semblera être l'éternité. Je vais vivre avec l'insupportable souvenir d'avoir été si haut dans le ciel et retomber sur terre loin de Dieu que j'avais cru pouvoir égaler, un parfait et nouvel icare. Je vais vivre sans pouvoir jamais me parer de ce joyaux bleu et blanc qu'aurait pu être la terre autour de mon cou.



J'aimais à la folie les musiques que jouait Autriche, la différence culturelle avec celles qu'on joue dans mon pays ne m'avait pas repoussé, au contraire c'était un exotisme pour moi que je contemplais dans les sons clairs et distinct d'un morceau d'un compositeur de la grande famille Habsourg, loin de ceux nerveux d'une guitare sèche sous la main d'une danseuse ibérique.
L'empire d'Autriche était capable de tenir tête à la France, et il a aussi été capable de défendre l'italie pendant mon absence, j'avais l'impression d'avoir rompu une sorte de mariage en le quittant pour Louis XIV et ses 357 jumeaux.
Mais tu le sais Roderich que toi non plus tu ne peux pas gagner seul contre le reste du monde.
L'Espagne alliée à la France devait la fournir de jeunes hommes dans toute leur vigueur pour qu'ils aillent se battre contre ceux qui avaient été leurs alliés et qui le restaient et je ne savais pas ce qui était pire, le déchirement d'une alliance à laquelle je tenais avec sincérité ou le déchirement interne d'un pays qui n'avait d'autre choix que de se soumettre au plus fort. Les hommes espagnols même les plus agés d'alors ne se souvenaient pas des maures et des wisigoths, ils n'ont jamais eu l'impression de revenir en arrière, pour moi tout s'écroulait et j'avais échoué à chasser ceux qui voulaient du mal à mon peuple ; tout ça n'avait tenu qu'à un seul petit bébé royal qui avait refusé de naître.
j'aimais à la folie les musiques que jouait Autriche. Il me semblait qu'elle avait le pouvoir d'effacer tous les torts que l'esprit fait à l'âme, je l'avais écouté sérieusement, de cette façon officielle qu'ont les grands empires d'écouter jouer un autre grand empire. Comme on devient sérieux quand on accède au pouvoir, tout était traité de manière tellement froide, et quelque part en moi un nouvel Espagne tambourinait dans sa cage, car il voulait vivre et danser une valse sur du Chopin.
J'ai causé bien des torts à Roderich, après les guerres de succession d'Espagne vinrent celles d'Autriche, je l'avais probablement entrainé dans ma chute qui n'avait entrainé que notre rupture.

Après que tout ça se soit terminé je suis revenu dans la pièce où il jouait Chopin, nous étions tous les deux las, fatigués, appauvris, loin des grandes statues dorées que nous étions à l'époque.  Quand j'étais l'invincibilité sur terre, l'immortel et le bras droit de Dieu, quand il possédait tout le saint empire romain germanique et était le descendant de la culture européenne et le bras gauche de Dieu, quand enfin nous sommes redescendus de notre piedestal je me suis assit près du piano. Il avait le dos courbé, fatigué par des guerres inutiles qui n'avaient fait que mettre nos beaux en miettes, il s'est mit à jouer. Chopin alors n'eut alors rien à voir à ce que j'avais pu écouter auparavant, je me suis accoudé sur le piano comme je ne l'aurais jamais fait avant quand j'étais un empire. Maintenant j'étais un pays parmi d'autres qui perdrait peu à peu ses colonies, mais pire que ça j'étais un être humain qui écoutait son ami jouer du piano, et c'était une nouvelle mine d'or que je découvrais à cet instant.



La guerre civile plusieurs années plus tard m'apprendra qu'un homme est loin de s'accomplir par l'acquisition de richesses, même si ô combien j'ai aimé me saouler aux nouveaux territoires, à ces paysages vierges à dévaster, et ô combien Midas fut généreux par rapport à moi. Il eut fallu une Terreur rouge pour me faire savoir qu'un homme ou plutôt un pays s'accomplit quand son peuple ne construit pas son foyer sur des cadavres empilés.

Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar
god



Messages : 72
Date d'inscription : 05/09/2014

MessageSujet: Re: [ Espagne ] 1701 - 1714 Guerres de successions d'Espagne Sam 30 Mai - 19:39






"
La vie prend un sens
lorsqu'on en fait une aspiration à ne renoncer à rien.

"




[Espagne est ramené à la réalité sans encombre. Le professeur ainsi que l'intelligence artificielle écoutent avec attention le rendu de sa mission. Les informations concernant sa performance apparaissent sur l'écran face à lui.]

Antonio Fernandez Carriedo : Votre performance a été évaluée à 18/20 selon les algorithmes. Vous gagnez 9 points.

La mission a été menée à bien, félicitations.

Veuillez vous retirer après vos 15 minutes de discussions réglementaires avec le corps enseignant.

[Le professeur présent lui apporte de l'eau, échangeant avec lui quelques mots sur ce qu'il vient de revivre. Le laissant se remettre doucement de tout ça.]





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ Espagne ] 1701 - 1714 Guerres de successions d'Espagne

Revenir en haut Aller en bas
 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Marie-Thérèse d'Autriche ♣ La reine est dans la place ♣ Fini
» urgent PAYRA 3,5 kg en fourrière ESPAGNE euthanasie prévue
» La reine Sofia, d'Espagne, en visite en Haiti
» PALAIS ROYAL à MADRID / Espagne
» Championnat du monde U23 CLM ===> Castroviejo (Espagne)

Hetalia Campus Revival :: PROJET REVIVAL :: EUROPE :: COLONIALISME-